Forum http://www.rationalisme.org et http://zartregu.blogspot.com (le crocodile paroissial)

"Une explication est limpide lorsqu'elle entre dans ta tête comme du beurre dans ton cul", Rafael Eliyahu
Nous sommes le 11 Aoû 2020, 23:33

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 51 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
MessagePosté: 28 Juil 2017, 14:36 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7088
Archie Cash Hillman a écrit:
(l'article original est ici: http://www.stonybrook.edu/sb/images/fea ... 130208.pdf )
Une news qui fait le buzz.
http://www.lepoint.fr/science/l-ancetre ... 346_25.php
L'ancêtre commun des mammifères placentaires identifié
L'animal serait apparu non pas avant, mais après la catastrophe qui aurait provoqué l'extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années.

Attention aux news équivoques et aux articles fracassants de la revue Science ! : l'insectivore-like en question, reconstitué par hypothèses cladistes, N'EST PAS le plus ancien mammifère placentaire. il s'agit ici plutôt de radiation explosive après le Crétacé, mais l'apparition des placentaires est probablement (*) plus ancienne que 65 millions d'années.
a. (ancêtre commun aux placentaires /=/ ni le premier ni le plus ancien placentaire)
de même:
b. (ancêtre commun aux placentaires actuels /=/ ni le premier ni le plus plus ancien placentaire)
Il n'est bien entendu pas non plus le plus ancien mammifère ni l'ancêtre commun de tous les mammifères (comme certains journaux ont déjà annoncé faussement, n'ayant pas compris cette étude): http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/a ... feres.html
(*) ceci est un article, de paléontologie sur un vrai fossile, décrivant une possible très ancienne divergence entre marsupiaux et euthériens (clade contenant les vrais placentaires), durant le Jurassique (bien avant la fin du Crétacé) : http://www.nature.com/nature/journal/v4 ... #/ref24%29

Une des premières ultérieures et nombreuses réfutations à la présumée radiation/apparition des placentaires après le Crétacé de cet article ci-dessus :

Citation:
Neither phylogenomic nor palaeontological data support a Palaeogene origin of placental mammals
Mario dos Reis, Philip C. J. Donoghue, and Ziheng Yang

O'Leary et al. (O'Leary et al. 2013 Science 339, 662–667. (doi:10.1126/science.1229237)) performed a fossil-only dating analysis of mammals, concluding that the ancestor of placentals post-dated the Cretaceous–Palaeogene boundary, contradicting previous palaeontological and molecular studies that placed the ancestor in the Cretaceous. They incorrectly used fossil ages as species divergence times for crown groups, while in fact the former should merely form minimum-age bounds for the latter. Statistical analyses of the fossil record have shown that crown groups are significantly older than the oldest ingroup fossil, so that fossils do not directly reflect the true ages of clades. Here, we analyse a 20 million nucleotide genome-scale alignment in conjunction with a probabilistic interpretation of the fossil ages from O'Leary et al. Our combined analysis of fossils and molecules demonstrates that Placentalia originated in the Cretaceous.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Fév 2020, 11:59 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Salut la foule en délire !

Une idée comme ça en lisant cet article sur les années bissextiles :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/ar ... 55770.html

Il y a un graphique avec la durée des jours depuis la création de la planète. Et cette durée, veut dire donc aussi différents niveaux d'exposition au rayonnement, à la luminosité, de notre étoile sur des portions de la surface durant un certains temps pouvant impacter la température, ou des processus chimiques particuliers avec effet de seuil en fonction de différents stades. Et donc, j'ai juste constaté que "l'explosion du Cambrien", comme on dit se produit après une période "diurne" de plus de 20 heures. Tout est multifactoriel, est-ce possiblement un facteur non négligeable dans une combinaison chimique, sur une "soupe" en latence ? Pour la synthèse de molécules, photobiologie, photophase ou ionisation va savoir ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Interacti ... ti%C3%A8re

L'idée du samedi matin au café. :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Mar 2020, 13:20 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7088
Jean Foutre Premier a écrit:
Salut la foule en délire !
Une idée comme ça en lisant cet article sur les années bissextiles :
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/ar ... 55770.html
Il y a un graphique avec la durée des jours depuis la création de la planète. Et cette durée, veut dire donc aussi différents niveaux d'exposition au rayonnement, à la luminosité, de notre étoile sur des portions de la surface durant un certains temps pouvant impacter la température, ou des processus chimiques particuliers avec effet de seuil en fonction de différents stades. Et donc, j'ai juste constaté que "l'explosion du Cambrien", comme on dit se produit après une période "diurne" de plus de 20 heures. Tout est multifactoriel, est-ce possiblement un facteur non négligeable dans une combinaison chimique, sur une "soupe" en latence ? Pour la synthèse de molécules, photobiologie, photophase ou ionisation va savoir ?
https://fr.wikipedia.org/wiki/Interacti ... ti%C3%A8re
L'idée du samedi matin au café. :mrgreen:

La création de la planète ou la formation de la planète ?
:mrgreen: Je le savais, je le savais ! Les créationnistes ont fini par avoir tes couilles en tambouille.

Citation:
Et donc, j'ai juste constaté que "l'explosion du Cambrien", comme on dit se produit après une période "diurne" de plus de 20 heures.

Après une période de rotation et alternance jour/nuit de plus de 20 heures. Les jours comme les nuits avaient en moyenne la même durée respective: 1/2 rotation chacune, soit 10 heures au lieu de 12 comme de nos jours. La durée d'ensoleillement sur une année était la même que de nos jours; - mais qui sait, la plus rapide alternance jour/nuit a pu influencer des choses.
Il doit y avoir pas mal d'hypothèses sur cette explosion - je ne les connais pas - mais ce qui saute aux yeux c'est que ça coïncide à peu près (pas trop mal disons) avec une spécialisation cellulaire plus accusée, organismes à 3 feuillets embryonnaires ainsi que généralisation de la reproduction sexuée. Après, l'apparition de ceci et cela n'explique évidemment pas le comment de son apparition. :D

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2020, 01:58 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Création de la terre ... Ouais ça fait un peu étrange vu comme tu le présentes ! :fr:

C'est la durée de l'exposition au soleil sur une rotation qui peut tout changer. Et aussi l'inclinaison, la composition de l'atmosphère, bref, les petits corps ne devaient pas recevoir les mêmes doses d'UV et autre rayonnement en cumulant ces facteurs. Et comme on sait que le rayonnement est un des éléments de la mutation sur l'ADN, et si on rajoute un effet de seuil ou que sais-je dans le genre, je me suis dit, putain Watson, peut-être que tu tiens un truc ! :mrgreen:

Un peu comme dans la photo. Ou encore le coup de soleil. Suivant le temps ou le moment que tu t'exposes tu ramasses ou pas. En gros le temps de récupération/réparation entre deux expositions.

Si je suis exposé jusqu' à 9 heures de soleil maxi, je récupère ou répare, ou même je suis protégé par ma membrane, pendant les 9 heures de nuits, mais dés que je passe à 10 heures d'exposition sur une rotation, ma membrane ne me protège plus, et pan, je ne répare pas assez vite, pendant la nuit, et ainsi de suite plus la durée de rotation augmente, donc la vitesse diminue.

Enfin, c'était l'idée quoi. J'en ai plein d'autres en réserve.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2020, 11:09 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7088
Oui, j'avais compris ton idée. Je ne remets pas en question les effets potentiels des rayonnements divers sur l'adn ni ses conséquence mutationnelles possibles, ni de divers stress etc. sur la "mutabilité". Ni comme tu dis le fait de dépasser 10 heures ou 12 heures ou 18 heures... pourrait +/- permettre d'atteindre un seuil d'exposition où ça craque. Pas de souci avec ça, ce sera difficile à vérifier mais c'est une hypothèse valable.

Ce que je rappelais tantôt c'est - suite à la lecture d'une partie de ta phrase (*) - que même si la vitesse de rotation était augmentée (ou ralentie), que l'axe de rotation de la terre s'était + accusé (ou moins), le temps d'ensoleillement moyen sur la surface de la Terre était nécessairement le même que de nos jours (1/2 nuit + 1/2 jour en moyenne).

(*) Ta phrase "après une période "diurne" de plus de 20 heures." pouvait être faussement interprétée comme "plus d'ensoleillement durant le boom radiatif du Cambrien", alors que ce n'est pas le cas moyennement. Je n'aurais pas perdu mon temps sur pareille évidence si tu avais écrit "une période de rotation de 20 heures". :chaise:
... Cette proportion d'exposition moyenne au soleil restant la même depuis que la Terre existe et qu'elle tourne sur un axe aussi instable qu'il soit. La vitesse de rotation et axe peut - pourquoi pas - influer des éléments du vivant, mais le temps moyen d'exposition de la demi-sphère reste le même. Les phrases comme ça stimulent directement mon TOC pour la géométrie et ça déclenche ce genre de réponses automatiques.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2020, 20:05 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Ah bah je suis désolé de m'élever en faux contre ta conception qui dit que :

Citation:
que même si la vitesse de rotation était augmentée (ou ralentie), que l'axe de rotation de la terre s'était + accusé (ou moins), le temps d'ensoleillement moyen sur la surface de la Terre était nécessairement le même que de nos jours (1/2 nuit + 1/2 jour en moyenne).


Car c'est une approche a priori en moyenne correcte mais totalement inepte en réalité.

Car non, il n'est pas égal de dire qu'une révolution autour de l'étoile avec une période de rotation différente est strictement équivalent en moyenne, cela n'a pas de sens. Par exemple entre Jupiter ou Vénus par exemple on part de quelques heures pour Jupiter à plus de 243 jours pour Vénus pour tournée sur elle même devant le soleil. En gros Vénus fait une révolution en une seule rotation quasiment !

Donc un organisme se mangerait là-bas un temps d'exposition de plus de 120 jours ! Même si en moyenne ça ferait la même chose, ce ne peut pas être équivalent de se manger une rotation en 24 heures (soit 12 hrs d'exposition) et en 240 jours (soit 120 jours d'exposition d'affilé). Bref.

"plus d'ensoleillement durant le boom radiatif du Cambrien"

Si je maintiens, la durée d'exposition en continue est plus longue au cambrien que la période d'avant. La moyenne n'a rien à voir dedans. C'est l'alternance jour nuit qui peut avoir un impact selon leur durée réelle, pas la moyenne. Bien entendu qu'en moyenne ça fera pareil, mais dans les faits, 5 heures de jours d'affilées ou 12 heures ce n'est pas la même chose pour un organisme qui a des systèmes de défense/protection non linéaire.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mar 2020, 21:19 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7088
Citation:
Si je maintiens, la durée d'exposition en continue est plus longue au cambrien que la période d'avant.

... et la durée d'exposition en continu est plus longue aujourd'hui qu'au Cambrien (12/12 heures j/n en moyenne... donc la même en moyenne, 1:1... car 12/12 = 10/10 = 1/1).
:cut:

Citation:
Car non, il n'est pas égal de dire qu'une révolution autour de l'étoile avec une période de rotation différente est strictement équivalent en moyenne, cela n'a pas de sens. Par exemple entre Jupiter ou Vénus par exemple on part de quelques heures pour Jupiter à plus de 243 jours pour Vénus pour tournée sur elle même devant le soleil. En gros Vénus fait une révolution en une seule rotation quasiment !

:D M'en fous de Vénus.
La Terre a exactement 1:1 de durée jour:nuit à n'importe quel moment, n'importe quelle vitesse de sa rotation passée ou présente, à n'importe quel degré d'axe en n'importe quel point de sa révolution et à n'importe quel moment de sa vie.

J'y peux rien si tu percutes pas que en moyenne ici est en fait dispensable: "1/1 en moyenne (sur toute sa surface) = 1/1 sur toute sa surface"

Chais pas, visualise une sphère coupée en 2 par une ligne médiane, une moitié noire et l'autre blanche - peu importe comme tu l'inclines et peu importe la vitesse à laquelle tu la fais tourner, elle sera toujours 1/1 noire/blanche. C'est ça la Terre... elle est à moitié éclairée et à moitié non éclaire par le soleil en permanence. Quoi que tu lui fasses comme guiliguilis ou vitesse de rotation et inclinaison.

Evidemment, il y a aussi les éclipses de lune qui amènent parfois de l'ombre, mais la lune c'est un petit fromage et tu retomberas de toutes manières dans 1/1. Prends un ballon de foot et tourne-le autour d'un lampadaire, tu verras. Pareil pour Vénus sur une très longue durée.

::::::::::

Citation:
C'est l'alternance jour nuit qui peut avoir un impact selon leur durée réelle, pas la moyenne. Bien entendu qu'en moyenne ça fera pareil, mais dans les faits, 5 heures de jours d'affilées ou 12 heures ce n'est pas la même chose pour un organisme qui a des systèmes de défense/protection non linéaire.

Oui, javais bien compris que ton focus est l'alternance. Et ça fera pareil en moyenne, merci d'avoir confirmé.

Au Cambrien ce n'est pas 5 heures mais 10 heures selon ton document, versus 12 heures aujourd’hui. Donc
- la moyenne sur 6 journées entières à 10 heures du Cambrien fera 1/1 jour nuit, soit 60 heures d'ensoleillement et 60 heures de nuit.
- la moyenne sur 5 journées entières à 12 heures du présent fera 1/1 jour nuit, soit 60 heures d'ensoleillement et 60 heures de nuit.

En une année, si la Terre tourne autour du soleil dans un temps (en secondes, pas en journées terrestres) similaire, l'un comme l'autre n'ont pas varié.

Après, l'impact de ceci selon la durée d'exposition moyenne en alternance tu l'imagines comme tu veux, car on (je du moins) en sait rien ou très très peu sur les systèmes de protection contre les (paquets d'heures d') irradiation des organismes du pré/cambrien - et encore moins sur une éventuelle différence impactable en exposant à X*10 heures j/n ou X*12 heures j/n.

Si tu as une idée plus précise en tête, faut la sortir par écrit. Moi je n'en ai aucune.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mar 2020, 00:26 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Citation:
Au Cambrien ce n'est pas 5 heures mais 10 heures selon ton document, versus 12 heures aujourd’hui. Donc
- la moyenne sur 6 journées entières à 10 heures du Cambrien fera 1/1 jour nuit, soit 60 heures d'ensoleillement et 60 heures de nuit.
- la moyenne sur 5 journées entières à 12 heures du présent fera 1/1 jour nuit, soit 60 heures d'ensoleillement et 60 heures de nuit.


Ben tu peux le tourner dans tous les sens, une journée de 10 heures ce n'est pas égale à une journée de 12 heures, ni en moyenne ni en petits pois. M'en fou de la moyenne dans mon idée que j'ai.

Bien entendu que sur la durée de la révolution, on aura exactement, en moyenne, le même ensoleillement, du moins pour autant qu'il y ait une rotation sur 360° au moins, mais ce n'est pas mon propos, ai-je même dit l'inverse, si c'est le cas désolé. Et même si tu te fous, si t'en as envie qui suis-je pour en juger, de Vénus, tu saisis de suite que la moyenne ça n'a pas de sens, pourtant au miracle ça donne 1/1 aussi dis donc. Et que le mouvement devient in fine synchrone, donc plus de moyenne car plus d'alternance malgré une rotation sur son axe. Bref. C'est la dose qui compte à chaque prise (passage face au soleil), pas en moyenne, mais tu as bien compris, ça ne donnera pas les mêmes effets. Parce que si tu passes 30 mn en plein cagnard sans protection allongé sur une plage ou 3 minutes, on voit vite la différence généralement question effets de l'exposition. Sur Mercure, tu t'en fous aussi, pas encore synchrone, mais un côté ramasse quand même vachement plus que l'autre.

Après l'impact de la lumière sur la matière, t'as raison aucune idée si ça change, si tu en prends plein la courge durant 5 heures, 10 heures ou 12 heures ou 140 jours ! Mais peut-être aussi, que cela n'a pas eu d'effet particulier non plus hein, c'était mon idée du samedi.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mar 2020, 22:04 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7088
Image
50 50 multipass.

Qu'est-ce qui t'obsède avec - 535 MO d'années qui ne t'obsède pas avec - 700 ou moins 200 MO d'années ?

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mar 2020, 22:37 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Disons que j'ai regardé à rebours en réécrivant.

C'est sachant que l'explosion à eu lieu vers -550 que je regarde le temps d'exposition à cette époque. Simple hypothèse. Et effet de seuil aidant, ou temps nécessaire d'exposition minimum pour enclencher un processus physico chimique, ou altération, modification non réalisable avant, et qui a pu démarrer avant en fait. Mais pas après cette période, puisque l'explosion du Cambrien est datée.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Mar 2020, 23:43 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7088
Oui, je ne veux pas être rabat-joie, ton hypothèse (et oui, pourquoi pas ?) sera difficile à mettre à l'épreuve, ni de la renforcer ni de la discuter. Elle tient sur assez peu de choses pour l'instant (mais les autres aussi... pas mieux) .

L'effet de seuil, pourquoi pas, mais là il est uniquement hypothétique ici et basé sur la datation de telle radiation du Cambrien. A la latitude du site de Burgess, l'ensoleillement dépassait déjà les 14 heures au meilleur de l'été. Probable que ce site ne soit qu'un échantillon d'une situation de diversification plus générale dans les mers, mais ce sera difficile d'expliquer un certain seuil en heures quotidiennes (en été ?) => radiation massive, et surtout ce "seuil" en lui-même versus les mécanismes de réparation génétique. De plus, l'explosion cambrienne ayant donné les grands traits/organisation de la diversité actuelle n'a pas dû être le fait de quelques mois mais bien au moins quelques siècles, millénaires ou millions d'années. Tout cela reste explosif au vu des temps géologiques.

Pour moi, les "effets de seuil" hypothétiques ont généralement nettement moins de poids argumentaire que les effets de dose / intensité des radiations cumulées (tout aussi hypothétiques ici - mais plus expérimentés ailleurs).

Mais c'est ton hypothèse et ton idée, alors gamberge-la, épluche-là etc. Documente-toi si jamais d'autres ont proposé une hypothèse similaire sur cette période ou pas. Je me souviens avoir lu certains faire appel à des variations du taux d'oxygène (dans l'eau.. on est dans l'eau au Cambrien) et pour cette période et dans l'air pour d'autres plus tardives, ou autres trucs pas plus documentés - mais cette idée-là jamais lue, donc c'est bien la tienne a priori.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2020, 00:54 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Merci pour l'invitation au boulot ma poule ! Ca roule.

Déjà comme ça en creusant tranquille, un peu au pif, un samedi soir je lis :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dur%C3%A9e_du_jour

Cet extrait :

"L'évolution de la durée du jour solaire (durée d'une rotation de la terre sur elle-même) au cours des époques géologiques a été vérifiée expérimentalement au xxe siècle en comptant les cercles de croissance des coraux fossiles. Les coraux ont une croissance liée à l'éclairement diurne (formation du squelette calcaire uniquement le jour), mensuelle (coraux soumis aux marées) et annuelle (épaisseur des lignes de croissance différentes l'été et l'hiver). Il est ainsi possible de déterminer le nombre de jours par an aux époques géologiques, comme pour les Rugosa, coraux du Dévonien datés par radiochronologie5 de quatre cents millions d'années, qui montrent environ quatre cent dix lignes de croissance annuelles contre trois cent soixante-cinq pour les coraux actuels6. Sur d'autres coraux du Dévonien sont identifiées des bandes mensuelles équivalant aux intervalles entre les phases de pleine lune et correspondant à treize mois lunaires par année dévonienne de trois cent quatre-vingt-dix-neuf jours7. Des résultats similaires sont trouvés sur des stromatolithes8."

Et je me dis, hummm, y a un fils la dedans à tirer peut-être. Cette histoire des coraux, des stromatolites, et la croissance en fonction de l'éclairement diurne, c'est passionnant et ça m'excite le trou de balle. Ces animaux vivaient en eau peu profonde, comme tu dis la vie était aquatique au Cambrien et avant.

Il est question aussi de température idéale pour la croissance ou la prolifération, comme pour les bactéries.

Y a un truc comme l'histoire d'une casserole d'eau que tu laisserais sur un feu fort juste dix secondes puis que tu retires, ainsi de suite, l'eau n'a pas le temps d'emmagasiner suffisamment d'énergie pour monter en température et aller à l'ébullition, alors que si on augmente le temps de contact jusqu'à permettre malgré le retrait d'atteindre sous les effets de pression, les 100°, ca bout in fine.

Pour en revenir aux coraux (https://fr.wikipedia.org/wiki/Corail) :

"Le corail ne forme les célèbres récifs et atolls que dans les mers chaudes (entre les parallèles 30° nord et 30° sud, dans des eaux ne descendant jamais au-dessous de 20°C). Cependant, certaines mers froides (large de la Scandinavie, de la Grande-Bretagne et de la péninsule Ibérique) hébergent aussi des récifs coralliens, qui sont des récifs dits « d'eau froide », profonds, à corail non photosynthétique et à développement extrêmement lent. Ces récifs sont très poissonneux, certainement la raison pour laquelle les marins du Nord connaissent leur existence depuis des siècles. Au large de la Nouvelle-Écosse, des chercheurs ont ainsi découvert récemment une trentaine d'espèces de coraux dits « d'eau froide » qui peuvent vivre jusqu'à sept kilomètres de profondeur13.

On trouve donc des récifs de coraux dans une grande variété d'habitats, des régions tropicales à la Mer du Nord, dans les mers chaudes d’Asie ou froides comme la Grande-Bretagne, de 0 à 4 000 mètres de profondeur, mais seuls les coraux tropicaux forment de grandes barrières et récifs à faible profondeur. Quelques espèces arrivent également à former des structures récifales de plus faibles dimensions en milieu subtropical voire tempéré, comme Cladocora caespitosa dans les parties les plus chaudes de Méditerranée, à quelques mètres de profondeur."


La photosynthèse et la température joue sur la vitesse de développement. Le genre originaire des coraux, on en trouve au cambrien (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cnidaria).

Et aujourd'hui on constate une très grande diversité biologique et une très grande richesse d'êtres vivants sur leurs abords. Ils sont une niche écologique de premier choix, une base, un substrat. Ils peuvent vivre autant en eau de mer quand eau douce selon les espèces.

On a le Stromatolite dans cette histoire aussi. https://fr.wikipedia.org/wiki/Stromatolithe

Les premières publications scientifiques8 ont laissé penser qu'ils ont connu un optimum d'extension mondiale et un maximum de diversité de formes et structure au Précambrien (il y a 1,5 milliard d'années) qui aurait persisté à ce niveau jusqu'il y a environ 700 millions d'années. Des données plus récentes9 montrent que leur nombre et leur diversité se sont effondrés plus tôt, au profit d'autres espèces. On pense maintenant que s'il est possible qu'ils aient été la seule forme de vie, ou la forme très dominante jusqu'il y a environ 550 Ma, le déclin de leur diversité a commencé bien plus tôt qu'on l'a d'abord pensé. Inversement leur persistance est de plus d'1 milliard d'années. Le pic de diversité serait daté d'1 à 1,3 milliard d'années pour ensuite chuter à 75 % de ce niveau (entre -1 milliard et -700 millions d'années), pour enfin tomber à moins de 20 % de cette diversité au début du Cambrien.

surtout : C'est un support (autoconstruit) favorable à ce type de colonies bactériennes : cette structure leur permet en effet de ne pas être emportées au gré des courants et de rester idéalement fixées dans leur zone d'optimum écologique, disposant d'un ensoleillement maximal (sans ses inconvénients), mais aussi de sels minéraux et d'oligo-éléments apportés par le lessivage des roches continentales ;

Bref, y a encore du taf pour constituer une vraie réflexion.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2020, 01:53 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7088
Jean Foutre Premier a écrit:
Il est question aussi de température idéale pour la croissance ou la prolifération, comme pour les bactéries.
Y a un truc comme l'histoire d'une casserole d'eau que tu laisserais sur un feu fort juste dix secondes puis que tu retires, ainsi de suite, l'eau n'a pas le temps d'emmagasiner suffisamment d'énergie pour monter en température et aller à l'ébullition, alors que si on augmente le temps de contact jusqu'à permettre malgré le retrait d'atteindre sous les effets de pression, les 100°, ca bout in fine.

Ce soir l'eau bouillante et demain l'eau tiède ? Ca nous fera des oeufs à la coque parfaits lundi prochain.

Enfin, j'espère que tu n'oublieras pas que la température de l'eau de la casserole redescend hors du feu car la température autour d'elle est plus basse... sinon elle pourrait monter même hors du feu.
C'est un peu similaire et différent sur Terre; entre autres lorsqu'une de ses faces en mouvement est exposée au soleil 10 heures (mais seulement quelque temps au zénith), l'autre face en mouvement n'est pas exposée durant le même temps... - c'est peut-être pour ça qu'on est pas tous cuits à la vapeur depuis ces milliards d'années... mais avec des hauts et des bas en température moyenne (même des ères glaciaires) qui n'ont donc rien à voir avec la vitesse de rotation en diminution constante. :D

Je te recommande de comparer la Terre qui tourne sur elle-même - chauffée par le soleil - plutôt à un lapin en brochette tournant au-dessus d'un feu qu'à une casserole remplie d'eau. Ca permet de vérifier que, si, en effet, tu le tournes pas assez vite il va cramer (*) mais que si tu le tournes très vite il cuit quand même très bien (et cramera aussi si tu ne le retires pas à temps).

(*) puis tu remplaces cramer par génotoxicité, tu ajoutes radiation évolutive, temps de cuisson d'un, non, d'incubation d'un oeuf, non, d'une bactérie... non, température optimum de reproduction c'est mieux; et cela fera le début d'un texte d'intérêt prélude à ton hypothèse. Je ne blague pas, c'est un peu comme ça que les bonnes idées émergent.
A demain.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mar 2020, 03:07 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Citation:
j'espère que tu n'oublieras pas que la température de l'eau de la casserole redescend hors du feu car la température autour d'elle est plus basse...


Tout à fait thierry, tout à fait. Ma si je laisse plus longtemps sur le feu que en dehors du feu, j'accumule à chaque passage, et à force, ça boue obligatoirement, question de temps. (https://www.superprof.fr/ressources/sco ... ature.html)

Ma oui la terre ce n'est pas une casserole, ça c'est sur, ma un oeuf à la coque c'est bien possible.

Pour le lapin, je plussoie, et l'important est bien qu'il cuise non qu'il crame d'un côté et reste cru de l'autre. Ne jamais perdre de vue l'objectif.

L'objectif, c'est l'explosion du Cambrien. Qui est une sorte de lapin bien cuit. Mais mieux encore c'est pareil pour un méchoui, faut tourner mais pas trop vite, ni trop doucement, et penser à mettre de l'huile. Ca prend des heures pour faire une bonne viande bien tendre à coeur. Car si tu tournes trop vite ça cuit mal et prends du temps et tu prends l'huile en pleine gueule à chaque tour, ça brûle et sa tache, et en plus le trépied y bascule, le mouton y tombe dans le feu et tout et foutu, tu ouvres une boîte de conserve et tout le monde fait la gueule et ça fini en explosion de colère parce que t'es un incapable de la cuisson.

Donc je persiste parce que je suis têtu et que j'ai une intelligence asymptomatique, la vitesse de rotation influe sur la "bonne" cuisson, d'une viande, saisir, dorer, croûte caramélisée. Car en fait ce n'est pas la planète qui cuit à proprement parler, qui nous intéresse, mais ce qu'il y a dessus.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Mar 2020, 16:04 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7088
Jean Foutre Premier a écrit:
Tout à fait thierry, tout à fait. Ma si je laisse plus longtemps sur le feu que en dehors du feu, j'accumule à chaque passage, et à force, ça boue obligatoirement, question de temps.

Pas obligatoirement mais bon, peu importe.

:D Attention à ne pas devenir expert (en cuisson), tu y perdrais la garde de tes lardons !

Focalise-toi plus sur radiations-stress et mutations que sur température... j'ai comme la sensation qu'il ne te sera pas facile de démontrer que tourner moins vite la planète augmentera la température moyenne. Ce mot moyenne que tu détestes tant te sera recraché à la figure quotidiennement. D'autant moins facile à démontrer que les aléas passés connus (températures moyennes sur Terre durant les périodes de refroidissement ou réchauffement) se passaient tous durant une très inerte et constante rotation - donc température décorrélée de la rotation pour les variations ; mais corrélée pour la moyenne globale. Ce n'est pas contradictoire.

Bref, concentre-toi plutôt sur les mutations/radiations - là tu tiens peut-être kekechose avec Burgess.

ps. Les mécanismes de réparation (de l'ADN) faut oublier, cela ne sert à rien ici - perte de temps : aucun élément connu (je ne sais plus pourquoi on les a cités); de plus la règle générale que tu gamberges est correcte: "+ de génotoxiques et agents mutationnels => + de possibles transformations".
Enfin, tu fais comme tu veux. Travaille bien !

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Mar 2020, 22:19 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4204
Oui, je suis en parti en vrille sur la température de cuisson, mais je m'en fous de la température en fait, c'est aux radiations/photobiologie que je pensais il me semble que je l'ai bien précisé, qui sont plus longuement ressenties et peuvent pénétrer plus dans les organismes et avoir des conséquences, si le temps d'exposition augmente, amplifiant donc leurs effets.

Burgess ? Le site ?

https://sciencetonnante.wordpress.com/2 ... e-burgess/


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 51 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com