Forum http://www.rationalisme.org et http://zartregu.blogspot.com (le crocodile paroissial)

"Une explication est limpide lorsqu'elle entre dans ta tête comme du beurre dans ton cul", Rafael Eliyahu
Nous sommes le 21 Juin 2019, 01:56

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 18 Déc 2007, 14:12 
I don't feel well
I don't feel well
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Jan 2006, 18:02
Messages: 40
Les coraux pourraient complètement disparaître avant la fin de ce siècle
Par Jean Etienne, Futura-Sciences

Les coraux devraient avoir complètement disparu de la Terre à la fin de ce siècle si l’augmentation de la pollution atmosphérique par le CO2 se poursuit selon les projections actuelles, conclut une équipe internationale de scientifiques.

Cette étude sur les prévisions les plus optimistes du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), qui postulent une augmentation du taux de CO2 atmosphérique jusqu’à 550 ppm entraînant une élévation de la température globale de 2 °C à la fin du siècle.

Les scientifiques ont basé leur simulation sur la chimie des eaux océaniques, sachant qu’environ un tiers du dioxyde de carbone émis dans l’atmosphère est absorbé par l’océan, réduisant ainsi l'eftt de serre mais acidifiant la mer. Cette acidification empêche les coraux de fixer le carbonate de calcium qui constitue leur squelette et peut aller jusqu’à en fragiliser, voire détruire la structure.

Les conséquences de l’augmentation de l’acidité et de l’élévation de température associée ont été estimées sur la base de plusieurs hypothèses, centrées sur des taux de CO2 allant de 380 ppm (correspondant au taux actuel), et au-delà.

Dans un premier scénario, considéré très improbable car il postule que le taux de CO2 se stabilise à son niveau actuel de 380 ppm, la température ne s’élève que de 1°C et les coraux ne sont pas immédiatement en danger. Les récifs coralliens peuvent poursuivre leur développement sur le mode actuel en fixant le carbonate dans la majorité des endroits.

Un second scénario postule qu’un large consensus international réussit à imposer une limitation des émissions de CO2 en deçà des limites aujourd’hui recommandées. Le taux atteint alors 450 à 500 ppm et l’atmosphère se réchauffe de 2 °C. Les variétés de coraux les plus résistantes à la chaleur et à croissance rapide prennent le dessus, les poissons et les invertébrés typiques des récifs coralliens disparaissent en raison de leur spécialisation, ce qui entraîne un changement majeur dans la biodiversité.

A partir d’un taux de CO2 de 550 ppm, la température globale augmente de 3 °C et tous les coraux disparaissent à l’exception de quelques rares espèces calcaires (Cnidaires, Anthozoaires, Hexacoralliaires, Scléractiniaires). Les récifs s’effondrent, entraînant la disparition de la moitié de la faune environnante

Si les tendances actuelles se maintiennent, la concentration devrait atteindre 880 ppm d’ici la fin du siècle, ce qui provoquerait la disparition totale de toutes les espèces coraliennes, la destruction des récifs ainsi qu’une cascade de conséquences aussi bien humanitaires qu’économiques.

Selon le groupe environnemental The Nature Conservancy, les récifs coralliens génèrent un revenu mondial annuel de 375 milliards de dollars. Plusieurs espèces, suspectées de produire naturellement des substances efficaces pour le traitement de certaines maladies, et même du cancer font actuellement l’objet d’études scientifiques. Les récifs ainsi que les espèces animales et végétales associées constituent aussi la principale source de nourriture de millions de personnes, et forment une protection contre l’érosion maritime des côtes.

« Nous avons réellement besoin d’une réduction rapide du taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, déclare Ove Hoegh-Guldberg, professeur en sciences maritimes à l’université du Queensland (Australie) et co-auteur de l’étude en cours de parution dans la revue Science. L’impact du changement climatique sur les récifs de corail est beaucoup plus direct que ce que nous avions estimé ».

« A moins que nous n’agissions très bientôt, il y a une vraie possibilité pour que tous les récifs de corail, ainsi que toutes les formes de vie qui en dépendent, ne survivent pas à ce siècle », déclare Ken Caldeira, un chercheur du projet.


Image

[Source]


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Jan 2008, 12:19 
Dressé
Dressé

Inscription: 25 Jan 2005, 11:51
Messages: 231
Localisation: Région parisienne
Hello,

Il ne faut pas toujours dramatiser. C'est vrai que les activités humaines ont fait un pic dans le CO2 atmosphérique, mais dans le passé de Terre, des pics bien plus élevés ont eu lieu et les coraux se sont bien adaptés à ces modifications environnementales. De même pour l'épifaune et (flore), c'est tout le système qui va évoluer. Tout les coraux ne sont pas des constructeurs de récifs et surtout rien n'a jamais été stable depuis que la vie est apparue sur Terre, c'est de ces changements environnementaux qu'on doit la diversité actuelle. Les coraux (sens large) c'est un groupe tenace, pas d'inquiètude à avoir. Des récifs anciens, il y en avait dans de nombreux gisements fossilifères d'Europe.

L'autre facette, c'est l'aspect économique, et bien oui, des gens vivent directement au crochet des récifs coraliens, leur avenir sera sans doute perturbé. Faudra s'adapter...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Jan 2008, 15:45 
I don't feel well
I don't feel well

Inscription: 31 Oct 2007, 19:53
Messages: 65
Si les coraux ont besoin de vivre entre certains niveaux de température, le réchaufferement devraient simplement faire migrer leur populations vers des d'autres latitudes, non ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Jan 2008, 17:32 
Glorbs
Glorbs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Aoû 2005, 16:37
Messages: 656
Localisation: par ci par là
Le problème ne se situe pas sur les propriété de nouvelles implantations suite a l'évolution du climat, il se situe sur la rapidité de cette évolution
Chose qu'il est apparemment difficile d'appréhender


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Jan 2008, 18:25 
I don't feel well
I don't feel well

Inscription: 31 Oct 2007, 19:53
Messages: 65
Le principe même de l'évolution est qu'une certaine proportion des individus survit toujours à un changement d'environnement.

Donc, il peut y avoir un survivant sur 10.000 dans les eaux chaudes du nord de la Grande Barrière et un sur 1.000 à son extremité sud, par exemple. Et alors la colonie s'étendra de pus en pllus vers le sud tout en s'amenuisant au nord.

C'est la même chose pour les populations de végétaux. La vigne était cultivée plus au nord en Europe à certaines époques historiques plus chaudes qu'aujourd'hui.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Jan 2008, 23:15 
Dressé
Dressé

Inscription: 25 Jan 2005, 11:51
Messages: 231
Localisation: Région parisienne
Hello,

Tout à fait d'accord. Le changement qui s'annonce semble être rapide, mais on ne va pas voir l'eau en surface passer de 25°C à 30°C en une nuit. Dans la frange trop chaude, certains coraux ne vont pas se développer, mais leur larves planctoniques iront coloniser d'autre secteurs qui n'étaient pas assez chaud à l'époque. Comme la réplique de Grand Absent, l'établissement des communautés c'est dynamiques, elles sont toutes reliées étroitement au conditions de vie. Le moindre changement remet en cause l'équillibre.

Des espèces migrent, d'autres vont occuper la place vacante et s'y adapter. Y a pas plus opportuniste que l'évolution biologique. Pour cette raison on peut lui faire confiance, la partie dite "chaude" ne sera pas un désert de vie pour autant. D'autres espèces de coraux vont bien s'y plaire et peut être proliférer alors qu'elles étaient en concurence sérieuse avec d'autres constructeurs de récifs, et voyaient leur effectif confiné. D'une façon générale, tant que le fond de la mer est bien occupé, la colonne d'eau au dessus sera bien vivante et diversifiée.

C'est typiquement les éléments qui manquent à tout le monde, et cruellement aux auteurs de l'article posté en début de topic, un peu trop alarmiste. La nature a su repeupler des fonds océaniques dévastés par des grandes périodes d'anoxie sévères. Elle peut gérer un shift de quelques degrés. Elle est forte la nature.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2008, 00:09 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6902
Baba, ce à quoi tu te réfères plus haut n'est pas l'évolution biologique, mais l'adaptabilité [variable interespèces] des organismes. Comme tu le sais, adaptabilité (par une certaine latitude comportementale/environnementale) n'est pas préadaptation [bio-génétique].

Citation:
Dans la frange trop chaude, certains coraux ne vont pas se développer, mais leur larves planctoniques iront coloniser d'autre secteurs qui n'étaient pas assez chaud à l'époque. Comme la réplique de Grand Absent, l'établissement des communautés c'est dynamiques, elles sont toutes reliées étroitement au conditions de vie. Le moindre changement remet en cause l'équillibre.

Il faut du temps pour cela, et les opportunités contextuelles.
:warn: Un corail ne s'installe pas au gré des courants n'importe comment, en s'accrochant quelque part... "Un corail" ne signifie pas grand chose en soi, et n'est rien d'autre qu'une colonie de cnidaires anthozoaires en symbiose sine qua non avec d'autres organismes: une colonie qui formera ou pas selon l'espèce des récifs +/- grands selon leur réussite et le temps qui passe. Récifs qui, lorsqu'ils sont aussi énormes que ceux du Honduras ou Australie, abritent quantité d'autres organismes interférant les uns les autres, dépendants les uns des autres, nourrissant ces mêmes coraux qui vivent sur le squelette-récif, etc. Cet écosystème complexe et fragile ne se déplace pas comme tu veux, ni aussi facilement que tu veux. Et une bonne partie des espèces inféodées ne survivront pas ailleurs. Je ne parierais pas une cacahuète, si les températures continuent d'augmenter, sur la survie de toute une série de créatures dépendantes du si complexe écosystème "récifs coralliens".

Bien évidemment, "le vivant" ne va pas disparaître; mais réduction de biodiversité n'a jamais signifié disparition totale de la vie sur terre. Avec les modifications du climat, de nouveaux (ou autres) systèmes se mettront en place, normalement (sauf si la zone est engluée de sachets plastique ou autres produits sympa) mais après X*Y années, mais là n'est pas la question. Les mécanismes d'évolution des espèces ne sont pas du tout une garantie à leur adaptation avant extinction, pas du tout ! Et notamment si les bouleversements sont trop brusques.
Bref, tu déconnes un peu baba-yaga. Ou plutôt tu minimises un peu trop à mon avis la brutalité déjà en cours de ces changements annoncés mais aussi observés, éléments (mort de centaines d'hectares de coraux) en mains. Ces annonces sont moins fatalistes que tu n'es optimiste.

Lors des grandes vagues d'extinction, "la vie" n'est bien entendu pas disparue puisque nous sommes toujours là, mais de grands pourcentages d'espèces ont disparu. Cette réduction de biodiversité est ce que l'on vit actuellement, en grande partie par faute d'homme *.

Après ces données brutes, bien entendu on en fait ce qu'on en veut mentalement: On peut se dire que disparaître fait partie de la vie, se dire que ces disparitions d'espèces sont une perte autant biologique que culturelle, se dire qu'on n'en a rien à battre, etc. Mais évitons de minimiser - sous des raisonnements fallacieux - ce qu'on peut appeler la dernière vague d'extinctions en cours , et peut-être la plus brutale qui ait jamais eu lieu, et qui s'emballe...

* ps: le changement climatique, là je serais assez en phase avec toi (même si tu ne l'as pas écrit), est moins aggravant pour la biodiversité terrestre que la pollution et destruction, disparition définitive des espaces naturels (donc d'écosytèmes complexes avec toute la biodiversité qu'ils contiennent) par main d'homme. Mais encore une fois, un iguane disparu le sera à jamais, de même qu'un orang outan et une morue. Ni évolution biologique ni adaptabilité des espèces (à d'autres environnements) n'ont jamais ramené une espèce disparue.

Grand absent a écrit:
Le principe même de l'évolution est qu'une certaine proportion des individus survit toujours à un changement d'environnement. Donc, il peut y avoir un survivant sur 10.000 dans les eaux chaudes du nord de la Grande Barrière et un sur 1.000 à son extremité sud, par exemple. Et alors la colonie s'étendra de pus en pllus vers le sud tout en s'amenuisant au nord.

Non. Tu déconnes ici tel le déconneur professionnel que tu es.
Suite à un "grand" changement** d'environnement, une partie des individus d'une espèce survivra alors que d'autres clapseront... pour les espèces peu spécialisées. Simultanément que d'autres espèces spécialisées, inféodées au système, vont disparaître totalement. Et que que d'autres espèces opportunistes vont éventuellement en profiter pour se répandre encore plus qu'avant - c'est variable selon le contexte du changement, de l'environnement et des espèces en question. Mais toujours il y aura une drastique chute de biodiversité après un "grand changement d'environnement" **.

** "Bio-écologiquement" parlant, si un rat change d'environnement, ça signifie que le rat s'est déplacé.
:mrgreen: Si tu changes d'environnement, pareil : c'est le déplacement d'un neurasténique sur sa trottinette. "Changement d'environnement" est un euphémisme ne signifiant que disparition d'un écosystème, et rien d'autre... Faut tout de même en prendre conscience.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com