Forum http://www.rationalisme.org et http://zartregu.blogspot.com (le crocodile paroissial)

"Une explication est limpide lorsqu'elle entre dans ta tête comme du beurre dans ton cul", Rafael Eliyahu
Nous sommes le 20 Jan 2020, 20:48

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Darwin humaniste.
MessagePosté: 16 Aoû 2008, 18:34 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
ce texte m'as donné envie d'en savoir plus sur "La descendance de l'homme et la sélection naturelle", écrit par Darwin...

Citation:
POUR UNE GAUCHE DARWINIENNE

Darwin relève de la catégorie des inconnus célèbres : tous connaissent son nom, presque personne ne l'a lu, et tout le monde dispose à la demande d'un avis sur ses découvertes… Pourtant : qui, en dehors de L'origine des espèces, peut citer un autre titre d'une œuvre complète forte de trente cinq volumes dans l'édition française ? Qui connaît La descendance de l'homme et la sélection naturelle, un livre dans lequel, au contraire du fameux opus de 1859, il est question de l'homme ? Très peu. Dommage, car on y découvre un Darwin… de gauche.

Le darwinisme fut très vite confisqué par la droite : la sélection naturelle enseignée comme un éloge du plus fort, donc une condamnation du plus faible ; la lutte pour l'existence assimilée à un tableau de la vérité du monde à laquelle le libéralisme fournirait le modèle politique le mieux adapté et le plus adéquat ; la légitimation des politiques de la force avec les faibles qui sous tend le racisme, le colonialisme, l'eugénisme, l'impérialisme autrement dit les jours les plus noirs du XX° siècle ; voilà autant de malentendus qui, via quelques monstres (Spencer pour le libéralisme, Galton pour l'eugénisme, Chamberlain pour le racisme) ont dénaturé la pensée de Darwin qui était une pensée de gauche…

Darwin n'établit pas un signe d'égalité absolue entre l'homme et l'animal, il en souligne au contraire les différences et présente l'homme comme le seul animal moral, naturellement moral, génétiquement moral. En effet, seul parmi les mammifères, il dispose d'un sens moral inné par lequel il juge ses actes, puis les condamne ou les approuve en fonction de leur utilité pour la vie et la survie de l'espèce. Pour cette raison, il existe donc chez l'homme des tendances naturelles et instinctives à la sympathie et à l'entraide qui visent le perfectionnement de l'espèce .

L'éducation permet la transmission de ces caractères qui, innés, raffinés, transmis, évoluent en caractères acquis. Cette métamorphose distingue l'homme de la bête dans un même monde animal. Les aînés doivent donc transmettre les valeurs aux enfants : le bien identifié au bon permet le bonheur de l'espèce ; le mal, assimilé au mauvais, la délite ou la détruit. En philosophe hédoniste (inattendu) Darwin écrit : « le principe du plus grand bonheur sert indirectement de type assez exact du bien et du mal ».

Dès lors, restaurons l'honneur perdu de Darwin en l'arrachant aux griffes de ceux qui, libéraux, racistes, eugénistes, colonialistes, impérialistes, ont confisqué les découvertes du scientifique pour justifier leurs basses œuvres . Contre ce tropisme de droite, enseignons donc le Darwin qui célèbre l'humanité du mammifère susceptible de solidarité, naturellement doué pour d'entraide, capable d'éducation mutuelle, porteur d'un sens inné de la république (au sens étymologique : de la chose publique) – ce qui définit les fondamentaux d'un programme de gauche. A défaut, la bête (libérale) triomphe de l'animal (politique), signe d'apothéose de la sauvagerie…

Michel Onfray


il s'agit de cà je pense:
http://www.laprocure.com/livres/charles ... 05358.aspx

Citation:
Entre les animaux et les hommes il n'existe qu'une différence de degré ; l'homme est ainsi présenté comme l'aboutissement d'une descendance qui accumule toute l'hérédité animale à la fois physique et mentale.


et pis dis donc:

Citation:
Ce livre s'adresse aux psychologues, philosophes, savants et étudiants désireux de lire un des ouvrages les plus fondamentaux de la littérature.


rien que cà, ben mon vieux :eek:

_________________
"Dis pourquoi le jour, la nuit ? Pourquoi l'eau, le feu, la terre ? Et pourquoi le vent, la pluie ? Pourquoi tous ces grands mystères ? (Rahan... ta vie est un cri!!)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 16 Aoû 2008, 18:55 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6963
Mouais, Onfray est un touche-à-tout et un assez bon vulgarisateur de cet ensemble d'idées progressistes (ou gauchistes :mrgreen:), mais je ne suis pas persuadé que le sens moral chez l'Homo sp. soit si inné que cela.
Ce serait plutôt un sous-produit mixte, résultant de - et à la conditionnelle de - la sociabilisation. L'Homme moral n'existe que si son développement s'est fait en compagnie de congénères. Sa morale présentant alors une facette assez variable. Je doute que les rares "enfants sauvages" historiquement connus et encore plus rarement étudiés ayant passé leur enfance parmi diverses bêtes, soient devenus plus moraux que des gorilles. Franchement.
M'enfin, ça se discute... notamment dans le cadre conceptuel que notre éthique a bien entendu des racines innées subséquentes à notre penchant grégaire. La vie en société animale exige des règles sociales influant et vice-versa son éthique, qui chez l'homme, est parfois appelé "sens moral". Or ce sens ayant peut être une part d'inné peut être un dérivatif de sens empathique permettant de détecter les stratégies de mensonge et manipulation chez les autres, abilitant ainsi l'individu à maintenir une réciprocité dans nos relations et/ou les hiérarchies chez les primates. Une sorte d'altruisme réciproque et conditionnel.
Notre sens moral pourrait n'être finalement que cela, modelable selon les sociétés et les époques

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 16 Aoû 2008, 19:42 
Avorton ridicule
Avorton ridicule
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2008, 09:28
Messages: 402
Localisation: ici & là
Ce qui dicte le "sens moral" ne serait-ce pas la recherche du bonheur ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 16 Aoû 2008, 20:10 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6963
:mrgreen: Pas très clairement ? Je ne sais pas.
Sans rentrer dans le fond de ton idée, à mon humble avis il faudrait fournir quelques efforts pour te débarrasser de quelques idées reçues assez... comment dire... "Judéo-catholico-chrétiennes". C'est pas tant que ton idée principale soit fausse/vraie, mais plutôt les éléments qui te servent à la construire.

Sinon, pour lancer la discussion :
Renaud a écrit:
Ce qui dicte le "sens moral" ne serait-ce pas la recherche du bonheur ?

Non, je ne le pense sincèrement pas Renaud.
Une recherche de "paix civique et cohésion sociale" serait sans doute plus pertinent que "bonheur" dans ta phrase... Ce pour plein de raisons et d'éléments contredisant ta proposition (les développer je peux pas ce soir et puis ce serait encore plus chiant que Chiant majuscule), le sens moral me paraît plus issu de la convergence sociétale-culturelle-juridique environnementale, mêlée à quelques pincées de contraintes plus "comportementales" et historiques, que dicté par une "recherche du bonheur".

Cette dernière pourrait être une aspiration ou ambition, ça oui. M'enfin, je ne prétends pas que recherche de "paix civique et cohésion sociale" soit mieux que la "recherche du bonheur" - bien au contraire. Je propose simplement que cela me semble plus "anthropologiquement" vérifiable (1).

(1) Tu peux aussi - je sais que tu es un gars très intelligent et observateur - nous reprocher (et surtout ME reprocher) de fournir très souvent des réponses multifactorielles, et c'est le cas.
Une explication multifactorielle est souvent donnée lorsqu'on ne sait foutre pas le pourquoi du comment, ou qu'on en a une vague idée plus intuitive que vérifiable, avec peu d'espoirs d'un jour pouvoir isoler un agent responsable. Et bien c'est vrai aussi !
Plus vrai que nature en sciences humaines comme bio-médicales. Le mutifactoriel est souvent le porte-à-faux poli de notre ignorance. :mrgreen: J'assume très bien mon ignorance.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 16 Aoû 2008, 22:45 
Avorton ridicule
Avorton ridicule
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2008, 09:28
Messages: 402
Localisation: ici & là
Je pense que la "recherche de bonheur" englobe la "recherche de paix civique & de cohésion sociale", parce qu'elle est plus générale et qu'elle va dans le sens de la quête de l'Homme à aspirer à une vie meilleure. La paix civique & la cohésion sociale établissent de bonnes relations entre les gens, la bonne entente, le vivre-ensemble, tandis que la recherche de bonheur va plus loin, même au niveau de chacun des humains. Par exemple, la quête du bonheur passe dans l'admiration des belles choses de la vie qui sont pourtant très simples (une fleur, le soleil couchant sur la mer, les alpages verdoyants des Alpes....) ou qui soudent encore plus la vie des gens entre eux (pas au niveau de la société, mais au niveau individuel (partager un bon moment de vraie amitié, savoir savourer un très bon vin, être heureux, rire...).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 17 Aoû 2008, 00:38 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6963
:mrgreen: Bien évidemment, si la recherche du bonheur englobe à peu près tout ce qui fait notre vie et société, aucun souci pour ce qui me concerne. Le problème pour cette discussion ("sens éthique") est qu'avec des concepts causaux aussi larges (que la recherche du bonheur... pfiuuu) on ne peut guère discuter plus en avant. Mais pas de mal, tu as raison de défendre et expliciter (élargir) ton opinion !

Si un ruisseau sous-terrain est conceptuellement élargi (ce qui n'est pas faux) en "étendue d'eau", au même titre qu'un fleuve, un lac ou une mer... ça n'arrange pas les affaires des géologues qui souhaiteraient en discuter ou traiter de sujets bien précis plutôt que généraux.

C'est vrai que "recherche du bonheur" ça a de la gueule... Ca pourrait même expliquer la bipédie des primates ou la disparition des poils sur le torse des femelles humaines. Comment ça ?
Bah, avec un concept élargi on a bien plus d'options pour des liens factices ou +/- ambigus entre X, Y, ou Z. Ce qui es bien pratique pour fabriquer des phrases de philo appliquée syntaxiquement et coercitivement pas incorrectes.

Citation:
J'ai du mal à comprendre ton "anthropologiquement vérifiable" parce qu'il me manque des notions de culture générale.

Ah, en fait c'est très simple et pratique : hiérarchies, lois, droits, etc. de groupe laissent plus facilement des traces comportementales observables chez primates/humains que les pensées et ambitions intimes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 17 Aoû 2008, 01:11 
Avorton ridicule
Avorton ridicule
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2008, 09:28
Messages: 402
Localisation: ici & là
Oui, je me rends compte maintenant : j'ai élargi le sujet à la notion de bonheur (très générale) au lieu de parler du sens moral. Donc, pour revenir au "vrai" sujet, je pense que c'est l'Homme qui "se donne" son sens moral, en fonction de ce qu'il vit avec les autres. Le tout est de savoir dans quelle société ce sens moral peut être le meilleur, humainement parlant. Sur quelles bases construire la société, sur quel système de penser s'appuyer...? Qu'est-ce qui est nécessaire, fondamentalement, pour évoluer vers un sens moral optimal ?

L'auteur cité dans le premier post disait : "enseignons donc le Darwin qui célèbre l'humanité du mammifère susceptible de solidarité, naturellement doué pour d'entraide, capable d'éducation mutuelle, porteur d'un sens inné de la république (au sens étymologique : de la chose publique) – ce qui définit les fondamentaux d'un programme de gauche. A défaut, la bête (libérale) triomphe de l'animal (politique), signe d'apothéose de la sauvagerie… " (Michel Onfray)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 17 Aoû 2008, 01:20 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
ben au petit peu de ce que je crois comprendre des commentaires du bouquin de darwin, j'ai l'impression qu'il dit pas autre chose que Raf Hillman.

un débat dans l'émission de frédéric taddei: quelqu'un disait (pour prouver qu'il y a une part de "morale" naturelle) qu'il suffit pour s'en apercevoir de regarder un bébé: il pleure si on maltraite quelqu'un devant lui. cà rejoint cette idée d'empathie primaire qui conditionnerais l'apparition d'un embryon de morale.
cette personne ajoutait que souvent l'éducation consiste d'ailleurs tout autant à inculquer des préjugés générateurs de rejet, que des valeurs positives (elle répondait à quelqu'un qui disait qu'il n'y a pas de valeur morale possible sans éducation).

par contre je suis pas convaincu que ce "sens moral" soit propre à l'homme. à mon avis comme pour le reste ya juste une différence de degré avec certains animaux. et pas seulement en bien mais aussi en mal (le génocide industriel, l'esclavage, la torture sadique et gratuite sont très "aboutis" chez le sapiens).
jusqu'ici tout ce qui était considéré comme propre à l'homme a finit par être contredit par des études (le rire, l'outil, l'apprentissage, reconnaitre son reflet, se prénommer,...)

Citation:
au contraire des animaux qui suivent les instincts


faux comme je dis plus haut, ils réfléchissent et apprennent aussi. les conneries de descartes (animal = machine vivante animée de son seul instinct) sont obsolètes.

Citation:
Ce qui dicte le "sens moral" ne serait-ce pas la recherche du bonheur ?


la recherche du bonheur ne dicte aucun sens moral. le bonheur des uns fait souvent le malheur des autres.
les hommes sont animés par leur volonté de puissance par delà le bien et le mal (oui c'est pas de moi c'est Nietzsche cà) mais je vais pas me lancer là dessus :chaise:

Citation:
Le Bonheur n'est-il pas le Plaisir de vivre ?


chez certains cà passe par la torture et le meurtre.
je préfère l'idée du vivre ensemble pour l'éthique.


et pis onfray se contredit, tout du moins il est pas clair:

Citation:

Vouloir mener une vie philosophique dans un monde qui, globalement, ignore jusqu'au sens même du mot philosophie voilà qui expose aux plus grandes déconvenues ! La plupart se contentent en effet d'une existence de mammifère, banale, indexée sur les logiques éthologiques et hormonales. Car il n'existe pas de différence de nature entre les hommes et les bêtes, seulement une différence de degrés. J'en sais dont la vie ressemble trait pour trait à celle des cloportes mus par les seules phéromones de leurs congénères…

A quoi ressemble une vie philosophique ? Elle suppose un moteur existentiel idéal, et non le seul moteur biologique. Elle nécessite en amont de toute action une série de propositions théoriques en fonction desquelles on organise ensuite le détail de sa vie quotidienne. Certes, on peut arguer d'une multiplicité d'écoles de sagesse, de nombreuses voies en direction du souverain bien, voire plusieurs dizaines de définitions de ce fameux souverain bien…

Il n'empêche : en plus de vingt cinq siècles de philosophie occidentale, les manière d'accéder différent, certes, mais le but reste le même : entretenir un rapport à soi, aux autres et au monde assez dominés pour rester le maître de soi en toute circonstance. D'où un travail sur ses envies : ne pas désirer plus qu'on ne peut satisfaire ; ne pas vouloir l'impossible et se contenter du réalisable ; ne pas prendre ses désirs pour des réalités. D'où également un souci d'intersubjectivité pacifiée : élire la douceur et les doux, évincer la méchanceté et les méchants ; préférer l'homme de parole, capable de contracter et de tenir ses engagements, au délinquant relationnel amnésique tout à sa suffisance autiste.

Là où le cloporte, prévisible, effectue ce pour quoi il est naturellement programmé, l'aspirant philosophe met en mouvement une culture de l'ascèse : il récuse les honneurs, les richesses, les pouvoirs, sinon celui sur lui-même. Pas dupe de la vie mondaine, il s'en tient éloigné pour lui préférer une vie de méditation et d'action en regard de sa sagesse acquise.

Quand l'arthropode se contente d'obéir aux signaux de sa tribu, qu'il se meut pour vivre, dominer son territoire – quelques centimètres carrés sous une pierre…- subordonner une femelle, copuler, se reproduire et dupliquer des semblables, l'homo sapiens essaie de gravir quelques échelons supplémentaires pour viser un peu moins de nature et un peu plus de culture. Mener une vie philosophique c'est évoluer bien souvent très seul dans un monde à part du monde. Pour se prémunir de la vie mesquine des cloportes, il faut presque toujours pratiquer un sévère art de la mise à distance, voire de l'éviction pure et simple. Car dans la perspective d'une vie philosophique, la bête des ombres humides relève de la catégorie des nuisibles…

Michel Onfray



cà contredit cà:

Citation:
En effet, seul parmi les mammifères, il dispose d'un sens moral inné par lequel il juge ses actes, puis les condamne ou les approuve en fonction de leur utilité pour la vie et la survie de l'espèce.


à moins qu'il considère ce "sens moral" comme un simple "degré" de conscience empathique générée par l'intelligence, auquel cas je suis d'accord.

et là je sait VRAIMENT plus si je m'exprime clairement :dingue2:
m'enfin je me comprend :fr:

_________________
"Dis pourquoi le jour, la nuit ? Pourquoi l'eau, le feu, la terre ? Et pourquoi le vent, la pluie ? Pourquoi tous ces grands mystères ? (Rahan... ta vie est un cri!!)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 17 Aoû 2008, 03:04 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
Citation:
Sur quelles bases construire la société, sur quel système de penser s'appuyer...? Qu'est-ce qui est nécessaire, fondamentalement, pour évoluer vers un sens moral optimal ?


le problème c'est pas "sur quelles bases?" on le sait tous plus ou moins (ne pas faire à autrui ce qu'on aimerait pas qu'on nous fasse, c'est compréhensible dans toutes les cultures).
le problème c'est le "comment" et là toutes les utopies pseudo-progressistes s'y sont cassé les dents. personne n'a de réponse à cà, sauf les marchands de sable.
le monothéisme et le communisme (par exemple) croient pouvoir changer la nature de l'homme, à tort, et bonjour les dégâts (le remède est pire que le mal).
le sapiens reste un prédateur même quand la bète est tapie tout au fond de son encéphale.

prédation et "empathisme" étaient 2 critères indispensables (nourriture et cohésion) à la survie de l'espèce.
ensuite, dans les sociétés hautement hiérarchisées, on a redéfinit cà "bien et mal" pour les opposer, afin d'avilir plus facilement ceux qui sont en bas de la pyramide sociale; alors que c'était complémentaire au départ.
maintenant qu'on domine tout l'écosystème, on a plus besoin de la prédation, mais elle reste inscrite en nous. l'humain a même retourné (perfectionné, vive le progrès technique) sa prédation contre son environnement global qu'il détruit avec un système économique prédateur par nature.

cette pulsion -prédatrice- est plus forte que le "sens moral inné" cher à darwin; à devoir choisir entre les 2, se nourrir passe avant la cohésion du groupe. la prédation supplante le sens moral inné: foutrement logique. donc en théorie si je poursuis mon raisonnement, l'éducation doit servir à contrebalancer le déséquilibre en renforcant le sens moral inné. en théorie...

organiser une société qui donne le moins d'opportunités possibles à la bète de s'exprimer, en satisfaisant les besoins de tous, c'est bien joli sur le papier; on produit effectivement assez de biens pour tous. mais les dominants y perdraient leur pouvoir. donc : niet. ils préfèrent encore tout faire pèter.
au niveau global, le prédationnisme est bien plus avancé que le moralisme (ouais j' invente des mots, il est tard), et je vois pas poindre l'étincelle (ni même le silex qui la ferait jaillir).

(le mieux maintenant c'est de se taper le visionnage de l'intégrale des bisounours

_________________
"Dis pourquoi le jour, la nuit ? Pourquoi l'eau, le feu, la terre ? Et pourquoi le vent, la pluie ? Pourquoi tous ces grands mystères ? (Rahan... ta vie est un cri!!)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 17 Aoû 2008, 11:15 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6963
Diadok a écrit:
Renaud a écrit:
au contraire des animaux qui suivent les instincts

faux comme je dis plus haut, ils réfléchissent et apprennent aussi. les conneries de descartes (animal = machine vivante animée de son seul instinct) sont obsolètes.

Oui, en phase. C'est une des idées reçues qui faisait tiquer dans le premier post de Renaud. Merci et bravo d'avoir insisté là-dessus.
Les animaux à longue période juvénile laissent une bonne part de leur construction à l'apprentissage, et les autres aussi dans une moindre mesure relative. Et ils sont capables de résoudre/réagir différemment face de nouveaux problèmes selon le développement de leur psychisme. Certains taxons ont même quelques performances intellectuelles bien précises supérieures à celle de notre espèce (la mémoire à court terme du chimpanzé p.e., voir expérience japonaise sur un écran tactile où le chimpanzé dépasse l'humain, l'intelligence du mouvement chez les dauphins, etc.).

Pour éviter les idées reçues dichotomisantes "Homme/animal" et tous les faux énoncés consécutifs à cette fausse division en deux, prémisse parfaitement inutile et irréaliste; il vaut mieux opposer/comparer "notre espèce à d'autres espèces", en citant laquelle ou lesquelles. :mrgreen:
"L'Homme versus LES animaux", est dans TOUS les cas de figure une construction ne donnant que de fausses informations, alors que les différences sont de degré et non de substance; +/- au pro rata de notre proximité phylogénique. Y compris sans doute pour le "sens moral"... (pour autant que ce truc informe nommé ainsi soit une entité et non un subjectivisme ectoplasmique de plus)

Diadok a écrit:
un débat dans l'émission de frédéric taddei: quelqu'un disait (pour prouver qu'il y a une part de "morale" naturelle) qu'il suffit pour s'en apercevoir de regarder un bébé: il pleure si on maltraite quelqu'un devant lui. cà rejoint cette idée d'empathie primaire qui conditionnerais l'apparition d'un embryon de morale.

Je n'ai pas vu cette émission. Mais à lire l'exemple que tu donnes, cela prête un peu à sourire : si un bébé pleure lorsque l'on maltraite quelqu'un devant lui cela peut être dû à maints autres déclencheurs primaires des larmes, qu'à un embryon de morale... Faut pas abuser (je te le reproche pas à toi) mais à celui qui a proposé cela sans nuances, si c'est bien le cas.
Le bébé déjà avec quelques semaines ne pleure pas par l'injustice de la maltraitance, mais il peut tout simplement réagir vu le danger potentiel de se faire taper à son tour, ou par les bruits et annexes de coups observés, autres stimuli. etc.
"Empathie primaire conditionnant l'apparition de", comme tu proposes, par contre ça me plaît vachement comme formule. :++:
Je ne sais pas exactement ce qu'il en est des conceptions de Charles Darwin au sujet de la "morale innée" (m'en fous d'ailleurs), mais "un sens moral inné chez l'homme" ça a de la peine à passer stricto sensu - du moins une prédisposition qui sans les condiments sociaux d'acquisition déjà esquissés dans les posts précédents, ne donnera pas une éthique.
En phase aussi que si cet objet (un objet biologique, rien n'est moins sûr) existe chez l'homme même à l'état embryonnaire, on doit alors en retrouver des traces chez les proches cousins.

Renaud a écrit:
L'auteur cité dans le premier post disait : "enseignons donc le Darwin qui célèbre l'humanité du mammifère susceptible de solidarité, naturellement doué pour d'entraide, capable d'éducation mutuelle, porteur d'un sens inné de la république (au sens étymologique : de la chose publique) – ce qui définit les fondamentaux d'un programme de gauche. A défaut, la bête (libérale) triomphe de l'animal (politique), signe d'apothéose de la sauvagerie… " (Michel Onfray)

Ben ouais, enseignons-le !
Mais alors ajoutons aussi dans les cours de philo ou éductaion civique que Michel Onfray est plus un journaleux à la pige qu'un philosopheux rigoureux. Capable - pour une bonne cause je n'en doute pas - de raccourcis limite burlesques tel celui-ci et bien d'autres...
:mrgreen: Onfray entrant dans ce domaine sociobiologique est cocasse, et il le fait en filtrant les données. Car l'homme est avant tout un primate, porteur de toute l'agressivité explosive du primate. Faut pas l'oublier ni l'omettre. Les règles sociales contribuent à sa pacification.

Michel Onfray commet souvent des raccourcis orientés pour se distinguer de cette religionnite que l'on réprouve tous, quitte à manquer franchement d'objectivité. Si la religion propose l'Homme comme "une créature sans morale si dieu ne la lui enseigne pas" - ce qui est outrancier et mensonger - ce n'est pas une raison pour présenter l'homme comme l'organisme à sens moral inné. C'est faux aussi, réducteur et caricatural. Que Darwin ait pu le proposer +/- lui aussi est le cadet de mes soucis...

Renaud a écrit:
Est-ce que la solidarité, l'entraide, l'éducation, la république sont les meilleurs chemins, vecteurs (whaou! le mot savant) pour construire un sens moral ? L'auteur dit qu'en politique, ce sont les fondamentaux d'un programme de gauche (en opposition aux mauvais effets du libéralisme) : est-ce que, vraiment, ces fondamentaux ou un programme de gauche favorisent une meilleure société ?

Je ne sais pas Renaud, qu'en penses-tu ?
Pour construire un sens moral je n'en sais rien (c'est pas le plus important à mes yeux). Mais pour construire la société que l'on préfère, sans doute... si on préfère une société de solidarité plutôt que de compétition. Tout dépend à quoi on aspire.

ps : Tantôt j'avais écrit recherche de "paix civique et cohésion sociale", termes que tu as repris pour en rediscuter. Mais j'aurais pu /dû écrire "paix civique et égalité sociale" - ce que je préfère nettement en fait. Comme pour toute phrase synthétique, on ne peut tout y inclure...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 17 Aoû 2008, 13:16 
Avorton ridicule
Avorton ridicule
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2008, 09:28
Messages: 402
Localisation: ici & là
ps : Tantôt j'avais écrit recherche de "paix civique et cohésion sociale", termes que tu as repris pour en rediscuter. Mais j'aurais pu /dû écrire "paix civique et égalité sociale" - ce que je préfère nettement en fait. Comme pour toute phrase synthétique, on ne peut tout y inclure...[/quote]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Darwin humaniste.
MessagePosté: 24 Aoû 2008, 15:34 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
Citation:
Michel Onfray commet souvent des raccourcis orientés pour se distinguer de cette religionnite que l'on réprouve tous, quitte à manquer franchement d'objectivité. Si la religion propose l'Homme comme "une créature sans morale si dieu ne la lui enseigne pas" - ce qui est outrancier et mensonger - ce n'est pas une raison pour présenter l'homme comme l'organisme à sens moral inné. C'est faux aussi, réducteur et caricatural.


C'est bien ce que je me disais.
Le coup du bébé, je te crois volontiers. En tout cas ce serait intéressant d'explorer son psychisme dans un tel moment.

Empathie primaire donc chez le sapiens, graduellement plus développée que les autres especes CAR nôtre cerveau est plus développé DONC notre sens de la survie de l'espece est plus important, MAIS PAS de morale supérieure innée: cà rejoint les croyances déistes (homme issu de la cuisse de jupiter donc différent par nature), ce qui est étonnant chez des gars comme onfray ou darwin.

Citation:
La solidarité, j'en entends beaucoup parler, mais à force, ça fait très le style : "Bats-toi pour y arriver, peu importe les moyens, et après tu seras bon, gentil, et tu seras sensible à la solidarité (par condescendance)." Cela ne me convient pas du tout car je pense vraiment que la solidarité est importante, elle n'est pas un gadget de bons chrétiens, et elle DOIT habiter les relations humaines dans tous les domaines


Cà c'est le charitarisme, on fait des chèques aux miséreux pour faire de l'autobranlette (on est généreux, on est des gens formidables) mais on s'attaque jamais aux causes de la misère, on préfère un traitement épidermique et épisodique des conséquences, pour se donner bonne conscience.

C'est par exemple david douillet, qui se paye (légalement) une porsche avec l'argent des pièces jaunes en éructant qu'il rapporte, avec son image de marque, à l'association, beaucoup plus qu'une petite voiture de sport. Que ce soit vrai n'enlève pas le goût de vomi que me laisse ce gros fils de pute.

Bourdieu dénonca vigoureusement cette perversion, notamment dans un débat à la TV contre... un prètre "spécialiste du traitement de la misère du monde en terme de charité".
c'est de la "solidarité" narcissique, égocentrique et oligarchique.

la vraie solidarité c'est l'école gratuite, la sécurité sociale, la retraite par répartition, l'impôt, autant d'institutions sur lesquelles il est de bon ton de cracher, quand on est un bon charitariste.

_________________
"Dis pourquoi le jour, la nuit ? Pourquoi l'eau, le feu, la terre ? Et pourquoi le vent, la pluie ? Pourquoi tous ces grands mystères ? (Rahan... ta vie est un cri!!)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com