Forum http://www.rationalisme.org et http://zartregu.blogspot.com (le crocodile paroissial)

"Une explication est limpide lorsqu'elle entre dans ta tête comme du beurre dans ton cul", Rafael Eliyahu
Nous sommes le 16 Sep 2019, 04:59

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 247 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 24 Mar 2012, 22:27 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2008, 20:44
Messages: 1922
Une chouette vidéo :
http://www.dailymotion.com/video/xpktid_le-dessous-des-cartes_tv

_________________
Coucher avec un vieux, quelle horreur ! Mais avec un jeune, quel travail !
Alice Sapritch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Mar 2012, 09:01 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Roberte a écrit:

Merci pour le partage mais hélas je ne peux pas visionner la dite vidéo ces cons d'ARTE se sont arrangé pour que le contenu de la vidéo ne soit pas visible depuis la Suisse! Restreindre la diffusion d'une émission culturelle et pédagogique comme «Les dessous des cartes» quelle bande de cons à ARTE! :chaise:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Mar 2012, 14:59 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
On peut trouver des extraits de la vidéo sur d'autres supports que Arte +7 ou dailymotion, en cherchant par son ttre.

De toutes manières, la vidéo semble hors sujet : elle comporte des témoignages de dires ou discriminations racistes en Allemagne notamment, par des interviews de gens qui en sont victimes, ce qui a peu à faire dans le sujet "le racisme scientifique"...

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Mar 2012, 20:48 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2008, 20:44
Messages: 1922
Raf Hillman a écrit:
elle comporte des témoignages de dires ou discriminations racistes en Allemagne notamment, par des interviews de gens qui en sont victimes

Hein ?! Ce n'est pas la même vidéo...

Un bon tiers de la vidéo parle de la diffusion du racisme "scientifique" jusqu'en 1977 en France, dans les écoles:
-L'atlas de Vidal-Lablache et la carte des principales races ...
Carte se basant sur les travaux des naturalistes comme Buffon et Linné...
Se basant aussi sur la craniométrie de Broca, l’anthropologie de Blumenbach(à qui on doit la dénomination "caucasienne").
-Le manuel scolaire (jusqu'en 1977 !) "Le tour de la France par deux enfants, cours moyen" par G.Bruno, qui enseigne qu'il y a 4 races, blanche, rouge, jaune et noire, et que la race blanche est la plus parfaite des races humaines.

_________________
Coucher avec un vieux, quelle horreur ! Mais avec un jeune, quel travail !
Alice Sapritch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Mar 2012, 21:57 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
http://www.arte.tv/fr/3654756,CmC=3669318.html

Ce n'est pas ça l'émission en question ?

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Mar 2012, 22:06 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2008, 20:44
Messages: 1922
Ce n'est pas cette émission.

Je vais essayer de la trouver via ton lien...
Le Dessous des Cartes du 20/03/2012 qui a pour titre "Les mémoires du racisme".
La vidéo passe-t-elle ?

_________________
Coucher avec un vieux, quelle horreur ! Mais avec un jeune, quel travail !
Alice Sapritch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Mar 2012, 22:26 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
http://ddc.arte.tv/

Ca passe. OK, je l'ai vue.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Mar 2012, 22:27 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4057
Moi je la vois très bien, très synthétique, court, rythmée, bien montée. Tant pis pour vous les Suisses.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Mar 2012, 22:30 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
12 minutes et pas une seule fesse de black à poil ????
Pfff, quelle arnaque !

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 28 Mar 2012, 10:54 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Juil 2008, 20:44
Messages: 1922
Aaarg ! La vidéo à été retirée de Daylimotion... :cry:
Et sur le lien donné par Raf Hillman, c'est une nouvelle vidéo intéressante qui l'a remplacée : "Exhibitions ou l'invention du sauvage", avant d'être remplacée à son tour par la suivante etc...

Raf Hillman, dans cette vidéo, il y a des fesses de black ! :beer:

_________________
Coucher avec un vieux, quelle horreur ! Mais avec un jeune, quel travail !
Alice Sapritch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 19 Juil 2012, 21:16 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Je remonte ce topic pour faire part de la dernière croquette sensée expliquer l'infériorité des africains, croquette que l'on doit à Harpending et Cochran (voir ici, ici et ici).

La croquette est la suivante, les africains auraient un taux de mutation plus élevés car vivant en climat plus chaud (la chaleur augmenterait le taux de mutations) et ce taux de mutations plus élevés ferait que les africains accumuleraient davantage de variant rares tels que des mutations LOF (pour Loss Of Function) faiblement délétaires, c'est-à-dire pas suffisamment délétaires pour être éliminer par rapidement par sélection naturelle mais suffisamment délétère pour nuire phénotypiquement parlant aux populations noires-africaines y compris selon-eux en ce qui concerne l'intelligence moyenne des africains. Notons que Harpending et Cochran se basent notamment sur cette étude suivante montrant que les africains auraient davantage de variants rares dans leur génome que les européens et les asiatiques. Cette étude cependant ne s'adonnant cependant pas aux conclusions/extrapolations de nos deux racialistes!

Bien évidemment, même en passant la motivation idéologique puante de la croquette en question, on pourrait objecter que le plus grand nombre de variants rares au sein des populations africaines n'est pas du à un taux de mutations plus élevés, mais au fait que les effectifs (donc le nombre d'individus) africaines étaient plus importants durant la préhistoire que ce que l'on trouvait alors en Europe. Populations plus grande => Plus grande accumulation de variants rares.

Cependant à cette objection Cochran répond qu'elle ne peut expliquer le plus grand nombre de variants rares chez les africains, car ceux-ci étant en moyenne faiblement délétères, c'est-à-dire diminuant le fitness de 1% en moyenne, elles auraient du être pour la plupart être éliminer depuis la préhistoire. Donc le plus important taux de variants rares ne pourraient être que le fait d'un taux de mutations plus élevés celui-ci étant lui-même censé démontrer que les africains sont donc génétiquement plus négativement chargé en mutations faiblement délétères y compris en matière d'intelligence!

Bon personnellement je vois plus failles dans ce raisonnement à commencer par exclure le fait qu'une plus forte démongraphie durant la préhistoire pourrait toujours expliquer un plus fort taux de variants chez les africains, mais que donc parmi ces derniers on trouve que peu de variations délétères mais faiblement car celles-ci auraient également pu être purgés, la forte démongraphie passée expliquant cependant un fort taux de variant rares neutres sur le plan sélectifs.

Je sais Raf Hillman que tu n'as plus tellement envi de répondre à ce genre de trucs, mais vu que tu as des connaissances en génétique peux-tu néanmoins, si tu as le temps, me dire où se situe l'os génétiquement parlant dans toute cette construction théorique issu de l'esprit tordu de ces deux racialistes? Merci d'avance!

Et pour m'excuser pour mes posts pompeux une petit récréation!

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 20 Juil 2012, 09:39 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
Salut,
tu es bien conscient tout de même que tu t'attaques à 3 billets d'1/4 de page format A4 chacun, d'un sombre blog tenu par des racistes avérés ? Puisque c'est le cas, pas de souci. L'important étant qu'on soit en phase sur l'importance de ces gens-là et de leurs publications sur leur blog privé.

Citation:
Notons que Harpending et Cochran se basent notamment sur cette étude suivante montrant que les africains auraient davantage de variants rares dans leur génome que les européens et les asiatiques. Cette étude cependant ne s'adonnant cependant pas aux conclusions/extrapolations de nos deux racialistes!

Oui, et à ce propos: je n'ai pas retrouvé dans la publication de MacArthur en question, ni ce chiffre de + 25 % de LoF chez les pop. africaines, ni ce chiffre de - 1 % de fitness que prétend Cochran/Harpending...
Car si ces + 25 % de LoF est tout-à-fait possible, je me demande comment ils auraient pu quantifier une perte de "fitness" de 1 % sur les individus ou populations... étant donné que cette notion de fitness n'est qu'un artifice utilitaire, pratique pour simplifier des explications de dynamique évolutive, mais sans aucune signification concrète ni en génétique, ni en biologie, ni en pathologie.

Je ne dois pas avoir les yeux en face des trous (j'ai bien retrouvé ces chiffres dans le billet du raciste Cochran, mais ce ne nous est pas utile), aussi si tu peux m'indiquer les passages ou tableaux chiffrés que j'aurais loupés dans la publi de MacArthur, ce serait chouette.

Citation:
La croquette est la suivante, les africains auraient un taux de mutation plus élevés car vivant en climat plus chaud (la chaleur augmenterait le taux de mutations) et ce taux de mutations plus élevés ferait que les africains accumuleraient davantage de variant rares tels que des mutations LOF (pour Loss Of Function) faiblement délétères, c'est-à-dire pas suffisamment délétères pour être éliminer par rapidement par sélection naturelle mais suffisamment délétère pour nuire phénotypiquement parlant aux populations noires-africaines y compris selon-eux en ce qui concerne l'intelligence moyenne des africains.

Effectivement, cette proposition de Cochran & Harpending ne signifie pas grand chose. Les LOF considérés dans la publication ont été caractérisés ainsi :
Citation:
We used a custom algorithm to annotate large deletions as gene-disrupting if they fulfilled the following criteria:
1. Removal of >50% of the coding sequence; or
2. Removal of the gene’s transcriptional start site or start codon; or
3. Removal of an odd number of internal splice sites; or
4. Removal of one or more internal coding exons that would be predicted to generate a frameshift.

C-à-dire qu'ils ont comptabilisé des séquences [des allèles] sans discriminer si leurs répercussions potentiellement pathologiques (*) sont sur la bite, sur les organes, sur les orteils ou sur la cervelle (des tableaux de certaines pathologies sont fournis par la publi). Du coup, extrapoler sur le cerveau et l'intelligence n'est rien qu'une malversation des 2 individus en question.

(*) On ne peut même pas en extrapoler quoi que ce soit sur l'état de santé de ces populations par ces LOF, puisque ceux-ci sont généralement récessifs, ne s'exprimant (sauf exceptions) qu'en situation homozygote. Du coup, la publi ne fait que répertorier l'état de certaines variantes alléliques de diverses populations. L'allèle "non muté" correspondant suffit généralement à la synthèse (à exprimer correctement le caractère). C'est la situation classique. La publi précise d'ailleurs ce point que la majorité des LoF sont trouvés à l'état hétérozygote.

:D Tant que les populations ne s'adonnent pas trop intensément à la reproduction incestueuse et/ou consanguine, je ne vois pas quelle perte de fitness (ni encore moins d'intelligence) ces 2 racistes pourraient invoquer... Et même si, même si - supposition - ces populations avaient un fort taux d'homozygotes pour X caract. ou LoF (voir diverses listes fournies dans la publi), elles ont rarement à voir avec la cervelle et l'intellect, qui est principalement une construction et pas une programmation génétique : > 85 % des connexions neuronales se feront après la naissance. Et plus encore durant toute la vie.

Ces résultats de l'étude MacArthur n'intéressent peut-être que les férus de déplacements et flux des pop., ou les cartographes de génétique, pour des réflexions de santé publique ou que sais-je ; mais ne servent en rien à des déclinaisons sur l'intelligence interpopulations.

Citation:
Bien évidemment, même en passant la motivation idéologique puante de la croquette en question, on pourrait objecter que le plus grand nombre de variants rares au sein des populations africaines n'est pas du à un taux de mutations plus élevés, mais au fait que les effectifs (donc le nombre d'individus) africaines étaient plus importants durant la préhistoire que ce que l'on trouvait alors en Europe. Populations plus grande => Plus grande accumulation de variants rares.

Cependant à cette objection Cochran répond qu'elle ne peut expliquer le plus grand nombre de variants rares chez les africains, car ceux-ci étant en moyenne faiblement délétères, c'est-à-dire diminuant le fitness de 1% en moyenne, elles auraient du être pour la plupart être éliminer depuis la préhistoire. Donc le plus important taux de variants rares ne pourraient être que le fait d'un taux de mutations plus élevés celui-ci étant lui-même censé démontrer que les africains sont donc génétiquement plus négativement chargé en mutations faiblement délétères y compris en matière d'intelligence!

Effectivement, cela pourrait être ce que tu proposes: un réservoir ou pool génétique plus grand.
Mais je n'ai pas de commentaire à faire à ce sujet. Pour moi, que la prévalence de x LOF ou y allèle sur z population par rapport à une autre soit dû à la chaleur, au piment rouge, aux radiations, à l'ingestion de pepsi, à une barrière montagneuse ou à un taux de mutations plus élevé nus sous le soleil, ne change rien à la connerie de ces 2 imbéciles: "Cependant à cette objection Cochran répond qu'elle ne peut expliquer le plus grand nombre de variants rares chez les africains, car ceux-ci étant en moyenne faiblement délétères, c'est-à-dire diminuant le fitness de 1% en moyenne, elles auraient du être pour la plupart être éliminer depuis la préhistoire."

Citation:
"car ceux-ci étant en moyenne faiblement délétères, c'est-à-dire diminuant le fitness de 1% en moyenne, elles auraient du être pour la plupart être éliminer depuis la préhistoire. "

Euh... Pouet pouet ?

:D Il faut décrypter ce que Chochran/Harpending voulaient dire ici : "J'enrage que les négros n'aient pas été éliminés durant la préhistoire ! ".

Je ne vois pas d'autre traduction possible à tout ce charabia. "Le plus grand nombre de variants rares chez les africains"... mais qui n'est pas uniformément réparti n'a aucune incidence sur la santé d'une population ; et peut même être considéré comme le signe d'une polymorphie et variabilité génétique générale accusée (même s'il s'agit ici que de LoF), excellente chose pour l'humanité si on veut le prendre ainsi.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 20 Juil 2012, 12:38 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Salut Raf Hillman merci pour cette réponse concise!

Juste histoire de répondre et préciser encore deux trois choses j'en rajoute cependant une couche.

Raf Hillman a écrit:
Je ne dois pas avoir les yeux en face des trous (j'ai bien retrouvé ces chiffres dans le billet du raciste Cochran, mais ce ne nous est pas utile), aussi si tu peux m'indiquer les passages ou tableaux chiffrés que j'aurais loupés dans la publi de MacArthur, ce serait chouette.

Pour le fitness c'est bien sûr le fait de la seule extrapolation de Cochran, pour le chiffre de 25% de variants rares en plus chez les personnes d'ascendance africaines ou plus exactement les afro-américains les chiffres proviennent de cette étude. Les chiffres sont représentés dans cet article via le graphe suivant:

Image

Mais l'étude n'affirme bien évidemment pas non plus que les populations d'origine africaines seraient génétiquement handicapés en matière de fitness comme le soutiennent les deux racistes Cochran et Harpending! De plus l'étude se limite donc aux seuls Européens-Américains et Afro-Américains donc difficile par exemple de généraliser pour l'ensemble de la populations africaine, quoi que sachant que les africains sont génétiquement plus diverse (conséquence de l'histoire de l'humanité depuis la préhistoire), ce résultat d'un plus grand nombre de variants rares chez les personnes d'ascendance africaine est pour moi une demi-surprise, voir même pas une suruprise du tout! Ce que je ne comprend pas c'est comment peut-on affirmer, comme le font les deux racialistes, que ce nombre plus important de variant rares reflètent cependant forcément un taux de mutations différentiel entre africains et européens!

Enfin si je comprends en parti puisqu'il est affirmé (y compris dans l'article de la revue Science) que ces variants rares ont du pour la plupart apparaitre récemment, moins de 10'000 ans, suite à l'explosion démographique lié à l'agriculture, que beaucoup de ces varaints ont persité malgré le fait qu'ils sont en moyenne faiblement délétères. C'est à partir de là que les deux racialistes en désuisent que les différences de taux de variants rares entre populations s'expliqueraient par des différences dans le taux de mutations et auraient des conséquences sur l'intelligence, spéculations pour le moins gratuite comme on le sait déjà! Par ailleurs même si beaucoup de variants rares sont d'origines récentes, liés aux explosions démongraphiques de ces 10'000 dernières années, n'est-il pas possible qu'une nombre conséquent de ces variants rares soient plus anciens et/ou que les différences entre populations soient avant-tout liés à des événements démographiques particuliers et encore peu connu? De plus comment affirmer qu'un taux même de 25% plus élevé de variants rares signifie forcément un plus grand fardeau génétique? Surtout si certains de ces variants rares sont relativement anciens et ont donc eu le temps d'être soumis à la sélection le tout en rappelant commme tu le dit qu'avoir davantage de variations rares n'est pas forcément une mauvaise chose sachant que dans le tas il peut même y avoir quelques variants positifs pouvant un jour être utile ne sait-on jamais!

Ces spéculations faites à partir d'étude dont les inteprétations des données brutes, doivent être prises avec des pincettes m'agace surtout lorsque c'est toujours pour leur fair dire ce que l'on veut qu'elles disent à savoir ici que les noirs africains sont génétiquement inférieurs et d'autres excréments du même genre!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 20 Juil 2012, 21:19 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Raf Hillman a écrit:
Salut,
tu es bien conscient tout de même que tu t'attaques à 3 billets d'1/4 de page format A4 chacun, d'un sombre blog tenu par des racistes avérés ? Puisque c'est le cas, pas de souci. L'important est qu'on soit en phase sur l'importance de ces gens-là et de leurs publications sur leur blog privé.

Oui j'en suis hélas bien conscient, je sais bien que je ne devrais pas me prendre autant le chou pour les saloperies racistes de ces deux endives bonnes pour le composte. Mais hélas ces endives et d'autres académiciens racialistes ont une influence selon ma petite personne non-négligeable aussi bien dans dans les dits milieux académiques quand des des secteurs plus politisés de la sociétés. Je ne compte plus le nombre de médias et/ou site de vulgarisation scientifiques citant des Cochran et Harpending. Et puis bon il y a aussi ma tendance pathologique à ne pas supporter cette catégorie de conneries quand bien même il faut hélas apprendre à vivre dans un monde où celles-ci existent!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 21 Juil 2012, 00:04 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 09:20
Messages: 234
Hello !

Hans a écrit:
Mais l'étude n'affirme bien évidemment pas non plus que les populations d'origine africaines seraient génétiquement handicapés en matière de fitness comme le soutiennent les deux racistes Cochran et Harpending! De plus l'étude se limite donc aux seuls Européens-Américains et Afro-Américains donc difficile par exemple de généraliser pour l'ensemble de la populations africaine, quoi que sachant que les africains sont génétiquement plus diverse (conséquence de l'histoire de l'humanité depuis la préhistoire), ce résultat d'un plus grand nombre de variants rares chez les personnes d'ascendance africaine est pour moi une demi-surprise, voir même pas une suruprise du tout! Ce que je ne comprend pas c'est comment peut-on affirmer, comme le font les deux racialistes, que ce nombre plus important de variant rares reflètent cependant forcément un taux de mutations différentiel entre africains et européens!

Il se pourrait que cela reflète une fréquence mutationnelle différente ! Pourquoi pas si le climat et d'autres facteurs environnementaux le font infléchir ? Différente durant un certain temps historique pour tel environnement, mais pas intrinsèquement différente. On ne parle pas ici d'une "horloge moléculaire" qui serait différente entre populations (ce truc n'existe d'ailleurs même pas), mais de mutations ayant par le passé, et dieu sait pour quelle raison, passé outre les efficaces mécanismes de réparation de l'ADN ; et qui se seraient répandues +/- dans les diverses populations à des fréquences moyennement faibles. A contrario, les erreurs ou mutations réparées par notre organisme, se comptent probablement par millions quotidiennement... et par individu !

Cela ne devrait donc pas préoccuper, car il s'agit de différences en fait assez minimes : 25 % de plus sur pas grand chose, vu que les fréquences des variants sont très faibles : "On average, 2.3% of the 13,595 SNVs each person carried were predicted to affect protein function of ~313 genes per genome, and ~95.7% of SNVs predicted to be functionally important were rare. "
On ne parle ici que de 2,3 en moyenne, sur les SNVs portés. Pour un taux si relativement faible, à +/- 25 %, il n'y a pas de quoi en faire un buzz de santé mondiale.

Pour comparer on peut se référer au très connu taux de 1000 % plus pour la maladie de Tay-Sachs chez les Ashkénazes = 10 fois plus que la moyenne mondiale. Et pourtant, le problème (le risque) ne se posait vraiment que pour les relations intracommunautaires.
Les deux raciologues en question ne se servent pas de cette différence de taux comme épouvantail pour diaboliser les ashkénazes, ils le font néanmoins pour d'autres populations, puisque cela semble concerner leur cible "négroïde", et pour un taux 40 fois plus faible (par rapport au problème Tay-Sachs), d'une série de gènes. Aucun scrupule, les cons ça ose tout.

Cette histoire (je parle des élucubrations des Harpending et Co que tu soulèves) n'est qu'un épouvantail raciste de plus contre la mixité. Dans la même série que le prétendu appauvrissement de la "race blanche" par l'apport des autres, etc. Il ne faut pas leur donner l'importance scientifique qu'ils ne méritent pas, mais uniquement idéologique.

_________________
"« Et bien oui, nous sommes des sociobiologistes. C’est un titre d’honneur. Nous sommes ceux qui rajeuniront les sciences. Les sciences actuelles sont près de leur fin. Notre tâche est de les saccager. » "
H. Rauschning


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 21 Juil 2012, 00:28 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Arf oui c'est vrai que dit comme ça (remise en perspective puisque nous parlons de 25% d'un très pourcentage de variations), on comprend mieux l'absurdité de la chose, le plus étonnant étant que les deux endives non-seulement spéculent sur les supposées défficiences génétiques des africains mais en plus se focalisent directement sur l'intelligence de ceux-ci, le plus important étant selon d'amener une démonstration génétique de l'infériorité intellectuelle des africains, car celle-ci c'est-à-dire la démonstration génétique, fait toujours cruellement défaut!

Donc oui c'est avant tout idéologique mais ma foi ça m'irrite quand même, je sais pas pourquoi mais le racisme scientifique, celui consistant à vouloir à tout prix essentialiser biologiquement des populations ou catégorie de la populations comme nuisibles (même si ces faux-cul s'abstiennent d'utiliser ce terme hypocrisie qui les rend encore plus détestables) me tape particulièrement sur les nerfs bon promis cette fois-ci j'arrête de lire le blog de ces deux connards!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 21 Juil 2012, 23:58 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
(Je n'entre plus en discussion sur l'intellect en relation à ce sujet, on est tous au clair que c'est du n'importe quoi).

Mais même si les fréquences de ces variants sont négligeables, je n'ai toujours pas compris ce point succédané aux 25 % sup. entre X et Z:
Hans a écrit:
Pour le fitness c'est bien sûr le fait de la seule extrapolation de Cochran, pour le chiffre de 25% de variants rares en plus chez les personnes d'ascendance africaines ou plus exactement les afro-américains les chiffres proviennent de cette étude. Les chiffres sont représentés dans cet article via le graphe suivant:

Image


Curieux Brandy a écrit:
Cela ne devrait donc pas préoccuper, car il s'agit de différences en fait assez minimes : 25 % de plus sur pas grand chose, vu que les fréquences des variants sont très faibles : "On average, 2.3% of the 13,595 SNVs each person carried were predicted to affect protein function of ~313 genes per genome, and ~95.7% of SNVs predicted to be functionally important were rare. "
On ne parle ici que de 2,3 en moyenne, sur les SNVs portés. Pour un taux si relativement faible, à +/- 25 %, il n'y a pas de quoi en faire un buzz de santé mondiale.

Tu sénilises, vieux grabataire. Ce n'est même pas ça, c'est encore plus con.

De ce que je comprends du tableau : les populations d'américains d'origine africaine auraient en moyenne (disons d'après l'échantillonnage) environ + 25 % de variants rares exclusifs comparé à la moyenne des variants rares exclusifs aux non africains.
Et on y comprend aussi que, respectivement, la proportion de variants rares mais partagés ou communs, est supérieure d'environ + 67 % chez les américains d'origine européenne par rapport aux origines africaines.

Les + 25 % invoqués par les 2 anthropologues racistes ne sont donc même pas liés au total des mutations, mais relatifs au distinguo entre communes ou exclusives ! Que ce soit l'une ou l'autre sorte de variants (partagés ou pas) c'est kif kif en l'état des données: puisque ces 25 % (ou 68 % chez les autres, mais ils n'en parlent pas), il s'agit de proportions sur le total moyen des variants LoF (entre partagés ou exclusifs). Rien ne prédispose - en l'état des données brutes - à déduire que les variants exclusifs seraient potentiellement plus sévères que les variants partagés, ni l'inverse.
Du coup, je ne vois toujours pas où, dans ce tableau, on pourrait en déduire la moindre "dégénérescence ou déficience potentielle" comparée du pool génétique de qui que ce soit, ni de quelque population que ce soit par rapport à une autre, entre celles comparées par échantillons de génomes.

:hein: Il me semble que, soit j'ai raté une explication cruciale kekepart, soit les 2 racistes en question comprennent les choses comme bon leur semble. Il semblerait donc que, par un schéma évolutif simplet et grossier, Harpendng/Cochran spéculent sur la plus grande sévérité des mutations (rares) exclusives que des communes, alors que pour parler de sévérité il faut le faire par maladie, au cas par cas, faire appel à la médecine. Non pas à des réflexions évolutives grossières. Petit développement sur le ps ci-dessous :

ps: remarque bien qu'il est certain que des différences moyennes de fréquences de mutations (avec perte de fonction protéique ou autre), existent dans les pools génétiques d'une population par rapport à une autre. Comment en serait-il autrement puisque c'est pareil pour tout caractère ?
Mais il est spéculatif - comme le fait Harpending sans hésiter - d'affirmer de différentiel de gravité entre mutations toutes rares, dont certaines exclusives et d'autres communes aux populations considérées, ce sans relations directes et détaillées d'une pathologie (conséquence) par rapport à une autre. L'astuce, la ficelle piégée de l'anthropologue Cochran, est de commettre une glissade idéologique entre mutations rares et exclusives. Car s'il est schématiquement plutôt correct d'estimer que les mutations rares seront assez sévèrement pathologiques (lorsqu'exprimées), ce n'est pas le cas du distinguo "communes versus exclusives". Or dans ce tableau et sur les 2 publications, les mutations sont toutes considérées rares à très rares.
Il faut donc s'en remettre à ce genre de comptabilisations sur la prévalence des mutations et bien garder en tête que cela peut être utile pour l'individu porteur et/ou la famille ; nettement moins pour des populations vu leur fréquence minime. Avec ces chiffres bruts - sans évaluation de la gravité relative des conséquences de mutations les uns par rapport aux autres, lorsque exprimées, on ne peut en tirer aucun ordre de grandeur d' "état de santé général de pools génétiques" comparés, ni de santé générale comparée entre populations. Ce sans compter les points déjà évoqués: mutations majoritairement récessives, aléas culturels des brassages, etc.).
Il est possible ou même probable que pas mal de ces variantes soient assez récentes, distribuées différemment pour diverses raisons inconnues. Mais quand Harpending (dixit ton résumé) affirme quelque part dans son texte (je n'ai pas identifié ce passage, mais je me fie à ton résumé), que "durant la préhistoire les mutations rares auraient dû être éliminées", c'est une réflexion par simplification caricaturale de la ToE.
Déjà, les sujets ayant prêté leur génome aux banques de données génétiques (dont quelques dizaines de mutations en moyenne), sont majoritairement des porteurs sains pour la majorité des variantes en question. Ces donneurs de génomes sont des individus comme toi, comme moi, comme eux, comme nous tous. Rappeler donc quelques basiques aux racistes scientifiques de cette envergure de colibri n'est pas superflu: les allèles pathologiques perdurent et peuvent perdurer dans les populations à des taux réduits mais souvent +/- stables malgré la pression sélective. Sous divers raisonnements de bénéfice contextuel et même culturel chez les hétérozygotes, ils peuvent même se stabiliser à des fréquences assez élevées.
Le premier raisonnement, le plus compréhensible et connu, étant que seuls les caractères (pathologiques) exprimés font souffrir ou handicapent le porteur. Les porteurs sains, eux, transmettent leur mutation à leur descendance majoritairement saine (pour le caractère) sans tracas. C'est bien pourquoi les mutations délétères (=> maladies) dominantes "généalogiquement" transmises, sont nettement plus rares. Jamais ou très rarement endémiques à des populations. Du moins je n'en connais pas d'exemple.

Bref, je dirais que les populations subsahariennes ont pour l'instant de plus graves soucis de santé publique à résoudre - environnementaux et politiques - autrement plus cruciaux que ces histoires mal dégrossies de distribution et fréquences d'allèles.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 22 Juil 2012, 12:27 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Raf Hillman a écrit:
Il me semble que, soit j'ai raté une explication cruciale kekepart, soit les 2 racistes en question comprennent les choses comme bon leur semble. Il semblerait donc que, par un schéma évolutif simplet et grossier, Harpendng/Cochran spéculent sur la plus grande sévérité des mutations rares que des autres, alors que pour parler de sévérité il faut faire appel à la médecine et par maladie, au cas par cas. Non pas à des réflexions évolutives grossières.

Ben tient note ces deux extraits issus de la plume du dit Gregory Cochran!

Gregory Cochran l'endive racialiste a écrit:
Another related paper, by Jacob Tenessen et al, looked at a large set of coding genes, sequencing many times (average depth of 111x) for high accuracy. As in in MacArthur’s paper they found that the average person carries many probably-deleterious mutations, mutations which are individually rare. Each person carried, on average, mutations expected to change function (almost always for the worse, although usually only a little for the worse) in 313 genes (out of the 15,585 they studied.[/b]

They looked at African-Americans and Americans of European descent, about a thousand of each. They saw what MacArthur’s group did: there were significantly more probably-deleterious mutations in the 80%-African population. When they used a loose definition of functional variation, about 20% more : with a more conservative definition, which should have a higher fraction of truly deleterious genes, about 29% more.

Mais c'est étrange car en relisant l'étude de Jacob Tenessen et al je n'ai guère vue pareilles affirmations! À aucun moments il n'affirment que les afro-américains auraient une plus grande charge de mutations délétères. À ce titre voici les résultats de Tenessen et al:

Jacob Tenessen et al a écrit:
Image
Implications for disease and personal genomics. We evaluated gene-specific power of rare variant association studies in the EA and AA samples. We used Fisher’s exact test, a robust approach for aggregate testing of rare variation at a locus (27), to determine the power to detect an association for each gene harboring rare causal variants with ORs of 1.5 or 5 in 400 cases and 400 controls (18). In both the EA and AA samples,cases and controls were sampled from 1000 individuals selected to minimize any confounding effects of population stratification (fig. S17), with power calculations assuming a type I error rate of a = 0.001. In each sample, power varies widely across loci, and <5% of genes achieve 80% power even when relatively strong effects (OR = 5) are modeled (Fig. 4A); when causal variants are assumed to have an OR of 1.5, no genes achieve 80%power (fig. S18). Furthermore, although the AA sample has uniformly higher power per gene relative to the EA sample (Fig. 4A), caution is warranted because this is largely a function of our modeling assumptions (18). The mean number of SNVs per exome (homozygous nonreference and heterozygous genotypes) was 13,595, and ~66% (8893) of these sites were heterozygous. As expected, AAs had significantly more SNVs per exome than EAs (15,073 versus 12,406, Mann-Whitney test, P < 10−16), which is true for all classes of sites (Fig. 4B). Moreover, on average, each individual possessed 35 nonsense variants and was homozygous for at least one nonreference nonsense variant; 318 individuals (181 AAs and 137 EAs) were compound heterozygotes for nonsense SNVs. The mean number of novel SNVs per individual was 549 overall, but AAs had more than twice the number of novel SNVs compared with EAs (762 versus 362, respectively; P=1.9× 10−7 correcting for differences in the mean number of SNVs between populations). The fraction of overall variation that was novel in AAs was higher than in EAs (5 and 3%, respectively; P < 10−16). Lastly, although most protein-coding variants were rare in the full AA and EA population samples, the majority of SNVs found in an average individual were common (Fig. 4C).

L'affirmation de Cochran n'est donc qu'une spéculation, spéculation qui se base sur un surinterprétation à dessein des résultats de l'étude de Jacob Tenessen et al. À ce titre nous noterons ce passage intéressant de l'étude de Jacob Tenessen et al dont je me demande si Cochran l'a simplement compris correctement:

Jacob Tenessen et al a écrit:
We next examined the distribution of functionally important variation, functionally important singletons, and the proportion of functionally important SNVs per individual (Fig. 4D) by using both conservative and more liberal criteria (18). On average, individuals possess between 318 and 580 predicted functional protein-coding SNVs depending on how functional variants are defined, with slightly more in AA than in EA individuals (Fig. 4D). The average number of predicted functional singletons per individual was more robust to the definition of functional variants, ranged from 25 to 31, and was slightly higher in AA compared to EA individuals (Fig. 4D). In both cases, however, there was more variation among individuals than between populations.Lastly, the average proportion of predicted functional SNVs per individual varied between 2.3 and 4.2% (Fig. 4D). When the more liberal definition of functional SNVs was used, EA individuals have a significantly higher proportion of predicted functional SNVs compared with AA individuals (Fig. 4D; Wilcoxon-rank sum test; P < 10−15), consistent with empirical estimates and theoretical expectations because of the lower EA effective population size (28, 29). However, when the more conservative definition was used, this pattern was reversed, and AA individuals have a significantly higher proportion of predicted functional SNVs compared with EA individuals (Fig. 4D; Wilcoxon-rank sum test; P < 10−15). These results highlight how the definition of functional variants can influence inferences and underscore the importance of continued methodological development to robustly identify functionally important variation.

Je ne suis pas câlé en génétique mais là je suis sûr qu'il y a un sacré décalage entre les propos de Cochran et les résultats de l'étude de Jacob Tenessen et al et pas qu'un peu et cela indépendamment d'un possible taux plus élevé de mutation chez les Africains par-apport aux Européens. Mais bon tu as déjà souligné la chose dans ton précédent développement

Raf Hillman a écrit:
Il est possible ou même probable que pas mal de ces variantes soient assez récentes, distribuées différemment pour diverses raisons inconnues. Mais quand Harpending (dixit ton résumé) affirme quelque part dans son texte (je n'ai pas identifié ce passage, mais je me fie à ton résumé), que "durant la préhistoire les mutations rares auraient dû être éliminées", c'est une réflexion par simplification caricaturale de la ToE.

Oui d'ailleurs si jamais voici comme Gregory Cochran exprime la chose:

Gregory Cochran l'endive racialiste a écrit:
That was unexpected. Population history (and mutation rate) determine the variation you expect to find in neutral genes, but significantly deleterious mutations should be in mutation-selection balance. A neutral variant might easily be a million years old, but a deleterious variant will last, on average, 1/s generations, when s is the decrease in fitness caused by that variant. A mutation that decreases fitness by 1% should disappear in 100 generations or so, about 2500 years. Ancient bottlenecks should not influence the frequency of such noticeably deleterious mutations.

[.....]

This African excess is similar in every category they examined: in synonymous changes, in missense changes, in mutations that affect splicing or that turn a protein into hash. Synonymous changes are neutral (or close enough), and more neutral variants in Africans could be a consequence of population history (a generally larger population size over most of the last few tens of thousands of year). But that kind of ancient population history can’t matter much when we’re talking mutations that drop fitness by 1% or more, so what’s going on? The only simple explanation (that I can think of) is a higher mutation rate.

C'est vrai assez simpliste puisque se contentant de poser une perte de fitness de 1% comme moyenne grossièrement estimé pour les variants rares, notamment les LOF, puis se contente de poser l'équation 1/s pour en arriver au chiffre de 2500 ans (une génération humaine étant en moyenne de 25 ans). C'est en effet pour le moins simpliste et caricaturale car ignorant comme tu l'a déjà souligné tous les facteurs pouvant faire persister des mutations même faiblement délétères à basse fréquences sur des durées très longues et d'ailleurs pourquoi pas des variants neutres demeurant eux aussi à des fréquences faibles, mais bon ces deux racialistes sont des caricatures à eux tout seuls.

N.B: Pour le «80%-African population» il s'agit simplement des afro-américain car ayant en moyenne 80% d'ascendance africaine et 20% d'ascendance européenne.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 22 Juil 2012, 19:27 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
:D Ils tentent un remake de ceci, en somme :
Image
Race blanche : la plus parfaite.

Plus sérieusement, je pense que Cochran et Harpending tentent surtout de ramasser toute miette pouvant être utilisée pour corroborer leur heure de gloire littéraire passée sur l'accélération de l'évolution humaine durant ces 10 000 dernières années. Thèse-bouquin de ces 2 anthropologues qui est quasiment leur seul travail sorti de l'anonymat, mais qui scientifiquement n'a qu'une valeur anecdotique. Un livre de plus parmi la foule de bouquins encombrant les librairies.

Cochran a écrit:
A neutral variant might easily be a million years old, but a deleterious variant will last, on average, 1/s generations, when s is the decrease in fitness caused by that variant. A mutation that decreases fitness by 1% should disappear in 100 generations or so, about 2500 years. Ancient bottlenecks should not influence the frequency of such noticeably deleterious mutations.

Ce passage est du charabia. La notion de fitness est une quantification du succès reproductif, mais un boulet que traînent les sociobiolos (psy-évo et anthropologues) depuis des décennies, qu'ils sortent de leur chapeau à alouettes selon envi.

Citation:
Ancient bottlenecks should not influence the frequency of such noticeably deleterious mutations.

Bien sûr que si ! La dérive génétique est une composante omniprésente, parfaitement aléatoire, indépendante et précédant les pressions sélectives, s'exerçant en permanence. Son speech est un abracadabra, d'autant plus qu'il parle de "bottlenecks", c-à-dire des entonnoirs populationnels où la dérive génétique a justement le plus d'impact... La pression sélective rabotera bien évidemment un peu les angles, avec moindre d'impact.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Races humaines
MessagePosté: 25 Sep 2013, 18:24 
New friend
New friend

Inscription: 25 Sep 2013, 17:07
Messages: 8
Je viens de tomber sur le dossier que le site consacre à la question du racisme scientifique (http://www.rationalisme.org/french/scie ... ifique.htm)


Citation:
"Sous-espèces: Variétés géographiques de l'espèce (toujours interfécondes), issues de relatif isolement génétique (souvent géographique)*conditions environnementales/évolutives favorisant l'apparition de caractères distinctifs intergroupes.



Je ne vois pas bien dans quelle mesure on ne pourrait pas noter l'apparition de caractères distinctifs entre par exemple, aborigènes australiens et coréens... En taxinomie on distingue des sous-espèces sur des différences autrement plus subtiles. Et remettre en question la classification en sous-espèces revient à dire qu'on ne devrait pas, distinguer grizzli et ours blanc...


Le dossier fait beaucoup appel à des notions de "proximité génétique" auxquelles on ne comprend encore pas grand chose...

Enfin bref, je ne vois pas comment on pourrait s'opposer au "racisme scientifique" par un antiracisme pas scientifique du tout.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Races humaines
MessagePosté: 25 Sep 2013, 19:32 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4057
Ah bah ouais pepito, pas de bras, pas de chocolat ! Arriiiiiiiiiiiba ! caraaaaaammmmmmbaaaaaa ! Quand tu auras fini de tomber sur le dossier, tu le liras stp. Oui ? Non ?

La sous-espèce des cons en puissance, tu la vois comment au niveau caractéristiques propres ? Moi je leur connais quelques signes distinctifs particuliers.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Races humaines
MessagePosté: 25 Sep 2013, 21:07 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
Citation:
Et remettre en question la classification en sous-espèces revient à dire qu'on ne devrait pas, distinguer grizzli et ours blanc.
Areuh areuh ?

Je t'invite courtoisement à lire ces discussions-ci (à partir de la page 2 p.e., où ça commence à devenir sérieux):

viewtopic.php?f=82&t=1676&start=35

et à réagir sur des sujets précis, mais avec précision et non avec des blablas.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Sep 2013, 18:03 
New friend
New friend

Inscription: 25 Sep 2013, 17:07
Messages: 8
J'ai lu le fil mais je n'ai pas été follement convaincu... Je n'avais pas vu que mon post avait été rattaché ici. J'ai pensé qu'il avait été supprimén, du coups j'ai écrit cette tartine là un peu énervé...

Sur l'article en lui même:
Citation:
Ce que l’on appelait types raciaux autrefois ne constitue que les extrémités idéalisées d’une variation continue.

Citation:
Toute tentative de classification en races humaines est soit impossible, soit totalement arbitraire

La différence homme femme tient exactement du même principe. Il n'existe pas plus de femme correspondant à l'archétype femme que de pygmées correspondant à l'archétype pygmée. Il existe un continuum entre homme et femme, des hommes avec gynécomastie, des femmes à barbes, des insensibles au androgène... Faut-il remettre en cause les catégories homme et femme du fait qu'elles soient délimitées de manière "arbitraire" à leurs marges?

Faut-il nier l'existence de la catégorie "pauvre" parce que l'on est infoutu de trouver un seuil de revenu les séparant sans ambiguïté possible des "non-pauvres"?

Citation:
Il n'existe aucun gène (ni caractère du phénotype) commun et exclusif à un groupe d'individus ¬

Et alors? Il n'existe pas non plus de gène ou de caractère du phénotype que l'on retrouve chez tous les humains et que l'on ne retrouve chez aucune autre espèce. Cela n’empêche pas de tenir l'existence de l'espèce humaine pour avérée... Qui utiliserait un critère aussi radical pour une classification de rang inférieur?

Citation:
Causalités héréditaires attribuées abusivement à des corrélations.
Les causalités attribuées à des corrélations entre "QI, volume cérébral et différentes populations" sont la Bible et le principal produit d'appel du racisme scientifique. Or celles-ci ne tiennent que sur des corrélations fortuites auxquelles ils attribuent une causalité. Décryptons une tirade de ces fameuses corrélations :

A) Volume cérébral corrélé aux populations [Noires/Blanches]
B) QI corrélé aux populations [Noires/Blanches]
Transposé abusivement en liens de causalité par les racialistes, cela donne :
C) Plus faible QI dû au volume cérébral moindre des populations [Noires/Blanches]... !

Tout le début de l'article vise à donner de Rushton et autres chercheur du même cru une apparence de suprématistes blancs. Omettre que tous les travaux de ceux que vous appelez "racialistes" placent les asiatiques du nord au dessus des blancs en terme de QI ou de volume cérébral, c'est donner une vision volontairement faussée et peu honnête de leur travaux.
Pensez qu'une argumentation de 3 lignes puisse balayer les travaux de chercheurs universitaires sur un point aussi basique qu'une confusion entre corrélation et causalité, c'est vraiment prendre les lecteurs pour des débiles.
Une corrélation entre volume cérébral et QI est aussi trouvée chez des individus d'un même groupe.
La même corrélation entre QI et volume cérébral est trouvée aussi bien entre asiatiques et européens qu'entre européens et africains.

http://www.people.vcu.edu/~mamcdani/Big ... rticle.pdf
http://ajp.psychiatryonline.org/article ... eID=169186

Peut être que ces travaux sont biaisés, avec des échantillons insuffisants ou mal sélectionnés, qu'ils se plantent dans les corrections en fonction de la taille etc.. Mais pour l'instant, personne n'a démontré de fraudes dans ces travaux. Le seul qui se soit fait prendre à manipuler les données dans ce domaine.... c'est SJ Gould cité abondamment dans l'article.

http://www.plosbiology.org/article/info ... io.1001071

Sinon, c'est amusant de voir que la plupart des scientifiques qui s'opposent à ces travaux acceptent sans broncher les corrélation entre volume crânien et apparition de l'art pariétal ou de la taille des outils faite par les paléoanthropologues sur des échantillons de population autrement plus faibles...

Citation:
Quant à l’évolution biologique de ces capacités au sein des différents groupes humains, pourquoi aurait-il fallu qu’elles divergent de façon conséquente durant ces environ 60 000 dernières années (d), comme ce fut le cas avec la couleur de la peau ? La structure de l’oreille interne aurait-elle divergé au sein des différentes populations de chasseurs ? La structure du cerveau aurait-elle divergé ?

Qu'est-ce qu'une différence "conséquente"? pourquoi la stabilité de la structure de l'oreille interne serait un argument montrant la stabilité des capacités cognitives chez l'homme?

Citation:
Le cerveau en particulier a cette caractéristique unique, la plasticité cérébrale (e) , lui permettant de se remodeler en quelque sorte au fur et à mesure des besoins : des informations et émotions, de la nécessité d'enregistrer des données, d'acquérir et d'apprendre des gestes et des connaissances. Remodelage qui fait l'individu, qui construit l'homme et le suit tout au long de sa vie : plasticité structurelle héritée

Il faut donc tenir pour valide et acquis le principe d'une plasticité cérébrale équivalente chez tous les humains sans avoir le début d'une idée des gènes en cause?
Comment fonctionne ce mécanisme de plasticité? Y aurait-il un gène ou deux ou N gènes impliqués? Comment évacuer la possibilité d'un petit polymorphisme de trois fois rien sur des gènes que l'on n'a pas encore identifié ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 26 Sep 2013, 19:06 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
pepito a écrit:
La différence homme femme tient exactement du même principe. Il n'existe pas plus de femme correspondant à l'archétype femme que de pygmées correspondant à l'archétype pygmée.

Deux chromosomes X un vagin un utérus, des trompes, des ovaires, tu as un archétype femme peu importe sa corpulence, son bronzage, sa taille ou même de sa coiffure! Pas compliqué le sexe au sein de notre espèce c'est assez bien définit malgré l'existence d'anomalies développementales, hormonales, chromosomique ou autres! Par comparaisons les métis ne sont pas des anomalies c'est la règle car nous le sommes tous dans une certaine mesure!

pepito a écrit:
Faut-il nier l'existence de la catégorie "pauvre" parce que l'on est infoutu de trouver un seuil de revenu les séparant sans ambiguïté possible des "non-pauvres"?

Non pas plus que les sociologues n'ont à renoncer à la notion de «races» sociologiquement parlant. Bordel t'a pas pigé qu'on causait des prétentions biologiques et pas sociologiques du mot «race» en fait tu passe du biologique au sociologique sans en faire la distinction tu es un cas mon chéri!

pepito a écrit:
Et alors? Il n'existe pas non plus de gène ou de caractère du phénotype que l'on retrouve chez tous les humains et que l'on ne retrouve chez aucune autre espèce. Cela n’empêche pas de tenir l'existence de l'espèce humaine pour avérée... Qui utiliserait un critère aussi radical pour une classification de rang inférieur?

On n'utilise pas une classification aussi radicale on considère justement la diversité génétique et sa distribution dans son ensemble pauvre clown fétide que tu es! C'est précisé dans l'article triple buse! Et justement considère dans son ensemble la distribution de la diversité génétique et phénotypique de notre espèce, tu as une distribution hyper-mosaïque, pas de clades bien définis comme lorsque tu définis et classe phylogénétiquement les différentes espèces de mammifères, triple bourricot que tu es! Toi comprendre?

pepito a écrit:
Tout le début de l'article vise à donner de Rushton et autres chercheur du même cru une apparence de suprématistes blancs. Omettre que tous les travaux de ceux que vous appelez "racialistes" placent les asiatiques du nord au dessus des blancs en terme de QI ou de volume cérébral, c'est donner une vision volontairement faussée et peu honnête de leur travaux.

Bullshit! Rushton place les blancs dans le juste milieux avec des Nord-Est asiatiques légèrement plus intelligent que les blancs mais sexuellement inférieurs par-apport au blancs dans un juste milieux avec une virilité développée sans pour autant être de stupides et lubrique sauvages comme il dépeint les Africains! Pour ce dernier point cette grosse merde de Rushton va jusqu'à se référer comme référence ethnographique à des stupides textes d'explorateurs arabes racistes pour appuyer son point!

pepito a écrit:
Pensez qu'une argumentation de 3 lignes puisse balayer les travaux de chercheurs universitaires sur un point aussi basique qu'une confusion entre corrélation et causalité, c'est vraiment prendre les lecteurs pour des débiles.

Ose prétendre avec référence sérieuse en génétique à l'appuie (et lis bien ta référence avant de la poster pauvre clown) démontrant que génétiquement les noirs sont désavantagé intellectuellement par-apport aux blancs? Aller vas-y sort la nous sinon ça veut bien dire que toute ces construction racialistes de merde que tu que des corrélations dont certains prétendent qu'elle établissent une causalité génétique!

pepito a écrit:
Une corrélation entre volume cérébral et QI est aussi trouvée chez des individus d'un même groupe.
La même corrélation entre QI et volume cérébral est trouvée aussi bien entre asiatiques et européens qu'entre européens et africains.

Et alors? Bordel tes notions de biologie et de statistiques sont si limitées que tu ne piges pas que cela ne nous renseigne ni sur l'ensemble des causes à l'origine des différences intragroupes (ici des groupes continentaux) ni même percute ta tête que même si des différences intragroupes sont innées ce n'est pas forcément que les différences intergroupes le sont également?

Image

pepito a écrit:
Sinon, c'est amusant de voir que la plupart des scientifiques qui s'opposent à ces travaux acceptent sans broncher les corrélation entre volume crânien et apparition de l'art pariétal ou de la taille des outils faite par les paléoanthropologues sur des échantillons de population autrement plus faibles...

Sans blague tout comme on se marre volontiers des paléoanthropologues qui affirmaient péremptoirement et sans preuve que Neandertal était plus con que Cro-Magnon!

pepito a écrit:
Comment fonctionne ce mécanisme de plasticité? Y aurait-il un gène ou deux ou N gènes impliqués? Comment évacuer la possibilité d'un petit polymorphisme de trois fois rien sur des gènes que l'on n'a pas encore identifié ?

Image

Hé ho du bateau, personne ici n'affirme péremptoirement une vérité toute faite ce sont vous autres les étrons racialistes qui affirmez avoir déjà démontrer des différences intellectuelles innées entre noirs, blancs et asiatiques sans même que l'on ne connaisse tous les gènes (et l'impact de toues les variations génétiques sur d'éventuelle différences cognitives) impliqué dans notre cognition plasticité cérébrale incluse! Bref ta critique tu peux te la garder et l'enfoncer bien profondément dans ton rectum car c'est à vous qu'elle s'adresse mon chéri!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 27 Sep 2013, 03:03 
New friend
New friend

Inscription: 25 Sep 2013, 17:07
Messages: 8
Heureusement que tu m'appelles un peu ton chéri parce que j'aurais vu de l'animosité dans ta réponse...

Citation:
Deux chromosomes X un vagin un utérus, des trompes, des ovaires, tu as un archétype femme peu importe sa corpulence, son bronzage, sa taille ou même de sa coiffures! Pas compliqué, le sexe au sein de notre espèce c'est assez bien définit malgré l'existence d'anomalies développementales, hormonales, chromosomique ou autres! Par comparaisons les métis ne sont pas des anomalies, c'est le règle car nous le sommes tous dans une certaine mesure!




Une jeune fille, considérée comme telle depuis la naissance, qui consulte un gyneco 15 ans parce que ses règles ne viennent pas, à qui on découvre une absence d'utérus, des chromosome XY, et un syndrome d'insensibilité totale aux androgènes, tu la classes où ? Homme ? femme ? Et es transsexuels ? Les hermaphrodites ?

On ne peut pas juger de la pertinence d'une catégorie uniquement à la netteté de ses délimitations. (bis)




Citation:
Non pas plus que les sociologues n'ont à renoncer à la notion de «races» sociologiquement parlant. Bordel t'a pas pigé qu'on causais tes prétentions biologique et pas sociologique du mot «race» en fait tu passe du biologique au sociologique sans en faire la distinction tu es un cas mon chéri!



La carnation du visage, la pigmentation de la peau la texture des cheveux etc sont des réalités aussi biologiques que l'apparition d'une paire d'ovaires.

Citation:
On n'utilise pas une classification aussi radical, on considère justement la diversité génétique et sa distribution dans son ensemble pauvre clown fétide que tu es! C'est précisé dans l'article triple buse! Et justement considère dans son ensemble la distribution de la diversité génétique et phénotypique de notre espèce, tu as une distribution hyper-mosaïque, pas de clades bien définis comme lorsque tu définis et classe phylogénétiquement les différentes espèces de mammifères, triple bourricot que tu es! Toi comprendre?


S'il y avait une répartition aléatoire des caractères, il serait impossible de discerner des différences entre populations. Ce n'est pas le cas. Et le discours alambiqué sur les variation intra-groupe supérieures aux variation intergroupes fonctionnent lorsqu'on ne prend que quelques gènes. Au delà d'un certains nombres on trouve qu'un blanc européen est toujours plus proche d'un autre blanc européen que d'un noir africain.

Citation:
Bullshit! Rushton place les blancs dans le juste milieux avec des Nord-Est asiatiques légèrement plus intelligent que les blancs mais sexuellement inférieurs par-apport au blancs dans un just milieux avec une virilité développé sans pour autant être de stupides et lubrique sauvages comme il dépeint les Africains! Pour ce dernier point cette grosse merde de Rushton va jusqu'à se référer comme référence ethnographique à des stupides textes d'explorateur arabes racistes pour appuyer son point!

Procès d'intention. Point de vue purement subjectif. Sans intérêt.

Citation:
Et alors? Bordel tes notions de biologie et de statistiques sont si limitées que tu ne piges pas que cela ne nous renseigne ni sur l'ensemble des causes à l'origine des différences intragroupes (ici intergroupe continentaux) ni même percute ta tête que même si des différences intragroupes sont innées ce n'est pas forcément que les différences intergroupes le sont également?



Sisi je percute et je suis d'accord (mon lapin). C'était surtout une critique sur le procédé rhétorique utilisé. Choisir parmi ses travaux uniquement volume crânien et le QI- pour donner un coté phrénologie- et prendre uniquement les résultats des noirs et des blancs -pour donner un coté suprématiste redneck- c'est faire un résumé peu honnête de ses travaux.
Le truc de rushton, c'est de trouver de faire des classifications entre noirs blancs et asiatiques, sur N facteurs allant de la taille du chibre au taux d'épargne. C'est son truc, sa marotte, sa passion numéro 1.
Et on retrouve le même ordre de classement pour des indicateurs comme le QI, le volume cérébral, le nombre de partenaire sexuel, l'age du premier rapport, la durée moyenne de la grossesse, l'age de la marche, le niveau de violence etc etc...

On peut lui prêter des intentions douteuses, des arrières pensées sordides, mais ça n'a pas valeur d'argument.

Citation:
Ose prétendre avec référence sérieuse en génétique à l'appuie (et lis bien ta référence avant de la poster pauvre clown) démontrant que génétiquement les noirs sont désavantagé intellectuellement par-apport aux blancs? Aller vas-y sort la nous sinon ça veut bien dire que toute ces construction racialistes de merde que tu que des corrélations dont certains prétendent qu'elle établissent une causalité génétique!
Hé ho du bateau, personne ici n'affirme péremptoirement une vérité toute faite ce sont vous autres les étrons racialistes qui affirmer avoir déjà démontrer des différences intellectuelles innées entre noirs, blancs et asiatiques sans même que l'on ne connaisse tous les gènes (et l'impact de toues les variations génétiques sur d'éventuelle différences cognitives) impliqué dans notre cognition plasticité cérébrale incluse! Bref ta critique tu peux te la garder et l'enfoncer bien profondément dans ton rectum car c'est à vous qu'elle s'adresse mon chéri!


Il n'y a aucun besoin de faire un séquençage ADN pour différencier un coréen et un pygmée. Une paire d'yeux suffit. Mendel a pu classé ses petits poids sans leur faire un séquençage. Donc, je persiste, je ne trouve pas pertinent de placer les discussions uniquement sur le plan génétique -que l'on ne sait pas utiliser- plutôt que dans l'observations des phénotypes qu'on a sous le nez.

Pour l'instant, la génétique dit qu'il n'y a pas de « différences génétique importantes » entre groupes raciaux -ou continentaux ou comme tu veux- elle dit aussi que la baleine est génétiquement bien plus proche du hérisson que du requin pèlerin.

Pour l'instant, les études sur les « gènes de l'intelligence » ne valent pas grand chose (dans un sens comme dans l'autre) parce qu'on ne connaît pas -encore une fois -les liens entre génétique et développement. On arrive déjà pas à modéliser les effets de la trisomie 21 sur la formation du cerveau, on est encore à 100 lieues de pouvoir comprendre l'effet de différences génétiques autrement plus fine entre populations...

Du coups, la génétique ne permettant pas de trancher la question, dans un sens comme dans l'autre/ Mais on peut toujours observer les résultats des phénotypes dans le monde concret. Et force est de constaté que le monde réel s'ingénie à faire plutôt du rushton que du jacquard...


Exemple:

Comment expliquer qu'au test SAT ( test d'admission en fac), parmi les noirs, seuls les élèves issus de famille gagnant plus de 100 000 dollars par an, dépassent les résultats des élèves issus de familles blanches gagnant moins de 10 000 dollars par an ?


http://www.tcrecord.org/content.asp?contentid=16925


100000 dollars par an, ce ne sont plus des familles monoparentales du fin fond du ghetto bordel...

Face à ce genre de données tu vas retomber sur tes pattes en pointant des discriminations etc... mais ça paraît tellement énorme.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 27 Sep 2013, 09:45 
Glorbs
Glorbs
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juin 2006, 17:44
Messages: 544
Citation:
Une jeune fille, considérée comme telle depuis la naissance, qui consulte un gyneco 15 ans parce que ses règles ne viennent pas, à qui on découvre une absence d'utérus, des chromosome XY, et un syndrome d'insensibilité totale aux androgènes, tu la classes où ? Homme ? femme ? Et es transsexuels ? Les hermaphrodites ?

On ne peut pas juger de la pertinence d'une catégorie uniquement à la netteté de ses délimitations. (bis)



C'est complètement débile ton exemple, et totalement faux. Ce n'est pas parce que les catégories ont des frontières floues que les catégories n'existent pas. Si l'on s'en réfère à ce que tu écris, ils n'existent ni hommes, ni femmes, juste parce que quelques individus ultra-minoritaires ne peuvent pas être classifiés dans le groupe des hommes, ni dans celui des femmes, et représentent donc eux-mêmes un troisième groupe à part entière.
Prenons des pommes totalement rouge, puis des pommes totalement jaune. On peut bien définir le groupe des pommes rouges, puis celui des pommes jaunes, même s'il existe un groupe de pommes qui sont rouge et jaune à la fois.


Citation:
Et on retrouve le même ordre de classement pour des indicateurs comme le QI, le volume cérébral, le nombre de partenaire sexuel, l'age du premier rapport, la durée moyenne de la grossesse, l'age de la marche, le niveau de violence etc etc...


J'aimerai bien savoir comment "on" s'y prend pour juger du "niveau de violence". J'ai comme l'impression que tu mélanges allègrement indicateur individuel de QI, de volume cérébral, quantifiable sur chaque individu, et indicateur généraliste de pourcentage de crimes au sein d'une population définie, donc non-quantifiable sur chaque individu.
C'est volontaire ce mélange ?

Si je racontes des âneries : comment "on" juge du niveau de violence d'un individu en particulier ? avec quels outils ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 27 Sep 2013, 11:14 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
pepito a écrit:
Heureusement que tu m'appelles un peu ton chéri parce que j'aurais vu de l'animosité dans ta réponse...

Oui tu es mon chéri si tu veux tu peux même être ma bitch comme on dit outre-Atlantique! :mrgreen:

pepito a écrit:
Une jeune fille, considérée comme telle depuis la naissance, qui consulte un gyneco 15 ans parce que ses règles ne viennent pas, à qui on découvre une absence d'utérus, des chromosome XY, et un syndrome d'insensibilité totale aux androgènes, tu la classes où ? Homme ? femme ? Et les transsexuels ? Les hermaphrodites ?

Je classe cela dans le cas des «anomalies développementales» on parle même de pathologies considérant le fait que généralement ces anomalies sont causes de stérilité! Dans ces cas-ci le sexe n'est pas formellement défini, généralement on décide et/ou la personne décide (ce qui pose diverses questions éthiques) mais il s'agit donc là d'exceptions et/ou d'anomalies, le sexe se définit généralement simplement la classification hommes-femmes n'est pas une classification floue et arbitraire! On a deux sexes mâle et femelles, définis selon des critères claires, mais au fait combien de «races» tu définis mon chou?!

pepito a écrit:
On ne peut pas juger de la pertinence d'une catégorie uniquement à la netteté de ses délimitations. (bis)

On le juge également d'après la clareté des critères, avec le sexe pour nous autres êtres humains et plus généralement mammifères tu as une différence chromosomique, et des différences physiologiques pour le moins précises! Avec la «race» non! Toi comprendre?

pepito a écrit:
La carnation du visage, la pigmentation de la peau la texture des cheveux etc sont des réalités aussi biologiques que l'apparition d'une paire d'ovaires.

ImageImage

Les types ci-dessus ont également plein de différence physiques aussi réelles que l'apparition d'une paire d'ovaires, tu les classes dans deux catégories raciales différentes triples bourricot que tu es? :mrgreen:

Bordel tu mélanges tout en usant de sophismes et de lapalissades insipides au lieu de tenir compte de ce qu'on t'explique, fait de l'ordre dans ta tête avant de poster!

pepito a écrit:
S'il y avait une répartition aléatoire des caractères, il serait impossible de discerner des différences entre populations. Ce n'est pas le cas. Et le discours alambiqué sur les variation intra-groupe supérieures aux variation intergroupes fonctionnent lorsqu'on ne prend que quelques gènes. Au delà d'un certains nombres on trouve qu'un blanc européen est toujours plus proche d'un autre blanc européen que d'un noir africain.

Bordel tu prends vraiment les autres pour aussi nouilles que tu l'es toi-même petit rappel!

Image

Greg Watson partagent davantage de SNPs avec un Coréen qu'avec Greg Venter, et là le nombre de variations génétique se compte en millions! On peut trouver d'autres exemples de ce genre avec les noirs africains! Mais qui as dit ici qu'on ne pouvait pas discerner des populations mon pauvre zigotos, tu paries combien qu'on parvient à distinguer les basques des bretons, deux races différentes? Mais on fait quoi avec les noirs-africains? Combien de races différentes? Tes races c'est juste des populations qu'on définit au grès des différences de fréquences alléliques c'est bien ça? Ce n'est rien d'autre si tu t’en tiens à une description biologique sans y mettre tes gros sabots sociologiques! Dès lors tu en définis combien des «races» bordel de merde?! Aller vas définis-nous tes «races» on va tout de suite voir ce que ça vaut en terme de compréhension de la diversité génétique et phénotypique humaine on va bien se marrer!

pepito a écrit:
Procès d'intention. Point de vue purement subjectif. Sans intérêt.

Bullshit!

Quand on est à la tête d'une organisation fondée par un pro-nazi notoire, dont le but est de tournée vers la démonstration l'infériorité des noirs sur les blancs, et que le même gogol à la tête de cette organisation s'amuse à se référer à des sources merdiques et même racistes c'est qu'on a à faire à un charlatan! Mais remarque ton Rushton se réfère également volontiers à des sources poilantes lorsqu'il cause de la grosse bite des noirs!

pepito a écrit:
Si si je percute et je suis d'accord (mon lapin). C'était surtout une critique sur le procédé rhétorique utilisé. Choisir parmi ses travaux uniquement volume crânien et le QI- pour donner un coté phrénologie- et prendre uniquement les résultats des noirs et des blancs -pour donner un coté suprématiste redneck- c'est faire un résumé peu honnête de ses travaux.

Pauvre chou! Aller chercher ces références scientifique dans ce genre de revue.....

Image

.....Ca ne fait pas gros Redneck bien bourrin et bien lubrique du tout, non c'est nous qui ne comprenons pas le génie du bonhomme! :fr:

pepito a écrit:
Le truc de rushton, c'est de trouver de faire des classifications entre noirs blancs et asiatiques, sur N facteurs allant de la taille du chibre au taux d'épargne. C'est son truc, sa marotte, sa passion numéro 1.

Ca on le savait déjà d'ailleurs sa marotte, sa passion était si prononcé que ça le poussait à de joyeuses initiatives:

Citation:
Rushton was reprimanded by his school, the University of Western Ontario, for accosting people in a local shopping mall and asking them how big their penises were and how far they could ejaculate. "A zoologist doesn't need permission to study squirrels in his backyard," he groused (Rolling Stone, 10/20/94).

Déontologie et méthodologie des plus rigoureuses! Il suffit d’accoster des gens et de leur demander la taille de leur bite et aussi jusqu'à où ils peuvent éjaculer (bordel il pense peut-être qu'à l'instar de sa personne les hommes s'amusent à mesurer la portée en mètres de leurs éjaculations), non sérieusement ton Rushton est un génie!

pepito a écrit:
Et on retrouve le même ordre de classement pour des indicateurs comme le QI, le volume cérébral, le nombre de partenaire sexuel, l'age du premier rapport, la durée moyenne de la grossesse, l'age de la marche, le niveau de violence etc etc...

Oui d'ailleurs ces théories sont connue pour le ridicule et leur lubricité voici une citation de Rushton à encadrer dans les annales de l'anale!

«It's a trade-off: More brain or more penis. You can't have everything» John Philippe Rushton

Hormis le côté lubrique et comique de cette citation ce qui rend celle-ci encore plus drôle c'est que ça vient d'un type qui se compare à un zoologiste, qui prétends faire d'intéressante théorie en anthropologie biologique, oui c'est drôle et tu sais pourquoi c'est si drôle, ben pour la raison suivante!

Image

Bordel c'est quand je lis certaines de ses perles de ce calibre que j'arrive à en regretter moi-même que John Philippe Rushton nous ait quitté!

pepito a écrit:
On peut lui prêter des intentions douteuses, des arrières pensées sordides, mais ça n'a pas valeur d'argument.

Non ces histoires de bites et de cerveaux ça en revanche c'est de l'argument! :fr:

pepito a écrit:
Il n'y a aucun besoin de faire un séquençage ADN pour différencier un coréen et un pygmée. Une paire d'yeux suffit. Mendel a pu classé ses petits poids sans leur faire un séquençage. Donc, je persiste, je ne trouve pas pertinent de placer les discussions uniquement sur le plan génétique -que l'on ne sait pas utiliser- plutôt que dans l'observations des phénotypes qu'on a sous le nez.

Bordel là tu réponds à côté moi je te causais de prétentions racialistes voulant que les Noirs-Africains seraient en raison de facteurs génétiques, moins intelligents que les Européens et les Asiatiques. Mais soit puisque c'est si simple de définir des races phénotypiquement allons y gaiment, voici des Pygmées!

Image

Facile non? Pourtant tu parie combien que ces pygmée sont génétiquement plus proches des Est-Asiatiques que des Pygmées africains? Parce que oui ces pygmées ne sont pas africains mais philippins! Si un anthropologue veut réellement décrire de manière les diverses populations humaines, leur diversité, leur relations phylogéographiques, historiques et autres, tu crois qu'il peut aujourd'hui ignorer l'apport de la génétique et se contenter de variables phénotypiques? Non mon gogol on prend toutes les données disponibles et génétiques et phénotypiques et là on voit ce que ça donne comme classement et avec l’espèce humaine c’est très rigolo tellement c’est le bordel! Alors vas-y définis les nous scientifiquement, c’est-à-dire biologiquement de manière rigoureuses tes «races humaines», ça promet d’avance d’être plus rigolo encore j’en ris déjà!

pepito a écrit:
Pour l'instant, la génétique dit qu'il n'y a pas de « différences génétique importantes » entre groupes raciaux -ou continentaux ou comme tu veux- elle dit aussi que la baleine est génétiquement bien plus proche du hérisson que du requin pèlerin.

Image

Heureusement que tu es là pour nous balancer ces lapalissades! :mrgreen:

pepito a écrit:
Pour l'instant, les études sur les « gènes de l'intelligence » ne valent pas grand chose (dans un sens comme dans l'autre) parce qu'on ne connaît pas -encore une fois -les liens entre génétique et développement. On arrive déjà pas à modéliser les effets de la trisomie 21 sur la formation du cerveau, on est encore à 100 lieues de pouvoir comprendre l'effet de différences génétiques autrement plus fine entre populations... Du coups, la génétique ne permettant pas de trancher la question, dans un sens comme dans l'autre/ Mais on peut toujours observer les résultats des phénotypes dans le monde concret. Et force est de constaté que le monde réel s'ingénie à faire plutôt du rushton que du jacquard...

Tu baragouines pour ne rien dire, enfin si tu avoues à demi-mot être d’accord avec le fait que ces endives racialistes n’ont rien de solide, à ce stade je peux même proposer une troisième opition les Noirs-Africains ont un potentiel intellectuel inné plus important que les blancs, ce n’est pas plus démontré que le contraire ou pas de différence du tout! Le problème c’est ta chute qui au mieux ne veux rien dire au pire est d’une stupidité des plus flagrantes! Si le monde réel s’amuse réellement à considérer les conneries Rushtoniennes comme étant de la recherche sérieuse alors nous sommes tous foutus, condamner à être des Pépitos fétides!

pepito a écrit:
Comment expliquer qu'au test SAT ( test d'admission en fac), parmi les noirs, seuls les élèves issus de famille gagnant plus de 100 000 dollars par an, dépassent les résultats des élèves issus de familles blanches gagnant moins de 10 000 dollars par an ?

Je n’en sais rien et ce n’est pas faire du Rushton, c’est un constat qui peut-être, probablement s’explique en raison de diverses variables économiques et sociales ne concernant pas que les personnes testées mais également le milieu (donc culturel et économique notamment en termes de relations et d’interactions sociales) dans lequel celle-ci évoluent!

«For example, consider only affluent households whose incomes were above $75,000 in each year (adjusted for inflation). Table 2 shows that the average affluent white household lived in a neighborhood where the poverty share was under 10 percent in every year. But poor white households (incomes below $40,000) lived in neighborhoods with only slightly greater poverty shares, about 12 percent or 13 percent. In contrast, affluent blacks lived in neighborhoods that were 14-15 percent poor, and affluent Hispanics in neighborhoods that were about 13 percent poor. On average around the country, in this whole period of nearly two decades, affluent blacks and Hispanics lived in neighborhoods with fewer resources than did poor whites.» John R. Logan (2010), Separate and Unequal: The Neighborhood Gap for Blacks, Hispanics and Asians in Metropolitan America , Brown University

Note la publication ci-dessus ne prend en compte que l’aspect économique facilement mesurable car des variables culturelles autre qu’économiques entrent très probablement en compte et ont peut-être au moins autant d’impact voir même davantage.

pepito a écrit:
100000 dollars par an, ce ne sont plus des familles monoparentales du fin fond du ghetto bordel...

Ce ne sont souvent pas non plus des noirs ne se distinguant pas culturellement au niveau identitaire des blancs, ni même forcément des noirs qui ont en moyenne «réussit» par les mêmes voies sociales, éducatives et économiques que les blancs. Ni forcément de noirs qui se résolvent forcément à «acting white» comme on dit Outre-Atlantique. Bref c’est plus compliqué qu’une simple histoire de porte-monnaie mon chou bienvenue dans le monde merveilleux des sciences sociales!

pepito a écrit:
Face à ce genre de données tu vas retomber sur tes pattes en pointant des discriminations etc... mais ça paraît tellement énorme.

Les discriminations qui sans aucun doute doivent jouer leur rôle dans une certaine mesure ne sont qu’un aspect de problématiques et dynamiques socio-culturelles bien plus complexes. C’est bien là le problème si on voulait établir des causalités génétiques à des trucs aussi biaisées que des variations aux tests de QI entre différentes catégories sociales et ethniques il faudrait tout d’abord parfaitement maîtriser les paramètres sociaux et culturels ce qui n’est certainement pas le cas. Bref tes références racialistes tu peux te torcher le cul avec, mais fait gaffe ça a vite fait d’irriter l’anus!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 27 Sep 2013, 17:02 
New friend
New friend

Inscription: 25 Sep 2013, 17:07
Messages: 8
Citation:
Je classe cela dans le cas des «anomalies développementales» on parle même de pathologies considérant le fait que généralement ces anomalies sont causes de stérilité! Dans ces cas-ci le sexe n'est pas formellement défini, généralement on décide et/ou la personne décide (ce qui pose divers questions éthiques) mais il s'agit donc là d'exceptions et/ou d'anomalies, le sexe se définit généralement simplement la classification hommes-femmes n'est pas une classification floue et arbitraire! On a deux sexes mâle et femelles, définis selon des critères claires, mais au fait combien de «races» tu définis mon chou?!

L'allemagne vient de reconnaître les intersexes pour les passeports...
Encore une fois c'est une analogie sur l'idée de catégorie pas un parallèle simple entre sexes et races.



Citation:
Les types ci-dessus ont également plein de différence physiques aussi réelles que l'apparition d'une paire d'ovaires, tu les classes dans deux catégories raciales différentes triples bourricot que tu es? 




Déjà ne prendre que le visage pour la photo de droite plutôt que le corps entier et musculeux sous un beau t shirt NYPD, c'est peu honnête. Personne ne dit que l'appartenance raciale est le seul critère de classement possible et pertinent en toutes circonstances et sur tous les facteurs. Captain obvious admet qu'un grand noir à au moins un truc en commun avec un grand blanc qu'il n'a pas avec un petit noir.
C'est hyper intéressant mais ça n'explique pas pourquoi monrovia ressemble un peu plus à port-au-prince qu'à séoul.




Citation:
Bullshit!

Quand on est à la tête d'une organisation fondée par un pro-nazi notoire, dont le but est de tournée vers la démonstration l'infériorité des noirs sur les blancs, et que le même gogol à la tête de cette organisation s'amuse à se référer à des sources merdiques et même racistes c'est qu'on a à faire à un charlatan! Mais remarque ton Rushton se réfère également volontiers à des sources poilantes lorsqu'il cause de la grosse bite des noirs!



Que rushton ait penché probablement un peu plus vers le kukuxklan que vers les blacks panthers, on s'en doute un peu. Une fois dit cela, la plupart des données qu'il utilise ne sont pas de lui et viennent d'études médicales ou de gens idéologiquement plus affriolant.
Sinon, qu'il faille des études statistiques solide pour établir le taux de naissances gémellaires, le niveau de QI, la durée de grossesse, c'est évident. Mais franchement attaquer sur les différences de taille de sexe en raison des sources utilisées... sans déconner...
Pour penser que les congolais sont un peu mieux montés que les coréens tu as besoins d'une étude dans lancet?

Le truc de rushton c'est de dire que l'évolution en Asie du nord s'est faite vers une atténuation des caractères sexuels secondaires, une moindre agressivité, un plus haut niveau de QI etc...

J'ai vécu 3 ans en chine et j'ai plutôt vu un monde rushtonien qu'une mosaïque de SNIP...




Citation:
Facile non? Pourtant tu parie combien que ces pygmée sont génétiquement plus proches des Est-Asiatiques que des Pygmées africains? Parce que oui ces pygmées ne sont pas africains mais philippins! Si un anthropologue veut réellement décrire de manière les diverses populations humaines, leur diversité, leur relations phylogéographiques, historiques et autres, tu crois qu'il peut aujourd'hui ignorer l'apport de la génétique et se contenter de variables phénotypiques? Non mon gogol on prend toutes les données disponibles et génétiques et phénotypiques et là on voit ce que ça donne comme classement et avec l’espèce humaine c’est très rigolo tellement c’est le bordel! Alors vas-y définis les nous scientifiquement, c’est-à-dire biologiquement de manière rigoureuses tes «races humaines», ça promet d’avance d’être plus rigolo encore j’en ris déjà!



La génétique donne un éclairage intéressant, mais ce n'est pas la vérité révélée. Jusqu'à preuve du contraire, la génétique n'arrive pas bien à prendre en compte les effets de convergence évolutive. (La baleine, le requin le hérisson tout ça)...
Prouves que les pygmées des philippines sont génétiquement plus proches des asiatiques que des pygmées du congo, tu seras avancé en quoi ? Tu auras montré, victorieusement, que la pression sélective d'une forêt tropicale humide transforme une population de coréens en pygmées en N générations ?
Sans déconner, tu crois que ce genre d'argument va faire la nique aux racialistes ?


Sinon, ce qui m'intéresse c'est de comprendre l'état du monde, comprendre pourquoi un type congelé pendant la dernière guerre à qui on montrerait Detroit et Hiroshima aujourd'hui, penserait que c'est le Japon qui a atomisé le michigan.... Pas de pouvoir épingler toutes les tribus pas entrées dans l'histoire à la bonne page dans le grand livre de la vie. Tu me trouveras une tonne de métis, de populations d'ascendance mal connue etc. Ça m’excite autant qu'une femme à barbe.




Citation:
Je n’en sais rien et ce n’est pas faire du Rushton, c’est un constat qui peut-être, probablement s’explique en raison de diverses variables économiques et sociales ne concernant pas que les personnes testées mais également le milieu (donc culturel et économique notamment en termes de relations et d’interactions sociales) dans lequel celle-ci évoluent!

«For example, consider only affluent households whose incomes were above $75,000 in each year (adjusted for inflation). Table 2 shows that the average affluent white household lived in a neighborhood where the poverty share was under 10 percent in every year. But poor white households (incomes below $40,000) lived in neighborhoods with only slightly greater poverty shares, about 12 percent or 13 percent. In contrast, affluent blacks lived in neighborhoods that were 14-15 percent poor, and affluent Hispanics in neighborhoods that were about 13 percent poor. On average around the country, in this whole period of nearly two decades, affluent blacks and Hispanics lived in neighborhoods with fewer resources than did poor whites.» John R. Logan (2010), Separate and Unequal: The Neighborhood Gap for Blacks, Hispanics and Asians in Metropolitan America , Brown University

Note la publication ci-dessus ne prend en compte que l’aspect économique facilement mesurable car des variables culturelles autre qu’économiques entrent très probablement en compte et ont peut-être au moins autant d’impact voir même davantage.




Tu me sors un trucs avec des catégories qui n'ont rien à voir. Sors une étude montrant que les familles blanches gagnant moins de 800 dollars par mois vivent dans des quartiers avec moins de pauvres que des familles noires gagnant plus de 8000 dollars par mois...
Ou à défaut retrouve un peu de bon sens. T'es entrain d'essayer de démontrer que, pour un riche, vivre avec 15% de pauvres dans son quartier est plus pénalisant socialement que d'être pauvre...



Citation:
Ce ne sont souvent pas non plus des noirs ne se distinguant pas culturellement au niveau identitaire des blancs, ni même forcément des noirs qui ont en moyenne «réussit» par les mêmes voies sociales, éducatives et économiques que les blancs. Ni forcément de noirs qui se résolvent forcément à «acting white» comme on dit Outre-Atlantique. Bref c’est plus compliqué qu’une simple histoire de porte-monnaie mon chou bienvenue dans le monde merveilleux des sciences sociales!


Statistiquement les noirs riches font les même métiers que les blancs ayant un revenu équivalent.Tu as le droit de penser que sous chaque médecin avocat ou banquier noirs -avec son phd et ses 100 plaques par an- on retrouve un cas social qui se met une casquette de travers et rentre écouter du Tupac avec ses gosses...
Tu as le droit de croire qu'une femme blanche qui réussit la prouesse de peser 120 kilo uniquement avec des foods stamps et un mi temps chez wall mart est un modèle de transmission d'une éthique luthérienne du boulot...


Mais quand même relis les chiffres... Même moi, qui suis pourtant plutôt ouvert sur les questions d'inégalité, ça m'a sidéré.

Même pour un culturaliste, imaginer qu'un « acting black » se transmette indépendamment du niveau d'études des parents, indépendamment du revenu des parents, c'est admettre avec des arguments différents le même genre de fatalité que rushton et compagnie : l'inégalité de réussite et d'intégration entre blancs, noirs et asiatiques est insoluble. (Ça doit être un genre de rushtonisme culturel)...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 27 Sep 2013, 19:13 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
pepito a écrit:
L'Allemagne vient de reconnaître les intersexes pour les passeports...

Je m'en fous ici des considérations sociales, à savoir la reconnaissance d'identités de genre supplémentaires, ici on cause biologie bordel de merde! Tu ne parviens pas à t'empêcher de t'emmêler les pinceaux amusant!

pepito a écrit:
Encore une fois c'est une analogie sur l'idée de catégorie pas un parallèle simple entre sexes et races.

Ton analogie c'est de la merde, c'est d'autant plus de la merde que tu parviens pas à distinguer ce qui est du ressort de la description et de la pertinence biologique de ce qui est du registre de la classification et de la réalité sociale!

pepito a écrit:
Déjà ne prendre que le visage pour la photo de droite plutôt que le corps entier et musculeux sous un beau t shirt NYPD, c'est peu honnête.

Mille excuses, petit pinailleur insipide que tu es, ce n’est pas comme si la petite stature de Sarkozy était un fait connu est avéré de tous! Mais soit j'ai déjà édité ma précédente image mais histoire d'être plus fairplay voici une photo du corps d'Apollon du vénéré et ancien Président Français!

Image

Assez honnête pour toi gros nigaud que tu es tu as aussi une différence de taille et de robustesse ça se voit, c'est assez réel comme différence biologique pour ton auguste personne?!

pepito a écrit:
Personne ne dit que l'appartenance raciale est le seul critère de classement possible et pertinent en toutes circonstances et sur tous les facteurs. Captain obvious admet qu'un grand noir à au moins un truc en commun avec un grand blanc qu'il n'a pas avec un petit noir.

C'est toi qui commencé à sortir des lapalissades à la Captain Obvious mon chéri, c'est toi qui te mélange les pinceaux répond systématiquement à côté et joue à l'idiot, à moins que tu ne soit réellement idiot, dans ce cas ce n'est pas mon problème! Alors cesse tes putains de lapalissades et balance la sauce, des classifications raciales, ou mieux en sous-espèce de l'Humanité moderne, lesquels, combien et comment tu les as définis en prenant en compte la maximum de données après on pourra en discuter et surtout bien se marrer!

pepito a écrit:
C'est hyper intéressant mais ça n'explique pas pourquoi monrovia ressemble un peu plus à port-au-prince qu'à séoul.

TU sais mon cher Captain Obvious ou plutôt ma chère endive racialiste tu devrais prendre des vacances car là tu es en plein surmenage mon pauvre!

pepito a écrit:
Que rushton ait penché probablement un peu plus vers le kukuxklan que vers les blacks panthers, on s'en doute un peu.

Bordel maintenant voilà que tu me sorts une lapalissade et un euphémisme en même temps mais bordel tu cherches à battre le record du plus grand nombre de phrases consistant à parler pour ne rien dire! :mrgreen:

pepito a écrit:
Une fois dit cela, la plupart des données qu'il utilise ne sont pas de lui et viennent d'études médicales ou de gens idéologiquement plus affriolant.

Elles viennent même pour certaines de sources merdiques et obscènes de l'époque coloniales ou mieux d'explorateurs arabes dépeignant les noirs comme des animaux! Quoi tu l'as déjà oublié? Ca te tuerais d'admettre ces faits attestant de l'absence de scrupule de ton Rushton?!

pepito a écrit:
Sinon, qu'il faille des études statistiques solide pour établir le taux de naissances gémellaires, le niveau de QI, la durée de grossesse, c'est évident. Mais franchement attaquer sur les différences de taille de sexe en raison des sources utilisées... sans déconner...

Mais pauvre endive fétide c'est ton Rushton qui s'intéresse à la taille de la bite et qui la met en lien avec l'Intelligence!

Et pourquoi doit-on se gêner de s'attaquer à une des assertions de Rushton lui-même, assertion qu'il veut scientifique je le rappelle! Dans ton cas ton agacement à lorsque qu'on te colle cette amusante contribution de Rushton devant ton nez, vient du fait que ton idéologie fétide te refuse à admettre que ton chéri était un parfait connard! :mrgreen:

pepito a écrit:
Pour penser que les congolais sont un peu mieux montés que les coréens tu as besoins d'une étude dans lancet?

Oui j'ai besoin d'études pas de simples lieux communs, je suis chiant mais j'aime avoir du solide, encore que les différences de tailles de bites entre les Coréens et le Congolais je m'en fous, ce qui m'amuse c'est la manière dont Rushton mets en lien ces différences réelles ou supposées avec l'Intelligence, en affirmant que la taille moyenne de la bite au sein d'une population serait lié à un moindre développement intellectuels ou cérébral inné de cette même population! Toi comprendre triple buse?!

pepito a écrit:
Le truc de rushton c'est de dire que l'évolution en Asie du nord s'est faite vers une atténuation des caractères sexuels secondaires, une moindre agressivité, un plus haut niveau de QI etc...

Le truc de Rushton c'est de la connerie, de la caricature d'anthropologie racialiste digne du 19ème siècle et encore! Déjà sa manière de lié par des scénario adaptatifs ad hoc de véritables «Just So Stories» des trucs aussi dissociables que caractères sexuels secondaires, pratique du sport matelas, agressivité (pourquoi baiser plus serait lié à une plus grande agressivité) c'est déjà con, mais en plus il ne s'embarrasse pas de littérature historique et socio-anthropologiques, les différences culturelles découleraient du biologique, point! Merde on pourrait en parler pendant longtemps de la faible agressivité et de la faible libido des Asiatiques avec Gengis Khan! Tu paries combien que ton Rushton n'est pas et cela de manière très large, pas du tout considérer comme une référence sérieuses en anthropologie?!

pepito a écrit:
J'ai vécu 3 ans en chine et j'ai plutôt vu un monde rushtonien qu'une mosaïque de SNIP...

Génial heureusement que tu es là pour partager tes brèves de comptoir pour nous convaincre du monde Rushtonien qui nous entoure pauvre nouille!

pepito a écrit:
La génétique donne un éclairage intéressant, mais ce n'est pas la vérité révélée.

Lapalissade insipide numéro 12'557!

pepito a écrit:
Jusqu'à preuve du contraire, la génétique n'arrive pas bien à prendre en compte les effets de convergence évolutive. (La baleine, le requin le hérisson tout ça)...

Mais de quoi tu causes sinistre bourricot? Tu parles de convergences évolutives des SNPs (mêmes mutations se produisant indépendamment) ou de convergence évolutives sur certaines adaptations morphologiques et mécaniques (même forme hydrodynamiques de la plupart des vertébrés marins appartenant pourtant à des clades éloignées)?! Non parce que dans le second cas la génétique confirme que ce sont des convergences évolutives, elle aide à résoudre le problème, à démontrer que la baleine est plus apparenté au hérisson qu'au requin! Dans le premier cas des mutations peuvent se produire indépendamment, mais hé qu'un paquet de mutations se produisent indépendamment au point que des organismes puissent converger au point que leur génome ou une part importante de celui-ci (pas juste quelques gènes et/ou allèles) deviennent de plus en plus similaires sans métissages ou transferts horizontales de gènes, ça parait fortement capilotracté, je demande des exemples concrets! De plus même si c'était le cas ici pour notre exemple précédent et précis la démonstration demeurerait pertinente, bref tu brasses de l'air pour rien mon chéri!

pepito a écrit:
Prouves que les pygmées des philippines sont génétiquement plus proches des asiatiques que des pygmées du congos, tu seras avancé en quoi? Tu auras montré que, la pression sélective d'une forêt tropicale humide transforme une population de coréens en pygmées en N générations?

Merde, non mais s'il te plaît arrête de me faire rire comme ça j'en ai mal au ventre à force! :fr:

Non sinistre imbécile, ça prouve simplement que les différences phénotypiques même prises collectivement ne suffisent pas à déterminer correctement les liens phylo-géographiques ou degrés d'apparentements des différentes populations! Bref soit tu essaie de nous vendre une notions de «race» qui s'assoie sur ces dernières choses et qui donc ne décrit nullement de manière pertinente la diversité et la distribution de cette diversité au sein de notre espèce, soit c'est que tu n'as strictement rien d'intéressant à dire!

pepito a écrit:
Sans déconner tu crois que ce genre d'argument va faire la nique aux racialistes?

Dans ton cas ça marche très bien je t'ai déjà niqué mentalement jusqu'au trognon! :fr:

pepito a écrit:
Sinon, ce qui m'intéresse c'est de comprendre l'état du monde, comprendre pourquoi un type congelé pendant la dernière guerre à qui on montrerait Detroit et Hiroshima aujourd'hui, penserait que c'est le Japon qui a atomisé le michigan....

Je...je.....Médite sur cette sympathique planche de «Saturday Morning Breakfast Cereal» et reviens me voir quand tu auras compris que le monde n'est pas aussi simple que ton stupide racialisme le fait croire!

Image

Si tu veux comprendre des événements relevant de l'Histoire ben intéresse-toi à l'Histoire, à la sociologie, à la socio-anthropologie, à l'économie, à l'Histoire de faits économiques! Bordel de merde en fait ton racialisme t'a tellement pourri la tête que tu raisonne en races avant de raisonner tout court!

pepito a écrit:
Pas de pouvoir épingler toutes les tribus pas entrées dans l'histoire à la bonne page dans le grand livre de la vie. Tu me trouveras une tonne de métis, de populations d'ascendance mal connue etc. Ça m’excite autant qu'une femme à barbe.

Bref tu es un connard qui veut expliquer des différences socio-économiques par de la pseudoscience racialiste mais qui ne veut surtout pas confronter son racialisme à la con à la réalité complexe de la bio-anthropologie! Tu es intellectuellement minable mon grand! :D

pepito a écrit:
Tu me sors un trucs avec des catégories qui n'ont rien à voir. Sors une étude montrant que les familles blanches gagnant moins de 800 dollars par mois vivent dans des quartiers avec moins de pauvres que des familles noires gagnant plus de 8000 dollars par mois...

Pauvre et inepte connard, je te sort des trucs qui ont tout à voir avec ce dont on discute mais là tu répond à côté, l'étude stipule simplement qu'à revenu égale les familles noirs ont en moyenne un voisinage plus pauvre qu'une famille blanche de même statut social! Mais même les familles de noirs les plus aisés ont en moyenne un voisinage plus pauvre que des familles blanches pourtant moins aisées! Or n'importe quel parent te diras que les fréquentation qu'à son enfant peut impacter son comportement et bien évidemment son parcours scolaire et sa réussite! Toi comprendre pauvre con?!

pepito a écrit:
Ou à défaut retrouve un peu de bon sens. T'es entrain d'essayer de démontrer que, pour un riche, vivre avec 15% de pauvres dans son quartier est plus pénalisant socialement que d'être pauvre...

Bordel de merde tu fais exprès de jouer au con en balançant des épouvantails aussi débiles!

pepito a écrit:
Statistiquement les noirs riches font les même métiers que les blancs ayant un revenu équivalent.Tu as le droit de penser que sous chaque médecin avocat ou banquier noirs -avec son phd et ses 100 plaques par an- on retrouve un cas social qui se met une casquette de travers et rentre écouter du Tupac avec ses gosses...
Tu as le droit de croire qu'une femme blanche qui réussit la prouesse de peser 120 kilo uniquement avec des foods stamps et un mi temps chez wall mart est un modèle de transmission d'une éthique luthérienne du boulot...

Image

Bordel si tu n'es pas foutu de capter une étude sociologique et de ne répondre que par des caricatures bref de méprisables épouvantails, c'est que tu n'as rien à foutre dans ce forum! Tu as déjà oublié qu'on parlait de moyennes pauvre con? Tu vas aussi me sortir un noir ingénieur militaire pour le comparer à un Junkie blancs sans abri pendant que tu y es?! Mais tient tu me parles de Tupac à ton avis le gangsta-rape il représente généralement comment les noirs et la latinos dans ces clips? Les représentations culturelles, les icônes culturelles, mais aussi l'identité associer à la couleur de peau et le voisinage, ne penses-tu pas que ces éléments peut impacter qui un différemment les relations que va établir un gamin noir d'un gamin blanc, même de classe sociales similaires?! Bordel de merde arrête de jour au con!

pepito a écrit:
Mais quand même relis les chiffres... Même moi, qui suis pourtant plutôt ouvert sur les questions d'inégalité, ça m'a sidéré.

Ta connerie est sidérante je confirme!

pepito a écrit:
Même pour un culturaliste, imaginer qu'un « acting black » se transmette indépendamment du niveau d'études des parents, indépendamment du revenu des parents, c'est admettre avec des arguments différents le même genre de fatalité que rushton et compagnie : l'inégalité de réussite et d'intégration entre blancs, noirs et asiatiques est insoluble. (Ça doit être un genre de rushtonisme culturel)...

«Une sorte de Rushtonisme culturel» merde ton Rushtonisme a vraiment fait de toi un pauvre con! Le déterminisme culturel n'est pas le déterminisme génétique pauvre endive fétide. La culture ne se transmet pas génétiquement, elle est tributaire de divers facteurs, décisions politiques, contextes économiques et même de nos jours de modes et de marketing dans les médias!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 27 Sep 2013, 22:46 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
Je n'ai pas bien compris quel est le point de Pepito... Tu cherches à dire quoi, Pepito, que les blancs sont plus blancs que les noirs ? Ben t'as qu'à le dire, on n'en est plus à une banalité près.

C'est HS dans la discussion, mais on s'en fout. Quasiment toute cette discussion est HS.
Pepito a écrit:
L'allemagne vient de reconnaître les intersexes pour les passeports...
C'est faux. Elle a ajouté une sorte de case "hors sexe/genre" provisoire, pour les bébés à différenciation sexuelle problématique et en attente de décision, ou auto-détermination ce serait encore mieux (sur assignation sexuelle chirurgicale ou autre décision, comme p.e. vivre avec leur ambiguïté). Ce n'est pas vraiment un "3me sexe" qu'a proposé l'Allemagne, plutôt un compromis mal réfléchi, que renient et critiquent les militants du 3me sexe.
Pepito a écrit:
Sinon, ce qui m'intéresse c'est de comprendre l'état du monde, comprendre pourquoi un type congelé pendant la dernière guerre à qui on montrerait Detroit et Hiroshima aujourd'hui, penserait que c'est le Japon qui a atomisé le Michigan....
Le gars décongelé il pourra rien penser du tout mec. Toi par contre tu pourrais au moins tenter de comprendre pourquoi tu ne fus pas mis dans un sac plastique et congelé à la naissance.
T'as une petite idée au moins ?
Citation:
La génétique donne un éclairage intéressant, mais ce n'est pas la vérité révélée. Jusqu'à preuve du contraire, la génétique n'arrive pas bien à prendre en compte les effets de convergence évolutive. (La baleine, le requin le hérisson tout ça)...
Le kangourou, le cheval de bois, tout ça ?
Ca veut dire quoi "prendre en compte les effets de la convergence évolutive" ?

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 01 Oct 2013, 20:00 
New friend
New friend

Inscription: 25 Sep 2013, 17:07
Messages: 8
Citation:
Mais de quoi tu causes sinistre bourricot? Tu parles de convergences évolutives des SNPs (mêmes mutations se produisant indépendamment) ou de convergence évolutives sur certaines adaptations morphologiques et mécaniques (même forme hydrodynamiques de la plupart des vertébrés marins appartenant pourtant à des clades éloignées)?! Non parce que dans le second cas la génétique confirme que ce sont des convergences évolutives, elle aide à résoudre le problème, à démontrer que la baleine est plus apparenté au hérisson qu'au requin! Dans le premier cas des mutations peuvent se produire indépendamment, mais hé qu'un paquet de mutations se produisent indépendamment au point que des organismes puissent converger au point que leur génome ou une part importante de celui-ci (pas juste quelques gènes et/ou allèles) deviennent de plus en plus similaires sans métissages ou transferts horizontales de gènes, ça parait fortement capilotracté, je demande des exemples concrets! De plus même si c'était le cas ici pour notre exemple précédent et précis la démonstration demeurerait pertinente, bref tu brasses de l'air pour rien mon chéri!


Qu'un mammifère soit plus apparenté à un autre mammifère qu'à un poisson c'est un problème pour qui ? Sans déconner? Tu vis dans un village quacker ?
Le problème c'est comment, par quels mécanismes, un génome plus proche de celui d'un écureuil que du requin pèlerin produit un animal marin de 30 tonnes avec une "forme de poisson".

C'était une manière un peu imagée de montrer qu'on ne connaît pratiquement rien des bases génétiques de la morphogènese. L'argument avancé par l'article du site sur le racisme sur une « plasticité cérébrale » héritée , universelle et équivalente parmi toutes les populations, est une simple hypothèse aussi sympathique et humaniste que non prouvée.

Les « racialistes » basent leurs affirmations sur des études de phénotypes, des populations concrètes. de Ce qui rend l'argument intrinsèquement plus fort que les gatagata des généticiens.


Citation:
C'est toi qui commencé à sortir des lapalissades à la Captain Obvious mon chéri, c'est toi qui te mélange les pinceaux répond systématiquement à côté et joue à l'idiot, à moins que tu ne soit réellement idiot, dans ce cas ce n'est pas mon problème! Alors cesse tes putains de lapalissades et balance la sauce, des classifications raciales, ou mieux en sous-espèce de l'Humanité moderne, lesquels, combien et comment tu les as définis en prenant en compte la maximum de données après on pourra en discuter et surtout bien se marrer!



La question posée par les racialiste type jensen et autre, c'est pourquoi les populations se déclarant de race « asiatiques » ont des niveau plus élevé de QI, de revenu etc que les individus se déclarant de race « caucasienne » aux états-unis.

Et l'hétérogénéité interne ( pas de groupe distincts pour les philippins et les coréens par exemple) ne change rien au problème, puisque l'on observe une corrélation forte entre cette appartenance et distribution des comportements ou facultés intellectuelles (estimées par les test de QI).

Je veux bien que les différences de QI entre coréens et blancs américains s'expliquent par des facteurs culturels ou environnementaux. Mais pour en être vraiment convaincu j'aimerais savoir lesquels.


Pour ce qui est de la classification en taxinomie classique des différentes populations humaines, on enseigne déjà plus plus la systématique classique- au point qu'on se retrouve avec des dénominations débiles du genre « Calponia Harrisonfordi »- alors l'anthropologie physique... Évidemment que partir avec un casque en osier mesurer des distances trous de nez trou de balle en papouasie n'excite plus grand monde. A l'échelle de l'humanité entière, personne ne fait plus ce boulot. A la louche, numération aborigène, (un, deux, beaucoup), il y' en aurait donc « beaucoup ».

Par ailleurs, combien y-a-t-il de gènes chez l'homme ? Tu comptes les CNV ? Combien d'espèces de primates ?
Combien de formules pour dire « noyer le poisson » ?

Citation:
Le truc de Rushton c'est de la connerie, de la caricature d'anthropologie racialiste digne du 19ème siècle et encore! Déjà sa manière de lié par des scénario adaptatifs ad hoc de véritables «Just So Stories» des trucs aussi dissociables que caractères sexuels secondaires, pratique du sport matelas, agressivité (pourquoi baiser plus serait lié à une plus grande agressivité) c'est déjà con, mais en plus il ne s'embarrasse pas de littérature historique et socio-anthropologiques, les différences culturelles découleraient du biologique, point! Merde on pourrait en parler pendant longtemps de la faible agressivité et de la faible libido des Asiatiques avec Gengis Khan! Tu paries combien que ton Rushton n'est pas et cela de manière très large, pas du tout considérer comme une référence sérieuses en anthropologie?!


Le just so story de Rushton, avec son opposition provider/reproducteur, aussi grossier soit-il, colle à des tonnes de données comparatives.
Le just so story des égalitaristes "les différences entre populations se limitent à la couleur de peau et aux traits du visage " ne colle pas à grand chose du monde réel et suppose - pour être défendable - que le métabolisme de la vitamine D/ la protection contre les UV soit l'élément central -sinon unique- de l'évolution des différentes populations humaines.

Sinon, pour ton information, qu'une sélection sur un critère purement comportemental entraîne des modifications physiologiques en cascade est un phénomène logiquement assez évident et suffisamment démontré chez l'animal.

Citation:
Pauvre et inepte connard, je te sort des trucs qui ont tout à voir avec ce dont on discute mais là tu répond à côté, l'étude stipule simplement qu'à revenu égale les familles noirs ont en moyenne un voisinage plus pauvre qu'une famille blanche de même statut social! Mais même les familles de noirs les plus aisés ont en moyenne un voisinage plus pauvre que des familles blanches pourtant moins aisées! Or n'importe quel parent te diras que les fréquentation qu'à son enfant peut impacter son comportement et bien évidemment son parcours scolaire et sa réussite! Toi comprendre pauvre con?!


Les chiffres que je t'ai donné montrent que les résultats au SAT des enfants issus de familles noires gagnant 100 000 dollars par ans sont plus faibles que les résultats d'enfants issus de familles gagnant moins de 10 000 dollars.

Cent mille, dix mille. Plus de 6000 euros par mois. Moins de 600 euros par mois.

1 à 10.

Trouves une étude montrant que l'environnement moyen des noirs issus de famille gagnant plus de 8 000 dollars par mois est plus délétère que l'environnement des enfants issus de famille blanche gagnant moins de 800 dollars par mois.
Pas un comparatif classe moyenne/ classe moyenne supérieure.



Citation:
Bordel si tu n'es pas foutu de capter une étude sociologique et de ne répondre que par des caricatures bref de méprisables épouvantails, c'est que tu n'as rien à foutre dans ce forum! Tu as déjà oublié qu'on parlait de moyennes pauvre con? Tu vas aussi me sortir un noir ingénieur militaire pour le comparer à un Junkie blancs sans abri pendant que tu y es?! Mais tient tu me parles de Tupac à ton avis le gangsta-rape il représente généralement comment les noirs et la latinos dans ces clips? Les représentations culturelles, les icônes culturelles, mais aussi l'identité associer à la couleur de peau et le voisinage, ne penses-tu pas que ces éléments peut impacter qui un différemment les relations que va établir un gamin noir d'un gamin blanc, même de classe sociales similaires?! Bordel de merde arrête de jour au con!


10 000 dollars par an 100 000 dollars par an.

J'ai l'impression que tu n'a pas bien compris qu'on parlait de classe de revenu allant de 1 à 10.

Je veux bien admettre qu'il y a un mécanisme complexe culturalo-socialo-structuralo-politique à l’œuvre. Mais il doit être possible d'en mesurer, en premier lieu, l'effet -à la louche - sur l'image que les enfants afro-américains se font d'eux-mêmes.

Est-ce que les enfants noirs issus de famille riches valorisent moins les études supérieures que les familles blanches pauvres ?
Est-ce que les noirs de famille riches se sentent plus complexés face à l'accès aux études supérieurs que les familles de blancs pauvres ?
Est-ce que les noirs de famille riche ont un niveau de confiance en eux plus faible que les enfants de familles blanches pauvres?



En allant à la cueillette des cerises sur google, suis tombé sur cette perle :

"Although several psychological theories predict that members of stigmatized groups should have low global self-esteem, empirical research typically does not support this prediction. It is proposed here that this discrepancy may be explained by considering the ways in which membership in a stigmatized group may protect the self-concept.

http://psycnet.apa.org/index.cfm?fa=sea ... -04498-001





Citation:
«Une sorte de Rushtonisme culturel» merde ton Rushtonisme a vraiment fait de toi un pauvre con! Le déterminisme culturel n'est pas le déterminisme génétique pauvre endive fétide. La culture ne se transmet pas génétiquement, elle est tributaire de divers facteurs, décisions politiques, contextes économiques et même de nos jours de modes et de marketing dans les médias!


Expliquer que le contexte médiatique, social, culturel des noirs américains a un effet sur le QI équivalent à une méningite herpétique, c'est une explication possible. Mais je ne vois pas bien en quoi ce serait la moins raciste...


Autre exemple d'inégalité.

Les juifs ashkénazes ont- rapporté à leur poids démographique- un niveau de réussite spectaculaire (30% des nobels, des étudiant de la ivy league, des plus grosse fortunes des états-unis, etc).


Il y a deux modèle concurrents :

pour les «herédiratiste », les juifs ont un niveau d'endogamie très élevé, ont subit un confinement dans des professions intellectuelles supérieur (finance etc). Ce qui a favorisé, plus encore que pour les population agricole, et les individu les plus brillants.
Bref, les juifs ashkénases ont, par sélection naturel un QI médian estimé un écart type au dessus des européens.

Le seul à expliquer ce phénomène, parmi les culturalistes, c'est kevin mac donald. Culture d'élite, domination de la sphère culturelle (cinéma etc) influence négative sur le reste de la population utilisation du mythe de l'intelligence particulière des juifs ashkénaze pour maintenir et rendre socialement acceptable cette domination...(http://fr.wikipedia.org/wiki/Kevin_B._MacDonald).

Quelle est l'explication la plus « nazifiante » des deux?...


Citation:
Génial heureusement que tu es là pour partager tes brèves de comptoir pour nous convaincre du monde Rushtonien qui nous entoure pauvre nouille!


Ça ne visait pas à te convaincre, ça dit pourquoi je n'étais pas convaincu par l'argumentaire du site.
Ça dit seulement pourquoi moi dans mon vaste bistrot du monde réel, je tique un peu quand quelqu'un prend appui sur un domaine scientifique encore balbutiant pour expliquer que je ne devrais pas voir ce que je vois.

Un comme un type un peu lourd qui rendre dans un bar et vient dire «  mais non, d'après mes calculs, ma copine n'est pas moche ».

Dialogue :

mais si elle est moche.

Mais son poireau sur le nez ne modifie que 0,8% de son visage inepte imbécile !...

Elle est moche

Ah ouais, et c'est quoi une fille belle pour toi triple connard d'endive ?

Une fille que je trouve belle. Doit y avoir des proportion des traits, de la symétrie mais on le voit tout de suite. Doit y avoir un truc.

AHAHA ! Trop subjectif ! Complètement culturel imbécile ! Il y a plus de variations de tronche à l'intérieur du groupe filles jolies qu'entre filles jolies et filles moches !

Donc t’arrives à distinguer fille moche et fille jolie ?

Connard d'endive ! Tu balances des épouvantails ! Tu l’arrête où ton groupe fille jolie ! Triple connard d’andouille ! y a un continuum !


Conclusion de l'échange : les abrutis hargneux ont plus de mal que les autres à se taper des jolies filles.


Il y a dans ce mépris du « bistrot » du « lieu commun » une espèce de pose, une forme de « distinction » où un vernis scientifique sert, finalement, moins à comprendre le monde qu'à se différencier des ploucs. L'aversion pour la psychologie évolutioniste et ses modèles homme femme tous simples, intuitifs et vulgarisables dans biba, ça ne plaît pas. C'est trop facile.
 En revanche, citer des brèves de comptoir du genre « Le comportement d’un individu serait donc à la fois 100 % génétique et 100 % environnemental » dont la puissance descriptive vaut celle d'un ribéry disant «  la réussite au football c'est 100% de technique et 100% de motivation » c'est un must...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 01 Oct 2013, 21:42 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
Les remarques critiques ou pas sur les pop. humaines n'ont aucun intérêt, m'en cogne, donc je les zappe.

"ON" sait nettement plus que rien... L'article en question ne fournit pas la somme de connaissances sur la plasticité cérébrale et l'acquisition, l'apprentissage. Là n'est pas du tout son propos. Si c'est une encyclopédie de neurologie que tu cherchais dans cette page sur le racisme scientifique, tu t'es un peu égaré il me semble:
Pepito a écrit:
[...] Le problème c'est comment, par quels mécanismes, un génome plus proche de celui d'un écureuil que du requin pèlerin produit un animal marin de 30 tonnes avec une "forme de poisson". C'était une manière un peu imagée de montrer qu'on ne connaît pratiquement rien des bases génétiques de la morphogènese. L'argument avancé par l'article du site sur le racisme sur une « plasticité cérébrale » héritée , universelle et équivalente parmi toutes les populations, est une simple hypothèse aussi sympathique et humaniste que non prouvée.
Les « racialistes » basent leurs affirmations sur des études de phénotypes, des populations concrètes. de Ce qui rend l'argument intrinsèquement plus fort que les gatagata des généticiens.

Pepito, manière imagée ou pas, ce n'est pas du pinaillage gratuit mais les mots sont importants: les baleines n'ont pas une forme de poisson :mrgreen: mais des corps fuselés, hydrodynamiques, avec diverses et assez remarquables modifications morpho et physiologiques (et autres iques) les rendant très aptes à la vie de mammifères aquatiques, marins, respirant en surface... Pas pareil que "forme de poisson", hein.
Ce "ON" qui ne connait rien sur les bases de la morphogenèse c'est qui ? Toi, lui, eux, nous, ta soeur, ou l'ensemble fusionné des spécialistes ?

Manière imagée ou pas, l'article ne dit pas du tout ce que tu résumes par ceci:
Citation:
l'argument avancé par l'article du site sur le racisme sur une « plasticité cérébrale » héritée , universelle et équivalente parmi toutes les populations, est une simple hypothèse aussi sympathique et humaniste que non prouvée.

... Dans le court passage sur la plasticité cérébrale, la page en question ne dit pas du tout ce que tu prétends. C'est peut-être ton imagination qui te le fait ainsi interpréter, et mal résumer ci-dessus, mais elle ne prétend rien de tout cela.

Mais bref, je ne me mêle plus de ces sornettes et critiques déplacées, ne valant pas le prix d'un bol de riz.
Si "ON" ne connaît pas tout, loin de là, "on" connaît assez bien les modifications du crâne des cétacés - dont la "montée" des narines p.e., (par comparaison de crâne foetal et adulte + registre fossile forcément incomplet)- , et du squelette en général au cours de leur évolution. On connaît encore plus chaque chose si "on" s'y intéresse de plus près. "On" connaît assez bien comment les os de la main et réduction de la longueur du bras ont formé des nageoires latérales, par des correspondances et clé de lecture embryologique.

"On" ne connaît pas tout, certes, mais "on" connaît relativement bien pas mal de choses, par des modèles et hypothèses assez réalistes. De même, autre exemple de morphologies convergents mieux connu dans le détail génétique que celui des cétacés: "On" ne sait pas encore tout de la convergence évolutive entre serpents et lézards apodes ou à membres réduitss, mais "ON" sait une foule de choses embryologiques et génétiques sur ce qui a dû se passer, qui écartent ces 2 derniers du schéma classique d'évolution adaptative et les approchent d'un mécanisme abrupt de contraintes, mutationnel ; c'est génétiquement expérimenté, embryologiquement observé.

Pepito a écrit:
Les « racialistes » basent leurs affirmations sur des études de phénotypes, des populations concrètes. de Ce qui rend l'argument intrinsèquement plus fort que les gatagata des généticiens.

Pour le cas des serpents & lézards sans pattes, ce sont génétique et embryologie qui ont décortiqué et élucidé le mieux le casse-tête évolutif, et non les "phénotypistes" ni paléos, qui ramaient et tournaient en rond depuis plus d'un siècle, à zeuter et bafouiller béatement autour de quelques rares fossiles. Un des exemples les plus remarquables parmi les nombreuses leçons (coups de pieds au cul oserais-je dire) qu'ont données les embryo-généticiens et l'EVO-DEVO, aux théoriciens de l'évolution et aux paléontologues adaptationnistes.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 01 Oct 2013, 23:24 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4057
Pitié, je ne capte rien aux écrits de pepito mi corazon !

Qu'est ce qui dit ?

je résume en gros : Les juifs ashkénazes sont plus intelligents que les asiatiques des philippines à la corée du nord, eux même plus malins que les blancs en général mais dont certains pauvres le sont plus que des noirs riches, d'un facteur 10 dont le pompon est détenu par des noirs pauvres parce que les baleines ressemblent à des gros poissons et que plus personne ne mesure les narines et les trous de balles. En bref, parce que sa copine est moche. C'est bien ça hein ? J'ai tout lu correctement ou à peu près ?

Non mais allo quoi, je vous en supplie que quelqu'un éclaircisse ses propos !

Je nage... P'tain c'est vachement ardu en fait le racialisme scientifique.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 01 Oct 2013, 23:35 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6943
Pas mieux. Je peux pas t'aider à comprendre, j'ai lu ce nouveau fil par pointages de quelques paragraphes. Il me semble que ça cause de la nage et évolution du prix de revient au kilo métrique de la cervelle en plastique des baleines noires et des baleines blanches, des baleines asiatiques, etc.

De toutes manières, les questions existentielles sont toujours les mêmes:
- que bouffe-t-on demain ?
- comment terminer le jeu King-Kong sur PS2 où je suis bloqué avec 2 T-Rex depuis 15 mois ?

Le reste est futilités.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le racisme "scientifique"
MessagePosté: 01 Oct 2013, 23:41 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4057
Ah ok, je vais donc être obligé de comprendre par moi même comme un grand. T'es vraiment qu'un pauvre con. Tu serais pas un peu blanc fauché toi ?

Donc, faut voir si je peux trouver sur google une baleine noire, juive, avec les yeux bridés et la langue blanche ayant plus de one million dollars baby sur son compte et qui aurait passée un test de QI de moins de 6 mois qui serait con comme une carpe. Je lance l'étude. Si je n'en trouve pas c'est que c'est vrai ce qu'il dit. Trop fort de raisonner comme un scientifique qui identifie et classe les races partout et tout le temps. J'aime bien.

En fait, c'est génial le racialisme scientifique et ça peut occuper les soirées en lançant plein de truc avec des tris croisés en vue de devenir une pure race de baleines blanches.

Pepito, si elle est juste séfarade ma baleine tu valides aussi ? Parce que je crois que ça existe mais pas Ashkénase, séfarade je trouve. En revanche, elle est pauvre aussi. Merde elle ne satisfait pas aux critères de la race. Chier, merde, c'est pas facile comme études.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 247 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com