Forum http://www.rationalisme.org et http://zartregu.blogspot.com (le crocodile paroissial)

"Une explication est limpide lorsqu'elle entre dans ta tête comme du beurre dans ton cul", Rafael Eliyahu
Nous sommes le 18 Oct 2019, 04:13

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Christianity and Mathematics
MessagePosté: 10 Mai 2008, 14:39 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Sep 2005, 07:15
Messages: 1838
Christianity and Mathematics

Project Overview

How does one find a meaningful connection between Christianity and mathematics? I believe that there are two approaches to the connection which form an inverse relationship, in a mathematical sense. These are

  • What does it mean to have a Christian perspective of mathematics?
  • How does thinking mathematically help to interpret Christian beliefs?

With any problem pair having an inverse relationship, one problem usually is more difficult than the other. The easier problem is labeled "direct" while the more difficult problem is labeled "inverse." My thesis is that to use mathematical thinking to understand the concepts of theological principles is the direct problem; development of a Christian perspective of mathematics is the inverse problem.

Characterization of the issue into these two directions helps me to give context for materials I created as devotionals for mathematics classes at Trinity. For several years I have been noting ways in which mathematics could effectively model theology. I found mathematical concepts in sermons, in scripture readings, and in Christian radio broadcasts. However, it wasn't until I taught an 8:00 a.m. statistics class that I decided to take action in an organized and deliberate manner--devotions for that class would be instances where the mathematics we were studying reflected God. The success in that statistics class motivated me to continue the project with an 8:00 a.m. multivariable calculus class. In 2001, I decided to do weekly devotions for all of my classes with the same ground rules. [...]

Passons a la pratique avec deux exemples. Le premier en algebre lineaire:

In the Eigenspace of Christ

2 Corin 3:7-18

The eigenspace of an eigenvalue λ is the collection of all vectors u that are mapped to λu under the action of a fixed matrix. It is important to note that u choices exclude the zero vector because the zero vector always is mapped to itself under this type of transformation. On our own, we are like the zero vector because no matter what we try, we cannot move away from out sinful status. However, through the grace of Christ, we are transformed from being a zero vector to the eigenspace of the redeemed (the likeness of Christ).

et le deuxieme en analyse:

Stratification in Christ's kingdom?

Colossians 3:10--11, Romans 12: 6--8

In the three-dimensional images you see [...], the location of the hills and valleys are easy to see. Not quite as easy to see in the diagram are the saddle points that lay diagonally between two valleys and two hills. To better understand the characteristics of a function, students use level sets, a collection of two-dimensional graphs which gives detail about slices of the function using regularly spaced heights. At left is a portion of the level sets for the lumpy surface above. The hills and the valleys in the level set plot are at the centers of the concentric "circles" while saddle points occur at the intersection of the boundary lines.

Image

This idea of grouping the function input values by output values is a little like the stratification we see daily in human culture. There are those who are perceived to be at the highest level (e.g., Michael Jordan, Queen Elizabeth II) and those who we see at the bottom of the deepest valleys (e.g., death-row inmates, Al Qaeda terrorists). However, we learn in Colossians 3:10--11 that in Christ there is no such ranking. "Here there is no Greek or Jew, ." and all Christians must "put on the new self, which is being renewed in knowledge in the image of its Creator." However, Christians are not clones of each other. Each is given a different configuration of spiritual gifts. In this type of stratification, we rejoice in the distinctive service we can provide for God's kingdom.



Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Juin 2008, 20:40 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2005, 21:48
Messages: 1240
Le carré de Dieu le père est-il égal à la somme des carrés de Jésus et du Saint-Esprit ?

J’ai lu que, comparées à d’autres disciplines touchant aux sciences, les mathématiques abritent une proportion de croyants relativement élevée. J'ignore si c'est exact, ni si cela a un sens dddd'en discuter les raisons... Je m'y lance tout de même !

Goût pour les vérités absolues peut-être. Egalement, un objet mathématique est réputé exister si sa définition n’entraîne pas de contradiction interne. C’est une caractéristique dont les théologiens créatifs sont ravis d’équiper leurs religions.

Enfin, des mathématiciens se disent guidés dans leur travail par une intuition esthétique, suite à quoi ils confrontent bien entendu celle-ci à la vérification. Les théologiens oublient la seconde étape, mais glosent peut-être sur la supposée parenté des démarches.

Numérologie dans l'interprétation du Talmud, et tout cela.

Mais tu as sûrement un avis plus valable sur la question !

Ici, Sharon Roberts se contente d’exposer un aspect des mathématiques, puis d’en trouver un parallèle théologique tiré par les cheveux. Ce qui n’est pas très merveilleux : la théologie chrétienne est suffisamment souple pour que tout fait, pris au hasard, puisse servir à illustrer un point de doctrine.

Pour s’en tenir à des Français lauréats de la médaille Fields, A. Grothendieck a révélé dans son ouvrage « La Clef des Songes » comment ses rêves lui ont prouvé l’existence de Dieu. Sans parler de Laurent Lafforgue, catholique notoire.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Juin 2008, 03:23 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6948
Citation:
Le carré de Dieu le père est-il égal à la somme des carrés de Jésus et du Saint-Esprit ?

:fr: Ben non.
Allons, tu sais bien que l'éternel trinitaire (1/3*3/1) est un triangle isocèle. (ça se saurait sinon. Gode est everywhere)
Image

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Juin 2008, 03:28 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Sep 2005, 07:15
Messages: 1838
Zartregu a écrit:
J’ai lu que, comparées à d’autres disciplines touchant aux sciences, les mathématiques abritent une proportion de croyants relativement élevée. J'ignore si c'est exact

Selon mon experience - subjective et pas forcement representative -, la proportion de croyants chez les mathematiciens est effectivement plus elevee que chez les biologistes, que chez les physiciens ou que chez les maitres-bouchers. En fonction des pays consideres, cette proportion peut meme etre (tres) superieure aux estimations de la proportion de croyants dans la population prise dans son ensemble. Je dirais, au pif, que cette proportion oscille entre 30 et 60%. Dans le recipient "croyants", je mets egalement les individus qui adherent a un "mysticisme" apparemment etranger aux monotheismes abrahmiques et aux differents (poly-)deismes. Bref, je brasse large. Mais pas trop.

Citation:
[Le(s) pourquoi(s)] Goût pour les vérités absolues peut-être. Egalement, un objet mathématique est réputé exister si sa définition n’entraîne pas de contradiction interne.

Doit peut-etre y avoir de ca, en effet. Meme si ces deux choses plaisent egalement aux matheux incroyants (a l'exception peut-etre de la notion d'existence qui, telle que tu l'as definies, ne convient pas auxdits "constructivistes", croyants ou non).

Comment expliquer ces 30-60% de croyants chez les mathematiciens? Reformulons la question de facon a ce qu'elle ait un sens: comment expliquer que la proportion de croyants chez les mathematiciens soit, semble-t-il, plus elevee que la moyenne des proportions de croyants d'autres categories socio-professionnelles scientifiques, voire que la proportion de croyants de la population du pays de reference? Je sais pas. Chacun a sa petite idee la-dessus. Je pense qu'une des causes probable reside dans la neo-platonite (aka y'a un "monde d'en-bas", vil et grossier, et y'a un "monde d'en-haut", eternel et pur, dont le premier n'est qu'une ombre du deuxieme). Cette maladie est benigne a petites doses. Elle a meme alors quelque chose de poetique. A hautes doses, par contre, c'est la porte grande ouverte sur la convergence abrupte vers les aneries religieuses et/ou proto-religieuses de quelque obedience que ce soit. Mais bon, c'est plus "extra-mathematique" que mathematique: cela a trait a l'idee que l'on se fait des liens entre mathematiques et reel, et non a l'activite mathematique elle-meme (ce qui fait que n'importe qui, du philosopheux au CRS, du lyceen a l'etudiant en DEUG, en passant par un Medaille Fields, un Prix Nobel ou un Premier Prix de l'Anchoiade de Trifouillis-les-Oies, peut-etre atteint de neo-platonite a differents degres, en la justifiant de facon plus ou moins argumentee). Inoffensif, donc. Et puis, in fine, y'a pas de contre-indications dans le fait d'etre a la fois croyant et matheux, du moins tant que tu ne casses pas les couilles de ton prochain. Comme pour tout, quoi. Inoffensif bis, donc.

Il serait peut-etre interessant de savoir quelle est la proportion de matheux qui sont devenus croyants - = recipient comme defini ci-dessus - par les mathematiques ou qui ont vu leur foi (en j'sais pas quoi) etre renforcee par les mathematiques. Je l'ignore. Mais y'en a. Des celebres et des pas celebres. Pour n'en citer qu'un - mais surtout pour en citer un sur lequel ne plane aucun doute, contrairement par exemple aux cas d'un Goedel ou d'un Rucker -: Tipler. Son dada? La "physique de l'immortalite" et la "physique du christianisme". Bref.

Citation:
des mathématiciens se disent guidés dans leur travail par une intuition esthétique, suite à quoi ils confrontent bien entendu celle-ci à la vérification.

D'un cote y'a l'esthetique - difficile a definir meme s'il semblerait que les (tentatives de) dedinitions "formulees" par les individus directement concernes comptent plus de points communs que de points de fuite - qui guide souvent les matheux vers une solution ou une bonne idee. Pas que les matheux d'ailleurs. En physique(-mathematique), par exemple, il n'est pas rare que le fait de se laisser porter par un formalisme "elegant", de se laisser envouter par une symetrie particulierement "belle", etc., permette de capturer "theoriquement" un bidule "qui pete de necessite" mais qui ne sera mis en evidence experimentalement que bien plus tard (cf. p.e. le cas archi-connu des antiparticules de Pauli). D'un autre cote, y'a l'intuition - toute aussi difficile a cerner - qui est en quelque sorte la soeur siamoise de l'esthetique. Elle donne souvent le meme genre de fruits, mais elle est sans doute encore plus "ambigue" et peut donc recouvrir plusieurs sens allant du plus sain au plus debride. Par exemple, cette intuition est, pour ceux qui sont atteints de neo-platonite alpha, le pont ou le point de contact entre la "realite mathematique" et la "realite physique". Pour ceux qui sont atteints de neo-platonite beta, cette intuition est ce truc bizarre et impalpable (sauf pour certains dont Penrose) qui ne se laissera par exemple jamais embrigader par la these de Church ou par l'un de ses avatars. Pour etre un peu plus precis, qu'il s'agisse de neo-platonite alpha ou beta, l'intuition est le machin qui te permettra d'"avoir conscience de l'infini" bien que tu ne puisses le saisir ou qui te permettra de "voir la verite d'un enonce" alors que celui-ci n'est pas algorithmiquement "decidable" (en gros). Tu me diras peut-etre qu'a priori l'intuition ainsi vaguement definie n'a rien - ou peu - a voir avec les croyances. Oui et non. Pourquoi non? Parce que la neo-platonite. La boucle est bouclee et j'ai cause pour ne rien dire. Arf!

Citation:
Pour s’en tenir à des Français lauréats de la médaille Fields, A. Grothendieck a révélé dans son ouvrage « La Clef des Songes » comment ses rêves lui ont prouvé l’existence de Dieu. Sans parler de Laurent Lafforgue, catholique notoire.

Lafforgue est effectivement un catholique notoire, mais il est egalement un laique dans les faits et gestes. Quant a Grothendieck - authentique genie mathematique et monstre inegale de travail -, difficile d'etre concis tellement le personnage est complexe et, disons-le, torture, poils aux pieds. Quoi qu'il en soit, lorsqu'on s'interesse a sa biographie, il semble alors presque evident qu'un jour ou l'autre Grothendieck finirait par rencontrer Dieu.

Raf Hillman a écrit:
Zartregu a écrit:
Le carré de Dieu le père est-il égal à la somme des carrés de Jésus et du Saint-Esprit ?

:fr: Ben non. Allons, tu sais bien que l'éternel trinitaire (1/3*3/1) est un triangle isocèle. (ça se saurait sinon. Gode est everywhere)

Image

Un triangle peut etre rectangle et isocele a la fois, mais pas rectangle et equilateral a la fois (ca se saurait sinon).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Juin 2008, 11:02 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6948
Bonjour les matheux.
La platonite et neo-platonite dont parle Pyne Duythr est une affection congénitale qui se présente sous plusieurs formes.

Image
Platonite mammaire

Image
Platonite fessale

Image
Platonite cérébrale

Je contribuerai encore à l'amplification de vos connaissances en intervenant épisodiquement au moment opportun. Je vous remercie pour votre attention.

Citation:
Un triangle peut etre rectangle et isocele a la fois, mais pas rectangle et equilateral a la fois (ca se saurait sinon).

Ha ben ouais. P'tain, j'avais confondu isocèle avec équilatéral. On m'y reprendra à faire le malin. Je recommence alors : Dieu est un triangle équilatéral (donc isocèle aussi).

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2008, 12:04 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Sep 2005, 07:15
Messages: 1838
Zartregu a écrit:
[...] Numérologie dans l'interprétation du Talmud, et tout cela.

En passant: "Torah and Relativity: Attack of The Jewish Cranks" (→ blog de Mark Chu-Carroll).

Raf Hillman a écrit:
La platonite et neo-platonite [...] est une affection congénitale [...]

C'est egalement une infraction minerale:

Image

et, accessoirement, le materiau qui permet de construire les soucoupes volantes. Bref, la correlation entre platonite et platitude semble tres forte, isn'it. In fine, la platonite (neo- ou non) pourrait etre une version informelle (et quotidienne) du principe holographique. Et c'est ainsi qu'Allah est grand.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2008, 12:29 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6948
:fr: Je vois aussi une corrélation forte avec la procrastination, isn'it ?

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2008, 12:35 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Sep 2005, 07:15
Messages: 1838
Raf Hillman a écrit:
:fr: Je vois aussi une corrélation forte avec la procrastination, isn'it ?

Je crois pas. Ca se saurait sinon, isn'it.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2008, 12:42 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6948
Bah, seul toi le sais pour ce qui te concerne en fait (et réciproquement pour les autres). "Ca se saurait" n'est qu'un dicton, comme tu le sais...

"Très fréquente dans oueb et l'informatique cette bête-là est"
Chevalier Jedi

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2008, 13:44 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Sep 2005, 07:15
Messages: 1838
Raf Hillman a écrit:
"Ca se saurait" n'est qu'un dicton, comme tu le sais...

Je parler osi fransez. Mais puisque tu as juge bon de faire cette precision, je vais te rendre la politesse, poils aux fesses. "Isn'it" - ou "n'est-ce pas", tout aussi agacant - , lorsqu'il est utilise autrement que pour souligner de facon quelque peu precieuse et ridicule l'affirmation qu'il suit, peut n'etre qu'une expression superflue et ironique censee irriter ou amuser (c'est fonction de l'humeur des interlocuteurs) le lecteur potentiel ou peu scrupuleux. Je contribuerai encore a l'amplification de tes connaissances en intervenant episodiquement lorsque je le jugerai opportun. Je te remercie pour ton attention. Et c'est ainsi qu'Allah est grand.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2008, 18:19 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6948
Citation:
peut n'etre qu'une expression superflue et ironique censee irriter ou amuser (c'est fonction de l'humeur des interlocuteurs) le lecteur potentiel ou peu scrupuleux.
Oui, pareil avec les ouvre-boîtes. Ca irrite parfois alors que c'est sensé ouvrir délicatement les boîtes de conserve.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2008, 22:33 
I, Robot
I, Robot
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Sep 2005, 07:15
Messages: 1838
Raf Hillman a écrit:
pareil avec les ouvre-boîtes. Ca irrite parfois alors que c'est sensé ouvrir délicatement les boîtes de conserve.

Exact. T'as pige.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Juin 2008, 23:52 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 6948
Eh bien, pourquoi s'irriter si on le sait ? Regarde-moi, j'ai un ouvre-boîtes dans ma gueule d'amour et je m'irrite pas.
Je pense qu'on souffre tous un peu de procrastination, c'est humain. Chez moi c'est pathologique et les aléas de la société et tracas administratifs me tombent dessus comme un boulet. Ceux qui n'en ont pas la moindre tendance ont bien de la chance, mais sont parfois des maniaques - ils souffrent autrement de leur pathos opposé ; mais nettement moins de retombées administratives.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com