Forum http://www.rationalisme.org et http://zartregu.blogspot.com (le crocodile paroissial)

"Une explication est limpide lorsqu'elle entre dans ta tête comme du beurre dans ton cul", Rafael Eliyahu
Nous sommes le 04 Aoû 2020, 18:45

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 117 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Auteur Message
MessagePosté: 31 Aoû 2013, 00:46 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7086
"X favorisant ci ou ça" <=> X favorisant un individu et/ou population au détriment d'un autre (dans une équation de sélection). X = tout agent de variation, morph. comport, gén, phénot. ou autre)

Citation:
Ah donc toute la chaine de causalité sociale et historique juste des agent favorisant ci ou ça comme un caractère phénotypique telle que la crinière et la musculature d'un lion favorisant ou non ce dernier c'est tout du moins ce que j'arrive à comprendre de ta présente réponse.....

Dans la discussion que l'on a, qui a démarré sur l'analogie Terminator/Gengis Khan, où des agents causaux acquis et sociaux ont été invoqués, oui. Mon propos n'a pas besoin de plus, je me limite à exprimer que ces Terminator et Gengis Khan - tels que dépeints, sous les seuls paramètres de destruction du concurrent et fécondation > de femelles - sont un exemple probant de sélection/tri d'individus puis tri sexuel, avec les conséquences habituelles prédites par la ToE.
Le reste est inutile ici, superflu vu mon propos , qui est simple et doit rester simple. (détailler le reste peut par contre être indispensable pour un autre propos... )

Mais tu peux continuer à répondre "Ah, donc il fait nuit !?" lorsque j'écris que sans mes lunettes je vois flou. Ca ne me dérange pas et je ne t'en veux pas du tout. Je pense que cette histoire de "caractères acquis sélectionnés (*)" t'a un peu perturbé, mais il ne faut pas. Il est des exemples bien connus de pression exercée si fortement sur (via individus ne les possédant pas) certains caractères acquis => caractères acquis répandus dans quasiment toute ou une bonne proportion de la population, que des "experts" sont tombés dans le panneau de les croire génétiques. Je te laisse chercher des exemples toi-même, ça foisonne autour de nous.

(*) caractère acquis/social sélectionné = pression sélective s'exerçant [aussi] sur lui

HANS a écrit:
Bon on réduit tout ces enchainement sociaux et historique à «agents favorisants ci ou ça»? On compare ces «agents» à quoi? À des phénotypes ce que je comprends ici ou à des variables environnementales? Non ça m'embrouille tout ça sérieux je ne le fait pas exprès ça m'embrouille, je te jure j'essaie de te suivre. Pour mon esprit malhabile c'était tellement plus clair quand tu disais toi-même qu'il s'agissait «de caractères acquis, sociaux, intellectuelles ou physiques, influant sur la distribution d'une population n'ayant pas de nom à ta connaissance» là j'étais en phase et je le suis toujours!

C'est toujours le cas, mais je n'ai pas besoin de redire la même chose alors je peux tenter autrement: si ces caractères acquis/adaptations sélectionnés n'ont pas de nom c'est (à mon avis) tout simplement car ils entrent dans les mêmes schémas de sélection que les caractères innés/préadaptations, ou co-liés ensemble et c'est très commun, la seule différence étant que les premiers ne seront pas transmis génétiquement/verticalement à la descendance. Ils peuvent pour certains, nombreux, être transmis autrement en revanche, ou horizontalement.

J'ai déjà donné un exemple ou deux il me semble, essayons par un modèle simple de sélection sexuelle:
- JUAN n'est pas beau, mais il a un beau costard de pilote et s'invente une vie de pilote de ligne (comme dans le film) et a appris plein de blagues belges coquines: il est con, mais fait trop marrer les nanas qui tombent dans ses bras comme des mouches puis entre ses reins.
JUAN n'est pas un oiseau chanteur ni une corneille qui décore joliment son nid, ni un quetzal arborant une magnifique queue, ni un robuste bouc se bagarrant pour des femelles... ni un costaud qui se débarrasse de tous les rivaux à coups de machette. Juan est un gars dont la stratégie est d'attirer les femelles dans son pieu grâce à des milliers de blagues belges qu'il a apprises par coeur et un beau costard qui fait craquer des nanas (c'est caricatural, très, mais c'est le cas de quasiment tout bon modèle évolutif). Il a ainsi assuré une fertile descendance, car cet abruti a engrossé 30 nanas en 30 ans de vie de playboy de cirque, dont 12 ont gardé le gamin. Pas si mal, il voulait pas de gosses mais il s'est bien éclaté.

Qu'est-ce qui différencie JUAN des autres cas ? Rien : que ce soit ci ou ça, inné, acquis ou costard de pilote, c'est un procédé de sélection sexuelle, intégré par la ToE: des caractères attirants et stratégies favorisant la copulation/insémination, triant intersexes des individus au détriment d'autres : donnant des chances sup à JUAN de transmettre son matériel et de contribuer à la perpétuation de sa lignée. Pas besoin de renommer différemment chacun d'entre eux. Pourquoi faire ?

PS au cas où: la vie de Juan n'est pas que "procédé de sélection sexuelle". Juan est un gars qui a fait plein de trucs dans la vie, que pourrait raconter un historien ou sa mère. Mais ici, on parle de procédés d'évolution et notre propos est de mettre JUAN sous équation de sélection et/ou (micro)évolution, un exemple parmi d'autres comme pour Gengis KHAN ou le lion. J'ajoute ce PS pour prévenir la tentation de mélanger les "magistères" et limiter la portée des exemples (comme avant dans ton post précédent).

Citation:
Ou dit autrement je ne parviens pas à faire des enchainements culturels et sociaux, de simples équivalents de variables phénotypiques. Car la culture et le social prennent également la forme d'une influence environnementale externe et dont l'évolution est en bonne partie contingente, impactant également le comportement des individus et donc peut-être en bien ou mal leur succès reproductif. Pour ma petite personne c'est quand même différent que l'impact que peuvent avoir les griffes, les dents et la crinière d'un Lion pour le succès reproductif de ce dernier, dans ce second cas on parle de variables phénotypiques qui plus est en bonne partie génétiquement déterminées!

Tu n'es pas une petite personne, (mais je n'ai pas bien compris ta phrase, le début surtout).

Pas des équivalents, mais vu les raisons que tu invoques, raison de plus pour les considérer dans la même équation. Que serait notre espèce sans ses mains (inné) et la maîtrise du feu (acquise) ? Que serait la maîtrise du feu sans les mains ? Ben j'en sais rien, mais ce ne serait pas la même destinée.
Je ne peux pas te pousser à intégrer le tout dans l'équation "individu sélectionné => participation à l'évolution" et tu as toute liberté et raison de distinguer socio-culturel de phénotype, ben tiens ! mais pour l'équation (de pression de) sélection de l'individu, tous ses composants font l'individu: tous composent ses aptitudes à survivre ou se reproduire. Adaptations (comport. social y inclus) comme préadaptations (comport. sociales idem), dont seules les dernières pourront être transmises génétiquement. Toutes participent car exprimées, peu ou prou, à ses aptitudes sur lesquelles s'exerce +/- la pression. Les distinguer autant que tu veux, oui, pour autant que tu les intègres dans la même équation sélection/évolution (pas dans la ToE, je parle du fait d'évolution), sinon c'est de l'arbitraire.

Mis à part ça, je ne peux pas te suivre lorsque (même si c'est dû à une simplification à l'extrême), tu réduis l'aptitude du lion à combattre à "des griffes acérées et des dents". J'avais pris ces 2 objets, effectivement en grande partie innés, comme exemples de caractères phénot à mettre dans le même paquet "d'agents favorisants", avec tout le reste. Pas pour insinuer que l'aptitude du lion à se battre (et se reproduire ensuite) soit réduite à "des griffes et des dents".
Tu ne l'ignores pas mais "des griffes et de dents" chez un lion qui a toujours été nourri et n'a jamais chassé, n'a jamais joué à la bagarre avec ses frères, sociabilisé avec d'autres lions, qui n'a jamais couru derrière des proies et renforcé son corps, ses réflexes, appris à connaître les réactions de ses proies, de ses congénères, souvenirs-savoir-expérience, ne lui serviront pas à grand chose pour perpétuer sa lignée. Tout cela est, osons, en grande partie acquis: l'aptitude du lion à se battre contre les autres mâles, à survivre, ses performances, sont fortement inféodées à l'apprentissage, l'entraînement, et foule de facteurs acquis, sociaux aussi, puisque c'est le seul félins vraiment social.
Réciproquement chez notre espèce, tu le sais bien aussi, plein voire tous les caractères acquis et sociaux, sont eux aussi liés à des prédispositions/constituants génétiques dans un brouhaha indescriptible. Pas d'apprentissage sans substrat inné, pareil pour le lion, pas de sociabilisation sans précurseurs innés, pareil pour le lion... etc. Si le lion te semble intuitivement plus inné que notre espèce dans ses comportements, pourquoi pas, c'est alors une différence de degré ponctuel, et pas de substance en général. Le lion n'est pas une mouche à fleurs. Le félin est comme le primate et d'autres mammifères et vertébrés, au moins un mix d'inné/acquis +/- indiscernable/caractère exprimé: même si on ne peut pas, ou difficilement, quantifier la part de ceci versus cela sélectivement parlant, ils vont ensemble, sont intégrés ensemble dans l'équation évolution. Sans notre besoin de mettre les choses sur papier-formulations simples, on n'aurait même pas à envisager de les distinguer et quantifier.

Je sais bien que tu ne réduis pas un lion à une machinerie génétique à tuer, mais je trouve toute sous-estimation ou minimisation ou ignorance, de l'importance de l'apprentissage et Co chez d'autres mammifères, irritantes. Je ne te reproche pas ce point, je relève simplement que le pas est vite franchi malgré nos bonnes intentions.

Citation:
Car la culture et le social prennent également la forme d'une influence environnementale externe

Un placenta, une maman et nos mains, pareil, non ?

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Aoû 2013, 08:10 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Ok merci là je commence à capter un peu mieux la chose, sincèrement merci pour ces précisions. C'est fou quand même comme j'ai parfois du mal à nuancer/distinguer certains concepts pourtant pas si compliqué ou comme j'en arrive effectivement, sans le vouloir à minimiser l'importance de l'acquis chez les autres mammifères, je dois manquer de sommeil, aller je retourne me coucher, encore merci et à plus! :wink:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Aoû 2013, 20:36 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2005, 22:50
Messages: 4203
--ççç--- Ah bah oui, eurêka moi aussi je comprends ! En fait :



Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Sep 2013, 18:01 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7086
:fr: L'évolution expliquée par l'enculage. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus fertile, mais même un sodomite professionnel pourrait être papa plein de fois: lors des nombreuses sessions d'enculage frénétique de blondes californiennes, Antoine rate parfois le bon trou et insémine sans le vouloir par la moule.

Certains arthropodes font encore plus zarbi: ils enculent tout individu de la même espèce, perçant n'importe où dans le corps, - abdomen, tête, partout - et le sperme répandu dans le corps de la femelle transpercée de partout la fertilise. Le reste du sperme injecté => pertes et profits, quand on aime on ne compte pas ! Parfois même, un mâle "enculé" par un autre mâle, va à son tour percer une femelle et lui transmettre le sperme du premier.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mai 2014, 00:55 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Salut Archie Cash

Tout d'abord et d'avance pardon si mon présent message t'énerve, ni vois surtout pas de ma part une intention quelconque de raviver les fantômes merdiques du passé sur notre enfilade concernant la sélection hiérarchique au-delà du niveau des individus. Enfin oui tu peux quand même un peu, même si ici mon intention n'est pas de te faire du rentre-dedans mais de partager avec toi un récent article qui m'a pour le moins troublé. Tu connais peut-être déjà Razib Khan? Ce n'est pas un Gouldien hein, pas le moins du monde, c'est même tout le contraire, et pourtant il semble qu'il ait compris le concept de sélection multi-niveaux exactement comme je l'ai fait. Et ici il la comprend au travers d'une récente publication sur l'évolution des dinosaures et plus exactement de la lignée avienne, je copie-colle l'extrait de l'étude cité par Razib Khan et les commentaires de ce dernier.

Razib Khan a écrit:
Most of the time I’m focusing on population genetic time scales when I think of evolutionary change. That is, allele frequency shifts within a species level lineage, or narrower. Since this is amenable to experimental analysis obviously there are advantages. But sometimes I really wonder if I’m doing a disservice to myself not paying more attention to examinations of evolutionary change on the scale of tens of millions of years and across whole clades which might have thousands of species. A new paper in PLoS BIOLOGY, Rates of Dinosaur Body Mass Evolution Indicate 170 Million Years of Sustained Ecological Innovation on the Avian Stem Lineage is very interesting. Here’s the author summary:

Citation:
Animals display huge morphological and ecological diversity. One possible explanation of how this diversity evolved is the “niche filling” model of adaptive radiation—under which evolutionary rates are highest early in the evolution of a group, as lineages diversify to fill disparate ecological niches. We studied patterns of body size evolution in dinosaurs and birds to test this model, and to explore the links between modern day diversity and major extinct radiations. We found rapid evolutionary rates in early dinosaur evolution, beginning more than 200 million years ago, as dinosaur body sizes diversified rapidly to fill new ecological niches, including herbivory. High rates were maintained only on the evolutionary line leading to birds, which continued to produce new ecological diversity not seen in other dinosaurs. Small body size might have been key to maintaining evolutionary potential (evolvability) in birds, which broke the lower body size limit of about 1 kg seen in other dinosaurs. Our results suggest that the maintenance of evolvability in only some lineages explains the unbalanced distribution of morphological and ecological diversity seen among groups of animals, both extinct and extant. Important living groups such as birds might therefore result from sustained, rapid evolutionary rates over timescales of hundreds of millions of years.
As this paper is predicated on nifty statistical analysis one has to be careful at taking the results at face value. Subsequent reanalysis might yield a different conclusion. But it is certainly an intriguing possibility that clade-level selection of some sort might be operating. I’m still very skeptical of what to even think about this, or how to conceptualize the dynamic. But that’s often a good thing.

Note Razib Khan n'est pas catégorique, il est très prudent mais il comprend la chose de la même manière que je l'ai fait. Plus grande «évolvabilité» de la lignée maniraptorienne et/ou avienne, grâce probablement à une plus grande capacité de se disperser rapidement dans différentes niches écologiques, donc de connaitre de nouvelles adaptations et spéciations, donc ici plus qu'une sélection entre espèce, une véritable sélection entre clade sur le long terme.

Mais attend on ne parle quand même de quelque chose de différent, qualitativement parlant de la sélection entre individu, je me souviens de nos précédents échanges Archie Cash! Peut-être devrions donc nous trouvé une autre terminologie que «sélection» pour cette théorie hiérarchique. Dans tous le cas l'idée de ce «Niche Filling Model», est donc simplement que la compréhension du succès de certains clades par-apport à d'autres se comprendrait parfois moins par l'adaptation des individus composant ces divers clades que par un dynamique interactionniste à une échelle macro-populationnelle et sur une large échelle temporelle. Mais bon je ne vais pas me répéter car je suis sûr que tu vas de nouveau m'engueuler! Mais bon juste pour dire que si je suis fou ben je ne suis pas le seul même des anti-gouldiens carabinés ne sont pas loin de partager ma folie, le monde est fou je vous dis je dirais même fous à lier! :D


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mai 2014, 01:57 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7086
Avec toi ça fait donc 7.

(Non, je blague.)

Salut Hans.
Ce n'est pas tant question d'être fou, c'est question que ce que tu quotes ne me parle pas du tout en tant que "sélection de clade" mais en tant que "evolvability plus accentuée de certains taxons", comme par exemple celui des oiseaux de petite taille vis-à-vis d'autres dinosauriens. Le texte plus haut cite la taille en exemple, parmi d'autres plausibles critères (qui pourraient être température corporelle, métabolisme sup. etc.).

Je ne pense pas qu'avant Gould quiconque ait nié que certains taxons semblent avoir plus rapidement diversifié que d'autres, ponctuellement et/ou sur la durée: Que ce taxon-ci, mettons celui des passereaux ou des chiroptères par ex. (= petite taille, plus courte durée de vie, métabolisme et cycles de reproduction plus rapides que ceux d'autres oiseaux/mammifères, et surtout d'autres dinosauriens), ait par conséquent un plus haut taux de variations (= la fameuse evolvability) en espèces repérées, que ce soit par les fossiles ou par la diversité actuelle, ou en notables transformations par rapport à l'ancêtre prototype oiseau ou placentaire, ça ne m'étonne en rien. En rien du tout. Ce n'était pas une conséquence obligatoire mais cela a été observé.
On le constate temporellement autant chez les passereaux versus les ratites p.e., que chez les oiseaux en général versus l'ensemble des diapsides p.e., entre les rongeurs versus d'autres placentaires de plus grande taille, etc. Ce n'est pas une loi où seraient clairement corrélés causalement quelques caractères du taxon comme taille, etc, avec evolvability, mais on remarque parfois assez clairement quelques corrélations. Pareil pour les insectes holométaboles et leur métamorphose complète, soupçonnée être impliquée et dans leur diversité actuelle énorme et dans les énormes bouleversements morphologiques par rapport au prototype ancestral hexapode. Ils ont conservé ces même traits = leur variabilité/mutabilité aussi par conséquent.

Qu'y a-t-il de vraiment neuf dans cette analyse statistique plus haut ?
Ce qui m'épate par contre c'est ce saut, ce déguisement d'un "phénomène" ou tendance parfois assez clairement reconnu depuis Darwin/Owen/Wallace... ben ouais, le temps passe... où certains traits héréditaires communs à un taxon/clade - donc par conséquent de ses individus :D - , soupçonnées être corrélés à leur grande biodiversité actuelle ou passée, sont bizarrement transformés en NEWS ou démonstration/exemple de sélection multi-levels du clade.
Ca je te le dis sincèrement, ce miroir aux alouettes ça ne cessera pas de m'épater, ni aujourd'hui ni demain.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mai 2014, 02:28 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Ol merci pour cette piqure de rappelle comme pour tétanos c'est une chose nécessaire! Bon ok je ne vois pas grand chose à redire donc, enfin si peut-être, je pense que le miroir aux alouettes marche parce qu'il manque peut-être des modèles détaillé expliquant en quoi consisterait concrètement cette plus grande évolvabilité comme celle-ci fonctionnerait si l'on peut dire. Car ok c'est bien dû aux caractères des individus, mais cette évolvabilité se comprend donc souvent à l'échelle populationnelle et sur une échelle temporelle importante, c'est l'idée du «Niche Filling Model». Donc un phénomène qui s'observe et se comprend à large échelle spatiale et temporelle, d'où les glissements sémantiques trompeurs séduisant de type «sélection entre espèces» qui devrait donc être remplacé par d'autres terminologies et illustrations. Car oui empiriquement et intuitivement, cela devait avoir été deviner il y longtemps mais peut-être manque-t-il des développement explicatifs et donc théoriques en la matière. À moins bien sûr que je me trompes et que ces derniers existent. Mais si ce n'est pas le cas on comprend mieux pourquoi la rhétorique capilotractés de Stephen Jay Gould a marché, car alors elle ne faisait que combler un vide et ça aussi ça ferait un bon «Niche Filling Model» oui je sais je suis bon pour la camisole de force!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mai 2014, 02:47 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7086
Citation:
Car ok c'est bien dû aux caractères des individus, mais cette évolvabilité se comprend donc souvent à l'échelle populationnelle et sur une échelle temporelle importante, c'est l'idée du «Niche Filling Model». Donc un phénomène qui s'observe et se comprend à large échelle spatiale et temporelle, d'où les glissements sémantiques trompeurs séduisant de type «sélection entre espèces» qui devrait donc être remplacé par d'autres terminologies et illustrations.

Toute notion liée à l'évolution se comprend obligatoirement et sine qua non à l'échelle de populations, non ? Même la transformation ou apparition d'un nouveau caractère entre un papa et son rejeton, ne peut se formaliser en "évolution" qu'à l'échelle de populations, même si toute petite.
Faut simplement se rappeler la piqûre que "populations = plusieurs phénotypes/individus" <=> "populations = individus" sur lesquelles s'exerce la pression sélective... pas sur un taxon.

Citation:
Car ok c'est bien dû aux caractères des individus, mais cette évolvabilité se comprend donc souvent à l'échelle populationnelle et sur une échelle temporelle importante, c'est l'idée du «Niche Filling Model». Car oui empiriquement et intuitivement, cela devait avoir été deviner il y longtemps mais peut-être manque-t-il des développement explicatifs et donc théoriques en la matière.

Il doit sans doute manquer des développements dans toutes les matières.
Je t'ai proposé plus haut la métamorphose complète de la majorité des insectes, impliquée plus haut dans ci et ça (voir post précédent) , mais elle est aussi impliquée dans la faculté des holométaboles à occuper de nlles niches écologiques, différentes, ainsi que temporelles, saisonnières, etc: p.e. les larves passent l'hiver au chaud dans leur cocon, ou à ronger des vêtements, l'abri du gel ou de la disette, les adultes occuperont de nouveaux territoires quand il fera beau et qu'il y aura de quoi sucer des sucreries. Est-ce ce genre de trucs qu'on pourrait appeler "Niche filling faculty" ?

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mai 2014, 02:59 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Archie Cash a écrit:
Toute notion liée à l'évolution se comprend obligatoirement et sine qua non à l'échelle de populations, non ?
Même la transformation ou apparition d'un nouveau caractère entre un papa et son rejeton, ne peut se formaliser en "évolution" qu'à l'échelle de populations, même si toute petite.
Certes, le truc c'est que peut-être norte cogito a du mal à se représenter les choses au-delà d'une certaine échelle spatiale et temporelle, surtout si les interactions y sont plus vastes et plus complexes, mais aussi plus difficile à appréhender donc à observer et donc mal-comprises, contrairement à des mécanismes à échelle réduite en génétique des populations facile à observer et à expérimenter et donc à modéliser mathématiquement!

Archie Cash a écrit:
Il doit sans doute manquer des développements dans toutes les matières. Je t'ai proposé plus haut la métamorphose complète de la majorité des insectes, impliquée plus haut dans ci et ça (voir post précédent) , mais elle est aussi impliquée dans la faculté des holométaboles à occuper de nlles niches écologiques, différentes, ainsi que temporelles, saisonnières, etc: p.e. les larves passent l'hiver au chaud dans leur cocon, ou à ronger des vêtements, l'abri du gel ou de la disette, les adultes occuperont de nouveaux territoires quand il fera beau et qu'il y aura de quoi sucer des sucreries. Est-ce ce genre de trucs qu'on pourrait appeler "Niche filling faculty" ?

Oui je pense des modes de développement larvaire augmentant le nombre de niches habitables, donc l'extension, donc les spéciations c'est-à-dire la diversification ça se tient je confirme!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mai 2014, 14:28 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
J'oubliais de rappeler un élément important à ma réflexion, à savoir que le succès d'un clade pourrait aussi bien dépendre de sa capacit à se disperser et à coloniser de multiples niches écologiques, que de voir rapidement ses différentes sous-populations colonisatrices à s'isoler les unes des autres reproductivement parlant. Avec les oiseaux je pense notamment et possiblement à l'importance du chant, les mâles et les femelles se reconaissant souvent aux chants spécifiques à éeur espèce. Or si deux population d'une même espèce de passereaux se subdivisent en deux colonisant chacune une niche différentes, et développent chacune d'entre elle rapidement, des chants sensiblement différents, il est possible qu'ensuite elles ne se croisent plus même si elles venaient à nouveaux à se retrouver sur un même territoire toute en étant potentiellement interféconds! C'est une théorie qui est réellement débattue! Ains le succès de la lignée avienne dépendraient et de la facilité à se disperser dans plusieurs niches écologique, et d'un mode de reproduction favorisant lui-même l'isolement des sous-populations ainsi dispersées et donc des spéciations. Donc le succès du clade des passereaux ne pourraient se comprendre uniquement par la simple sélection entre individus mais par une dynamique plus large tant à l'échelle spatiale que temporelles, découlant de caractères propres à l'espèce ou à la lignée dans son ensemble. Mais n'appelons pas cela «sélection entre espèce» ou «sélection entre clades» puisque qualitativement différent de la sélection entre individus trouvons-lui un autre nom bien pompeux et chiant genre «Dynamique macropopulationnelle», ou «Dynamique macroévolutive» ou encore «émergence macropopulationnelle», bref quelque chose et plus exactement une dynamique qui ne se comprend pas au niveau habituel d'observation en génétique des populations, mais à une plus large échelle tant spatiale que temporelle. Cette dynamique interactionnelle à grande échelle serait un exemple d'évolvabilité parmi d'autres. Certes c'est quelque chose qu'aurait déjà intuitivement deviner certains biologistes du temps de Charles Robert Darwin mais qui a peut-être cruellement manquer de conceptualisation théorique claire et concise peut-être justement parce que très difficile à appréhender et donc à modéliser!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mai 2014, 15:14 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7086
Hans a écrit:
Mais n'appelons pas cela «sélection entre espèce» ou «sélection entre clades» puisque qualitativement différent de la sélection entre individus trouvons-lui un autre nom bien pompeux et chiant genre «Dynamique macropopulationnelle», ou «Dynamique macroévolutive» ou encore «émergence macropopulationnelle», bref quelque chose et plus exactement une dynamique qui ne se comprend pas au niveau habituel d'observation en génétique des populations, mais à une plus large échelle tant spatiale que temporelle.

:oops: Que penses-tu d'appeler ce que tu décris plus haut sur les oiseaux un peu ainsi : dispersion + isolement reproductif par barrière éthologique (chant non reconnu p.e.) avec entre autres effet fondateur ?

Je renonce à rediscuter de tes envies de renommer différemment des trucs largement étudiés, segmentés, reconnus depuis Mathusalem, et qui portent déjà un nom... Renomme-les comme tu veux, pas de souci.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Mai 2014, 15:43 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
Ok alors appelons ça un «Schüblig» du nom de la célèbre saucisse Saint-Galloise que j'apprécie déguster avec une bonne portion de frites . Mais donc je vais m'arrêter là-aussi, je ne sais pas d'où me viens cette sensation qu'un truc m'échappe et que je ne comprends pas le fond du Schmilblick je veux dire du Schüblig!


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 117 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com