Forum http://www.rationalisme.org et http://zartregu.blogspot.com (le crocodile paroissial)

"Une explication est limpide lorsqu'elle entre dans ta tête comme du beurre dans ton cul", Rafael Eliyahu
Nous sommes le 07 Aoû 2020, 23:50

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Commerce équitable ?
MessagePosté: 03 Mai 2008, 17:27 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Salut,

En parcourant un site consacré à la décroissance, je suis tombé sur un petit réquisitoire sur le "commerce équitable", encore un mot de la novlangue comme le "développement durable". Derrière les apparences trompeuses, et les sempiternelles "bonnes consciences", une critique radicale des fausses bonnes idées :

http://www.decroissance.org/index.php?c ... _equitable

Plus en avant, je me suis demandé quel était le seuil acceptable de développement pour l'homme face à l'environnement et le vivant en général . J'avoue n'avoir pas de véritables de réponses rationnelles, plutôt des intuitions et les réponses certainement sont toutes différentes. Mais de quoi avons nous fondementalement besoin, en tant qu'individu vivant et en tant que communauté humaine ?

Je dois dire, que la notion de limite, d'auto-limitation, accolée à la liberté et à la construction d'une vie me semble très pertinente. Sans aller jusqu'à l'ascèse fransiscaine, ou au total dénuement naturel (le "paradis" de l'orang-outan comme l'avait titré Archie Cash sur une photo dans un autre topic), comment positionner judicieusement le curseur ?

Ok, par naissance je suis tombé dans un lieu et un milieu particulièrement aisé, et ce questionnement on peut toujours le taxé de nanti. Bof !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 05 Mai 2008, 15:44 
Glorbs
Glorbs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Aoû 2005, 16:37
Messages: 656
Localisation: par ci par là
Dés le point 1 je commence déjà a être écoeuré par une échelle de mesure disproportionnée au réalisme
J'ai même l'impression que la "mauvaise foi" est sans limite : offrir le même niveau de vie mondial à coup de baguette magique ? :roll:

je me souvient de nombreux articles contre le commerce équitable, et ayant bien des raisons de l'etre, comme dans d'autres point soulevés dans ce lien
mais il reste un facteur indubitable, et principale raison d'être du commerce équitable : une plus juste (mais pas idéale) rétribution du producteur ! Ce que même les critiques les plus acerbes ne nient généralement pas

je suis aussi perturbé par le point 6
Citation:
Grâce au commerce équitable, Loba a un peu moins faim(il reçoit maintenant juste assez d'argent pour acheter la nourriture. . . qu'il produisait avant) et la Côte d'Ivoire peut continuer à acheter des tanks à la France. Mais le retour à l'autosuffisance alimentaire s'est à nouveau éloigné. . . et Loba ne connaît toujours pas le goût du chocolat : un produit réservé pour les riches occidentaux

je ne vois pas ce que les tanks et le chocolat viennent faire dans l'affaire. Admettre que la famille de lola atteint l'autosuffisance alimentaire, si Loba décide d'acheter un poste radio et se ruine en piles serait aussi un grave problème que ne soulève pas l'auteur :D
Je ne savait pas que le commerce équitable soutenait les dictature en leur permettant un équilibre de la balance commerciale, à ce compte là, laissons crever les Coréen du nord sous le bon prétexte qu'ils soient gouvernés par une odieuse dictature


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 05 Mai 2008, 16:41 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Salut ageasse,

T'es écoeuré à la première ligne ?

Que devrais-je dire en lisant ton post alors ?

Citation:
une échelle de mesure disproportionnée au réalisme


Précise ta pensée stp.

Citation:
J'ai même l'impression que la "mauvaise foi" est sans limite : offrir le même niveau de vie mondial à coup de baguette magique ?


De la mauvaise foi d'écrire que le commerce équitable (notion marketisée à destination des pays riches, pour que le consommateur achète pas cher sa bonne conscience, selon moi) devrait plutôt s'appeler commerce "moins inéquitable", cela aurait au moins la décence de maintenir à l'esprit l'INIQUITE de la relation. Les mots ont leur importance.

C'est quoi ces bêtises sur la baguette magique ? Pourquoi pas le Dieu Marché pendant que tu es, ou la main invisible (A. Smith était théologien avant d'être "économiste") ? Dis donc, qui est totalement de mauvaise foi là ?

Citation:
principale raison d'être du commerce équitable : une plus juste (mais pas idéale) rétribution du producteur ! Ce que même les critiques les plus acerbes ne nient généralement pas


Qui a nié que le producteur "équitable" n'y avait pas intérêt ? Personne. Mais dis moi, tu as lu, le différentiel de gain entre producteur classique et la filière "équitable" est de 4 euros par mois, tu parles d'une baguette magique. Une plus juste rétribution, ben dis donc je n'aimerais pas trop que tu aies à me retribuer quand je vois ta notion de la justice.

Citation:
je ne vois pas ce que les tanks et le chocolat viennent faire dans l'affaire. Admettre que la famille de lola atteint l'autosuffisance alimentaire, si Loba décide d'acheter un poste radio et se ruine en piles serait aussi un grave problème que ne soulève pas l'auteur


Comme il ne soulève pas le problème de la reproduction des mouches à merde et de leur impact sur le développement du fromage qui pue.
J'ai beau reprendre ta phrase dans tous les sens, je n'y comprend rien. L'auteur de l'article explique que le paysan est passé d'une culture vivrière (auto suffisance alimentaire) à une culture d'exportation (cacao) sous pression de son gouvernement, et selon les encouragements impératifs du FMI, comme c'est le cas dans la plus part des pays d'afrique, que lorsque les cours étaient élevés, ils généraient des profits aussitôt réinvestit, par le gouvernement considéré, dans du matériel militaire français, sans que le producteur n'en retire autre chose lui que de quoi payer ce qu'il cultivait avant, commerce équitable ou pas. Et maintenant que les cours sont bas, il ne peut même pas se payer sa bouffe. J'aimerai bien comprendre le fonctionnement de ta cervelle pour que tu me sortes cette histoire de piles et de radio, quel rapport ?

Mon objectif n'est pas de défendre cet article, mais de comprendre ta réaction.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 05 Mai 2008, 17:22 
Glorbs
Glorbs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Aoû 2005, 16:37
Messages: 656
Localisation: par ci par là
Jean Foutre Premier, équitable est s'équivalent d'égalitaire maintenant ?

oui , la recherche est d'etre moins inéquitable, non mais si cela te satisfait de réclamer du commerce équitable une égalité de revenu subite, grand bien te fasse. Je trouve simplement que les revendications de l'auteur dépassent les prétentions du commerce équitable

l'histoire des 4 euros (par mois)est à vérifier, j'ai un gros doute , ne serait-ce que par le prix d'achat en rapport aux cours du marché local et qu'il faille voir plus sérieux (comme par exemple l'écart avec le prix du marché local)

l'histoire de laisser l'agriculture vivrière pour celle d'exportation est là aussi un élément mal cerné et sans rapport :
C'est principalement dut aux subventions aux productions agricoles des pays riches (un autre sujet !)


Pose toi des questions économiques et reste collé au sujet au lieu de te livrer à des attaques perso ou des questionnements sur ma cervelle :wink: (il est bien entendu qu'un avis divergeant ne puisse venir que d'une déficience mentale):wink:

J'ajouterais même : qu'il est préférable de dire conventionnellement que ce sont les chefs d'état totalitaires et le FMI qui décident sans se poser la question simple de la constitution des marchés mondiaux . Quand le mil se vend moins bien que le blé d'importation (ou le poulet local en rapport au poulet importé)sur le marché du coin, le paysan pas plus con que toi et moi essaye de produire ce qu'il peut vendre et le commerce équitable n'a rien a voir avec cela
D'autre part il est bien évident que pour n'importe quel pays l'entrée de devise est nécessaire pour acquérir ce qu'il ne peut pas produire comme certains biens d'équipements... Et si le chef d'état décide de subvenir a l'achat se chars cela n'a rien a voir avec le commerce équitable, tout en sachant bien que c'est facile aussi de dire que tel ou tel pays n'a pas besoin de la protection d'une armée quand on voit ce que des pays riches et sans menace direct dépensent dans ce domaine ...

Facile comme discours !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 05 Mai 2008, 20:50 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Pourquoi me poses-tu cette question sur l'équité et l'égalité ?

Quelqu'un a utiliser le mot égalité ici, d'égalité de revenus ? Dans l'article oui, mais faut-il comprendre 15 000 euros ou ce que représente 15 000 euros en terme de pouvoir d'achat ?

Etre équitable, ne serait-il pas que pour un effort donné, à savoir un travail produit, comme toi et moi par exemple, l'autre partie du contrat puisse avoir les mêmes droits. Par exemple, pouvoir du fruit de son travail, nourrir convenablement sa famille, acheter des biens de consommation domestiques, se loger, envoyer ses enfants à l'école, puis à l'université, mettre de côté et prendre un peu de bon temps et de repos rémunéré par exemple ? Rien à voir avec l'égalité de revenus dans la mesure ou un euro quelque part ne représente pas un euro ailleurs. Je n'ai jamais rien compris à l'argent de toute façon, ce qui importe c'est la capacité et le mode de vie.

Citation:
histoire de laisser l'agriculture vivrière pour celle d'exportation est là aussi un élément mal cerné et sans rapport :
C'est principalement dut aux subventions aux productions agricoles des pays riches (un autre sujet !)


Oui c'est un autre sujet, que tu développes juste derrière, et il ne me semble pas que l'article évoque la difficulté d'accès aux marchés mondiaux des maigres excédents des petits producteurs devant le rouleau compresseur agricole des pays riches, il me semble que l'article explique que le goût prononcés des pays riches pour des produits comme le cacao, le café (non cultivable dans les pays riches) a orienté l'ensemble de la production vivrière de ces zones agricoles vers ces cultures d'exportation, démarche favorisée par un système politique autoritaire et des institutions internationales. Les facteurs ne s'excluent pas, ils se renforcent.

L'idée du commerce équitable peut donc enfermer le producteur dans une spirale infernale le coupant de la possibilité de réveiller la conscience du consommateur, qui se trouve là satisfait ainsi à moindre frais.

Oui, tous les discours sont faciles, la critique du commerce équitable peut surprendre, mais elle n'entame en rien la critique du système agricole actuel classique, au contraire, sauf à avoir mal lu, c'est pour éviter de reproduire les mêmes schémas que dans l'agriculture classique, avec les même conséquences absurdes, que l'auteur a choisi la radicalité, parce que sous couvert d'équité, c'est un peu de relâchement des chaînes dont il est question, pas de leur suppression.

C'est plutôt ce que j'en ai compris. Peut-être pour cela que je suis moins écoeuré que toi. Va savoir.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 06 Mai 2008, 02:49 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Encore moi, j'ai des cachets pour ta nausée ce soir.

Quand je te dis que notre goût pour le cacao et le café, comme pour l'or et autres joyeusetées bling bling ou gustatives, engendre à lui seul des bouleversements gigantesques, et traîne dans son sillage le malheur, parce qu'il taylorise la production agricole à l'échelle des continents sous la bénédiction du FMI, je te colle cette (longue vidéo) à regarder en ayant présent à l'esprit le concept de commerce équitable (un putain de plâtre sur une jambe de bois)... :

http://video.google.fr/videoplay?docid= ... 2018047702 (facile à capter, traduite en français, avec des images, et des vrais gens)

Tu crois toujours que ce sont les subventions agricoles du nord qui vident prioritairement les étales du sud ? Y seraient cons à ce point là les paysans du sud ? Moi je ne pense pas une seconde qu'ils soient cons au point de s'orienter d'eux même sous l'effet du dieu marché vers l'abandon de leurs cultures vivrières, je pense plutôt qu'on leur plante le couteau sous la gorge, ce couteau c'est le FMI, avec sa doctrine, qui est que tu boives ton cacao et ton café le matin parce que tu le vaux bien et que quelques uns le valent encore plus. La boucle est bouclée.

Alors mon pauvre vieux, sans souci, je peux te l'écrire, le commerce équitable comme on le voit se développer (qui concerne le café, le cacao et autres exotismes à la mode), c'est vraiment prendre les gens pour des cons, et si ce n'était que toi, ça ne serait pas bien grave, mais eux, ça ne les fait pas rire du tout. On achète ta pensée avec peu de chose, deux petits mots sympa, quelques centimes d'euros et dormez citoyens, circulez y a rien à voir, c'est l'alibi du système qui l'a engendré. Bouffe des pommes, ça leur rendra plus service.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 07 Mai 2008, 07:11 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2005, 14:00
Messages: 1658
Localisation: Terre( troisième planète du système Sol)
Salut

je vais mettre le texte de Jean Foutre Premier in extenso; c'est plus façile pour le commenter.

Citation:
10 objections majeures au "commerce équitable"
version pdf

Les arguments en faveur du "commerce équitable" ont été largement développés. Notre propos n'est donc pas ici de les rappeler mais, de développer un contre argumentaire à ce commerce dit " équitable ". La capacité à accepter la critique, à recevoir la contradiction, à engager un débat, sont le gage d'une démarche évolutive.

1 - Le commerce " équitable" est inéquitable. En effet, pour qu'un échange soit réellement équitable, les conditions de protection sociale et de rémunération des individus qui produisent devraient être identiques à celles des personnes qui consomment.
Exemple : selon le site MaxHavelaar, http://www.maxhavelaarfrance.or, au prix actuel, il faut trois cents ans à un Manuel, producteur local en Colombie, pour gagner 15 000 euros (environ la rémunération moyenne annuelle chez nous) .Manuel reçoit, au nom du commerce équitable, d'après les chiffres fournis par Max Havelaar, 3 fois plus que ce que lui donne le marché*, il ne lui faudra donc plus, au prix du marché équitable que. . . cent ans ! Pour être vraiment équitable, le prix du paquet de café (de 250g, dans l'exemple Max Havelaar) devrait être acheté 100 fois plus cher - 19 euros - et être vendu à Pierre, en France - 21,8 euros. Pierre ne le paye aujourd'hui que. . . 2,35 euros. Ce commerce est donc simplement "moins inéquitable ".

Les coûts d'importation, de torréfaction et de distribution restent, eux, quasiment identiques.

* Selon la revue Silence, l'excédent de revenu par rapport à un producteur "classique "est de 4 euros par mois .

2 - Le commerce équitable favorise la concurrence déloyale
Exemple : Marie fabrique des chapeaux sur le plateau du Larzac. Elle les vend sur le marché à Millau*. Sur ce même marché, Jacques propose des chapeaux estampillés "commerce équitable" moitié moins cher que ceux de Marie. L'association qui importe les chapeaux vendus par Jacques ne paye pas, comme tous les commerçants, le transport à son coût réel: le kérosène des avions et le gasoil des bateaux n'est pas taxé. Cette association de commerce équitable profite aussi, dans une moindre mesure que le commerce classique certes, des faibles rémunérations et de l'absence de protection sociale des pays producteurs et jouent sur la force de l'euro. Enfin, Jacques n'est pas payé : salarié du Crédit Lyonnais, il occupe son temps libre en faisant du bénévolat pour cette association. Résultat : Jacques met en faillite l'activité de Marie, avec d'autant plus de force qu'il le fait avec la meilleure conscience possible, sûr de contribuer à un monde meilleur.

* Exemple réel.

3 - Le commerce équitable ne tient pas compte des coûts écologiques
Exemple : Patricia achète une "banane équitable* ". Elle la paye 1 euro. Patricia pense ne manger qu'un fruit tropical alors qu'elle consomme aussi du kérosène, énergie nécessaire pour acheminer le fruit du Costa Rica jusqu'à chez elle**. Ce kérosène n'étant pas taxé, le coût de l'impact écologique du transport n'est pas pris en compte dans son achat. Et la peau de la banane ? Celle-ci est perdue pour le sol du Costa Rica qu'elle aurait du enrichir en compostant !***

* Max Havelaar importe aussi par exemple du miel ou du riz, produits que l'on trouve dans nos régions.

** Max Havelaar importe des dictatures zimbabwéenne et kényanne vers la Suisse, des fleurs " commerce équitable ". Ces fleurs sont réfrigérées et acheminées en avion pour rester fraîches ! La culture des fleurs se fait sous serre avec force produits toxiques comme les pesticides, qui sont connus pour provoquer des évanouissements chez les ouvriers ,des allergies, des eczémas, des affections respiratoires, des travails ont dénoncées par les ONG. (Source revue Silence n° 274, p. 24)

*** Ce sont ainsi d'énormes quantités d'humus qui sont perdues pour les pays producteurs.

4 - Le commerce équitable favorise l'appauvrissement de la biodiversité
Exemple : Patricia est en train de finir de manger sa banane "commerce équitable ". Elle a aussi acheté un pamplemousse, une orange, et. . . une pomme. La diversité de sa corbeille de fruits étant à l'échelle du globe, Patricia néglige alors la biodiversité locale. Alors que sa région comptait cinquante espèces de pomme voici vingt ans, il n'en demeure plus que cinq aujourd'hui.

5 - Le commerce équitable accompagne la "déculturation " de la production
Exemple : Quand Michel va en Inde, il est heureux de trouver une culture différente de la sienne, enraciné dans son milieu. L'habillement fait partie intégrante de cette diversité des cultures et cette diversité culturelle fait la richesse de la Terre. Toute la production fait ainsi partie de la culture vivante des peuples*. Azimuts, entreprise d'habillement issu du " commerce équitable », importe en France des vêtements de style tropicaux. Imaginons la tête du Népalais qui, en arrivant à Paris, se trouve face à des personnes habillées en . . . habitant des tropiques. Gageons qu'il repart aussitôt, déçu. L'idéologie dominante mène au renoncement à sa propre culture.

* Le terme " exception culturelle" limitant la culture aux arts et à notre seul pays, constitue, à cet égard, un scandale.

6 - Le commerce équitable nous éloigne de l'essentiel : re-localiser l'économie
Exemple : Loba est paysan en Côte d'Ivoire. Il cultivait son champ pour se nourrir et alimenter son village (culture vivrière) puis, son gouvernement l'a obligé à produire des fèves de cacao pour les exporter en France (culture de rapport). Loba est alors devenu dépendant du cours mondial du cacao, alors que, grâce aux bénéfices réalisés en vendant les fèves, la Côte d'Ivoire a pu acheter des avions de chasse à la France. Malheureusement, le cours du cacao ayant beaucoup baissé, Loba se trouve au bord de la famine. Grâce au commerce équitable, Loba a un peu moins faim(il reçoit maintenant juste assez d'argent pour acheter la nourriture. . . qu'il produisait avant) et la Côte d'Ivoire peut continuer à acheter des tanks à la France. Mais le retour à l'autosuffisance alimentaire s'est à nouveau éloigné. . . et Loba ne connaît toujours pas le goût du chocolat : un produit réservé pour les riches occidentaux.

7 - Max Havelaar cautionne la grande distribution
Exemple : Monsieur et Madame Grandval avaient un peu mauvaise conscience en se rendant en voiture à Auchan le samedi. Ils savaient que, d'une part, cela ne favorise pas leur coopérative, les paysans au marché ou encore les commerces de proximité, et que, d'autre part, ils faisaient tourner la grande distribution avec toutes ses conséquences : déshumanisation, impact écologique (automobile obligatoire pour y aller, transport routier, flux tendus, agriculture intensive), mal économie, etc. Ils savaient aussi très bien que ce type de distribution dans les pays riches est la cause de bien des maux dans les pays du Sud. Désormais, grâce au paquet de café Max Havelaar* qu'ils déposent à la fin de leurs courses dans leur charriot plein à ras bord, ils ont maintenant en plus bonne conscience. Auchan s'est en effet servi de cet argument en y axant une large partie de sa communication**. Avec cinq produits labellisés "commerce équitable", on peut accéder aux 120 000 produits non labellisés d'un grand magasin en toute bonne conscience !

* Ainsi, Max Havelaar ne cesse de se réjoui rd'être distribué dans un nombre croissantde grandes surfaces. A cause de celles-ci, entre 1966 et1998, selon l'INSEE, la France a perdu 17 800 boulangeries-pâtisseries (44%), 73 800épiceries (84%), 3500 fromageries (76 %), 1 300 librairies, 4700 commerces de chaussures (50 %), 4 300 quincailleries (46 %),etc.

** En Suisse, depuis mars 2003, le thé, le chocolat chaud et sept cafés Max Havelaar sont vendus dans les MacDonald's. "Pour Max Havelaar, cette opération répond à sa vocation d'élargissement du marché pour les produits du commerce équitable pour que toujours plus de producteurs du Sud aient accès au commerce équitable. . . Si on peut concéder que MacDo puisse bénéficier d'une meilleure image à travers ce projet, Max Havelaar ne labellisepar pour autant la firme MacDonald's. Ceci constitue un nouveau concept, c'est aussi un projet pilote de MacDo Suisse. En cas de succès, ce projet pourrait être étendu au plan européen." Didier Deriaz, Max Havelaar Suisse. Le logo Max Havelaar apparaît sur les 139magasins suisse MacDo à côté de la photo des produit MacDo labellisés sur tous les menus, les tables, au-dessus des comptoirs, à l'extérieur. "Si MacDonald's en France fait ce choix, nous n'avons pasà le refuser." Victor Ferrera, directeur de Max Havelaar France. Source : Politis 12/06/03.

8 - Le commerce équitable cautionne la mondialisation
Exemple : Renée est une vielle militante écologiste. Elle se bat depuis cinquante ans pour les cultures vivrières et contre les cultures de rapport. Elle ferraille contre l'uniformisation du monde, contre la volonté de l'Occident d'étendre son anticulture marchande au reste de la planète, contre le " commerce " des pays riches. Pour elle, le commerce équitable est une véritable catastrophe. En effet, comment combattre encore la mondialisation si on lui pose des pastilles vertes, des "labels éthiques", si on cautionne ce système si fondamentalement destructeur qui détruit la nature et opprime une multitude d'humains sur la planète* ? Comment alors amener une critique constructive qui remette en cause les problèmes à leurs racines et non une fausse contestation qui n'a pour conséquence que de renforcer ce système ?

* Dans la lettre de Max Havelaar La tasse de Max, l'organisation se félicite de sa présence et d'être écouté au. . . forum économique de Davos. " Quant à Porto Alegre, on ne prêche plus contre la mondialisation mais pour une autre mondialisation. " La Tasse deMax,n° 12, mars 2003.

9 - Le commerce équitable est une forme du néocolonialisme*
Exemple : Patrick arrive à la retraite. Après avoir passé sa vie à polluer la planète dans une grande entreprise de chimie, il se dit qu'il pourrait occuper sa retraite en faisant quelque chose " pour les autres ", et notamment pour ces pauvres noirs. En plus, le commerce équitable lui permettra de joindre l'utile à l'agréable en voyageant à travers le monde.

Nathalie, elle, a 29 ans. Elle ne veut pas travailler dans une multinationale classique. Elle choisit donc de travailler chez Max Havelaar. Ainsi, elle a tous les avantages d'une entreprise classique plus l'éthique. Et, comme Patrick, elle adore les aéroports.

Patrick et Nathalie sont, sans vouloir l'accepter, la version actuelle de nos anciens missionnaires. Ceux-ci apportaient une caution morale au vol des ressources naturelles et à l'esclavage des pays du Sud. Avant de vouloir " faire le bien", Patrick et Nathalie ne se sont pas demandé comment d'abord " ne pas nuire ". Ainsi, tous les deux continuent, avec les 1 % de la planète les plus riches, à prendre l'avion ou bien encore à aller aux sports d'hiver, sans se poser sérieusement de question sur les conséquences qu'impliquent leur mode de vie. Dans leur station de ski respectives, très fiers, Patrick et Nathalie parlent à leurs amis de ces paysans andins qui sont " si gentils". Ils ne dédaignent pas de temps en temps "faire la morale" et pousser un coup de gueule contre ce monde" qui va si mal".

* " Qui dit commerce équitable dit développement. " La tasse de Max, n° 12, mars 2003

10 - Le commerce équitable participe à l'idéologie de la soumission
Exemple : Thierry milite dans une association de commerce équitable depuis dix-sept ans (son salaire représente10 fois celui de Loba en Côte-d'Ivoire). Il connaît bien les objections au commerce équitable des militants écologistes radicaux, comme Renée. Mais Thierry travaille et ne veut pas remettre en cause toutes ses longues années de labeur acharné. Au lieu de prendre en compte des remarques de ses contradicteurs, il choisit de les insulter : " Vous voulez que chacun reste chez soi ! ?", etc. Thierry ne cesse de parler de " réalisme" de "stratégie " et de " pédagogie".Thierry finit par être le meilleur allié de la soumission au " réalisme économique". Sans forcément s'en rendre compte, Thierry a fait passer dans son échelle des valeurs les lois de l'économie avant le principe moral et le système se nourrit d'abord de toutes les fausses contestations qui légitiment le primat de l'économie. C'est le retour à la case départ.



Bruno Clémentin et Vincent Cheynet




C'est plus qu'interpellant mais je suis fort en accord avec Jean Foutre Premier, sur ce coup-là.

Bien sur le ton est virulent et polémique mais c'est le but recherché par les auteurs.

Un petit détail qui m'interpelle toutefois:

Citation:
Manuel reçoit, au nom du commerce équitable, d'après les chiffres fournis par Max Havelaar, 3 fois plus que ce que lui donne le marché*, il ne lui faudra donc plus, au prix du marché équitable que. . . cent ans ! Pour être vraiment équitable, le prix du paquet de café (de 250g, dans l'exemple Max Havelaar) devrait être acheté 100 fois plus cher - 19 euros - et être vendu à Pierre, en France - 21,8 euros. Pierre ne le paye aujourd'hui que. . . 2,35 euros. Ce commerce est donc simplement "moins inéquitable ".

Les coûts d'importation, de torréfaction et de distribution restent, eux, quasiment identiques.

* Selon la revue Silence, l'excédent de revenu par rapport à un producteur "classique "est de 4 euros par mois .


4€/mois envendant son café 3xplus cher, cela signifie donc que "José" qui vend son café par la filière "classique" ne gagne donc que le tier de 4€?!

Pas vraiment convaincu par ce chiffre!

Autre petites choses gènentes, utiliser la comparaison entre l'artisanne du Larzac et le "tier monde" est assez fallacieux.
Citation:
Marie fabrique des chapeaux sur le plateau du Larzac. Elle les vend sur le marché à Millau*. Sur ce même marché, Jacques propose des chapeaux estampillés "commerce équitable" moitié moins cher que ceux de Marie


Marie trouverait, sans le commerce équitable, sur l'étal à coté de celui de ses chapeaux, des chapeaux identiques vendus par des Africains non plus à la moitié du prix mais au quart.
Marie est de toute façon "entubée"!

Dans tout cet article, d'ailleurs, je trouve qu'on fait un procès un peu trop virulent à ce commerce équitable dans le sens où l'auteur lui attribue tous les maux alors que, pour moi, il ne résoud simplement rien au problème.

La banane "équitable" consomme autant de carburant que celle qui ne l'est pas et ce n'est pas la faute du commerce équitable si elle vient de l'autre coté du globe.

Le commerce équitable est certes une emplatre sur une jambe de bois et sert à se donner bonne conscience (sans parler qu'il sert aussi à enrichir plein de monde qui vendent et se sucrent allègrement en profitant du label. Ils payent 1€ de plus le producteur et vendent leur produit 10€ de plus, encaissant 9 au passage, mais "c'est pour les pauvres d'Afrique, alors c'est cool!") mais on peut aussi dire cela de toutes forme d'aide humanitaire urgente.

Il faut biensur élargir le débat de l'inégalité et commencer enfin à se poser les vraie questionsl; celle de notre richesse (d'où elle vient) et enfin d'un vrai respect de l'autre.

Mais je suis pessimiste et je pense (ou plutot, je constate) que notre planète fonce dans un mur avec l'accélérateur au plancher (dans tous les domaines, alimentaire, environemental, humain et politique...) et que personne ne veut ou ne peut lever ne fut-ce qu'un petit peu lever le pied de ce putain d'accélérateur.

La machine est définitivement embalée et ne répondrait de toute façon plus à une commande "humaine"

Bonne journée ensoleillée à tous! :twisted:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 07 Mai 2008, 15:35 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Hello,

Lord Dralnar a écrit:
Marie trouverait, sans le commerce équitable, sur l'étal à coté de celui de ses chapeaux, des chapeaux identiques vendus par des Africains non plus à la moitié du prix mais au quart.


Oui, mais marie est une vieille bique post soixante-huitarde qui élève ses moutons bio, travail bio, et sent bio. En un mot marie a une image particulière (maintenant markétisée) de producteur local "bio" (putain tout est bio maintenant même les yaourts) qui lui donne un avantage concurrentiel en terme d'image sur le chapeau lambda qu'il vienne de X ou de Y. Ce qui veut dire qu'elle a plus de chance de vendre que le "classique". Les clients qui achètent à marie, sont stigmatisés et submergés de mauvaise conscience tous les jours aux infos de la TV (et ces cons y sont venus de la ville en 4x4), et viennent sur le marché faire leur mea culpa public. Si à côté trône des chapeaux "Commerce Equitable", le risque est grand que ces derniers obtiennent en fait un avantage concurrentiel supèrieur à ceux de marie ==) Vous rendez vous compte ma petite dame, vous aidez en plus des êtres du TIERS MONDE ( = pauvreté, pas de SS,....), bingo, enfin je peux regarder les infos tranquillement, et puis regardez, c'est fait mains, euh même de toutes petites mains, merde alors vraiment petites (hé comment qui font pour faire bosser leurs gosses de 4 ans alors que notre grand con de 15 ans est toute la journée sur le canapé à jouer à GTA 4 ?). Triple avantage, conscientisation des adolescents le soir venu à la maison. :fr:

Je pense que l'auteur fait référence à ce type de surenchère entre deux systèmes partant d'un bon sentiment. Mais l'un est plus rationnel (marie = production locale, consommation locale), l'autre bien moins (comme tu le dis, énergie transport, modification agriculture/production, et l'argument dans ce cas c'est "à votre bon coeur mesdames, messieurs", en plus vous comblez un désir).

Ta remarque sur les aides humanitaires m'a fait réflechir sur la charité des "bonnes croyantes/Gens" au XIX ième. Comme on a su aussi dire NON à la charité, OUI à la solidarité, possible que ce mot (et le système qui va avec)"d'humanitaire", il faille l'envoyer aux oubliettes. Enfin, c'est lancer comme ça sans trop de réflexion.


Ne soyons pas pessimistes bon sang de soir, en plus vous avez des gosses, c'est interdit pour vous, moi je peux, j'ai même le droit, que dis je le devoir d'être pessimiste à mort, maman à l'aide je vais mourrir, donc je disais, ne soyons pas pessimistes, soyons alarmistes,

alaaaaaaaaaarrrrrrmmmmmmmmmmeeeeeeeeee !

En tout cas, c'est vrai qu'il fait une journée magnifique dans cette belle vallée du Rhône, ce sud qui fleur bon le début de l'été aujourd'hui. Ben voilà que toutes ces discussions m'ont ouvert l'appétit, allez barbecue ce soir ! Et rosé, beaucoup de rosé avec de la glace. De quoi on parlait déjà ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 13 Mai 2008, 10:55 
Glorbs
Glorbs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Aoû 2005, 16:37
Messages: 656
Localisation: par ci par là
Citation:
http://video.google.fr/videoplay?docid= ... 2018047702 (facile à capter, traduite en français, avec des images, et des vrais gens)

Tu crois toujours que ce sont les subventions agricoles du nord qui vident prioritairement les étales du sud ? Y seraient cons à ce point là les paysans du sud ? Moi je ne pense pas une seconde qu'ils soient cons au point de s'orienter d'eux même sous l'effet du dieu marché vers l'abandon de leurs cultures vivrières, je pense plutôt qu'on leur plante le couteau sous la gorge, ce couteau c'est le FMI, avec sa doctrine, qui est que tu boives ton cacao et ton café le matin parce que tu le vaux bien et que quelques uns le valent encore plus. La boucle est bouclée.


A la 16 éme minute de la vidéo et les suivantes, tu as le pivot du sujet, c'est bref et fondamental
il n'y a pas que le FMI qui le dit, tu peux vérifier de partout, dans la presse de tous les pays les pire domages sont causés par les subvention agricoles au paysans des pays riches
la vidéo parle d'expropriation , privatisation ... mais écoute bien la vidéo, le FMI n'est pas responsable des désordres économiques mondiaux, il est facile de dénoncer les conséquences quand on oublie les causes premiéres


la faute est au libéralisme ok, mais ce que réclament les pays pauvres ? Le Fmi, les coopératives, pratiquement tout le monde : c'est que tout simplement les règles économiques du libéralisme ne soient justement pas bafouées
Parce que les pays riches réclament le libéralisme en tout(presque) sauf .... justement dans le domaine agricole :D

Alors Jean Foutre Premier, non le paysan n'est pas con, il subit la loi du marché. C'est tout con la loi du marché, même sans avoir étudié l'économie a l'université le producteur la subit :D et vois bien quand il rentre dans ses frais ou pas, ce qui rapporte et ce qui ne rapporte pas

(putain Jean Foutre Premier regarde les vidéos que tu mets, la seule chose véritablement à la base des désordres est bien dedans , le reste ce n'est que les conséquentes)

Si le reste est comme un pansement sur une jambe de bois, je veux bien l'admettre

seulement, si la prétention du commerce équitable était de régler tous les problèmes je serais d'accord avec les critiques.
le but c'est de rectifier les déséquilibre et de rétribuer un peu mieux le producteur point barre, et c'est là-dessus qu'il faudrais certes voir si il y a des effets ou pas

Autant dire par exemple de MSF ne sert a rien, yaka ...
oui il y a des grands yaka , et des gens qui agissent humblement, et ils ne se disent pas qu'ils vont tout régler ... parce que les problèmes sont ailleurs


Et c'est aussi ce que je n'aime pas trop, de dire que c'est de la faute a ceux qui essayent de corriger un minimum les effets les plus déplorables des déséquilibres, que cela n'éclate pas. oui l'effet du commerce équitable , les organisations humanitaires ... tout cela ne devrait servir a rien si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes

Pour rejoindre ce que dit Lord Dralnar, aux gens affirmant leur bonnes intentions je réponds simplement : Est ce que vous êtes prêt a voir baisser votre pouvoir d'achat ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Commerce équitable ?
MessagePosté: 13 Mai 2008, 20:53 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
C'est une manière de voir les choses, plutôt que de les regarder.


ageasse a écrit:
il est facile de dénoncer les conséquences quand on oublie les causes premiéres


Oui, oui, les causes premières tu dis ? Ben puisque c'est mardi gras, allons-y. Dans ta bouche comprendre : Les subventions agricoles des pays riches pour leurs producteurs.

Si mes souvenirs sont bons, ce système et lui même la conséquence d'une politique agricole d'autosuffisance alimentaire décidée par les pays riches avec forte mécanisation de l'agriculture et augmentation des rendements (fertilisant, engrais...). Mais en contre partie des lourds investissements que cette politique mettait à la charge de la paysannerie, il fallait garantir l'achat de toute la production. On prélève alors un impôt sur le contribuable pour financer/acheter une production alimentaire en vue d'atteindre l'autosuffisance. Opération tellement bien réussi que cela entraîne une très forte augmentation de la production céréalière, parce que c'est de ça surtout dont il s'agit au départ, avec constitution de surplus et d'excédents alimentaires.Voilà l'origine des subventions agricoles. Voilà aussi pourquoi de mon point de vue, cela m'étonnerait que ce système saute. La politique agricole d'une nation, est la clés de voûte de sa stabilité et de sa pérennité. Aucun accord de libéralisation (pouaaahhh) n'a jamais touché à la politique agricole des pays riches. Quand on sait l'importance stratégique de ce secteur, on comprend... Petit rappel, démocratie ou paix sociale rime avec ventre plein.

On peut remonter longtemps les causes premières, alors oui les subventions agricoles des pays riches sont bien un facteur qui perturbe le marché, mais le marché moi je lui pisse au cul.

l
ageasse a écrit:
a faute est au libéralisme ok, mais ce que réclament les pays pauvres ? Le Fmi, les coopératives, pratiquement tout le monde : c'est que tout simplement les règles économiques du libéralisme ne soient justement pas bafouées
Parce que les pays riches réclament le libéralisme en tout(presque) sauf .... justement dans le domaine agricole


Non, je ne te capte pas bien là, c'est la faute au libéralisme mais il faut donc appliquer le libéralisme, donc supprimons les subventions ? Drôle de raisonnement docteur ! Tu connais l'expression "sécurité alimentaire" ? Regarde comment elle s'est construite et on en reparlera pour voir si elles vont être supprimés les subventions.

- La libéralisation des échanges affaiblit les plus pauvres
La libéralisation des échanges est une des causes majeures de la faim dans le monde : les petits paysans qui n’ont que des outils manuels, ne peuvent résister à la concurrence de ceux qui ont des tracteurs et moissonneuses batteuses. Ce sont les exploitants les plus compétitifs qui, sur le long terme, président à la formation des prix sur le marché mondial et ces prix sont devenus trop faibles pour rémunérer correctement les paysans moins équipés du Tiers-Monde. Lorsque ces petits paysans sont en mesure de vendre leur surplus de production, ils rencontrent des problèmes de transport jusqu’au marché, et ensuite de prix de vente, trop bas pour leur procurer un revenu décent. Le prix des produits agricoles, comme le riz en Afrique, ne cesse de diminuer. La libéralisation des échanges a accru les inégalités et des centaines de millions de petits paysans n’ont même pas de quoi se nourrir. (cf : http://www.ritimo.org/dossiers_thematiques/alimentation/alimentation_intro.html)


Tiens je te colle un autre article que je n'ai pas lu :

http://www.ritimo.org/dossiers_thematiques/alimentation/alimentation_historique.html

Mais la fin me semble intéressante, j'ai mis en gras ce qui me semble important.

Citation:
A Hongkong en décembre 2005, la question agricole est au centre des discussions de l’OMC : une place sans commune mesure avec la réalité des échanges (qui ne font que 9 % des échanges mondiaux) mais en relation avec le nombre considérable de paysans concernés et de leur poids culturel et politique. L’OMC arrache un accord des 148 pays présents, car les pays riches se sont enfin engagés à supprimer leurs exportations agricoles à l’horizon 2013 (pour voir venir ?) et sous réserve de cas particuliers…
Cet accord ne satisfait pas tout le monde, notamment en Afrique. En effet, il apparaît une fissure manifeste au Sud, depuis l’apparition du G 20, entre pays qui peuvent assurer leur sécurité alimentaire et se placer sur le marché mondial, et les autres (PMA), que la libéralisation absolue enfonce dans la misère et la dépendance.
Au delà des négociations au sein de l’OMC, nombreux sont les « pays les moins avancés » qui ne font plus valoir leurs droits à la protection tarifaire car le Fonds Monétaire International (FMI) leur a imposé l’élimination ou la réduction drastique des droits de douane, comme une des conditions du rééchelonnement de leur dette extérieure.

L’évolution ainsi décrite a fait l’objet de nombreuses critiques, notamment en France, de la part de la Confédération paysanne et de nombreuses ONG, dont la Coordination Sud. Celle-ci, présente à Hongkong, souligne que le débat agricole est centré sur la question des parts de marché et du PIB et se tient « sans référence spécifique à la sécurité alimentaire », condamnant de ce fait des pans entiers de la petite paysannerie à la marginalisation et à la misère..

Quant à l’aide pure, évoquée par Kofi Annan, elle a déjà pris de nouvelles formes de contrainte politique. Pour le NEPAD, par exemple, l’aide est envisagée dans un marchandage à la bonne gouvernance. Stephen Smith estime d’autre part que « l’effet 11 septembre » a orienté ces dispositions vers la sélectivité de l’assistance extérieure, octroyée en fonction de critères géopolitiques, comme prime versée à des alliés … Il est à remarquer que ce niveau de négociation ne tient aucun compte ni des problèmes d’environnement : déboisement, destruction des sols, etc … ni de la question des OGM, contestés par certains mais dont les grands pays du Sud, Brésil en tête, sont partisans.


Alors ageasse est-ce toujours en supprimant les subventions qu'on résoudra le problème selon toi ? Moins d'aides, moins de règles, moins de solidarité, moins d'Etat ? Même sans subventions l'agriculture des pays riches pulvérise l'agriculture des pays pauvres, elles ne font en fait que collatéralement amplifier un phénomène dans ce monde libéral de chiotte.

Je ne sais pas, je dois mal m'exprimer, ou bien je capte tout de travers mais il me semble qu'ageasse tu me cherches sur une mauvaise base. Ou alors je fais une erreur d'analyse conséquente.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com