Forum http://www.rationalisme.org et http://zartregu.blogspot.com (le crocodile paroissial)

"Une explication est limpide lorsqu'elle entre dans ta tête comme du beurre dans ton cul", Rafael Eliyahu
Nous sommes le 23 Sep 2020, 17:11

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 07 Juin 2008, 02:43 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7113
A propos, pour bien se mélanger encore un peu plus les pinceaux entre :
- l'Eve mitochondriale située à - 190 000 ans (proposée il y a une 20e d'années par analyses de l'ADNmt et horloge moléculaire)
- l'Adam Y de - 70 à 60 000 ans (plus récent ancêtre commun à tous les mâles actuels, proposé en 2001 par analyses du chr. Y d'échantillons d'hommes modernes),
et se mélanger encore avec les :
- 7 grands groupes humains définis par des comparaisons de quelques nucléotides, proposée il y a quelques mois seulement.

:mrgreen: Voici maintenant le complément indispensable pour bien relativiser tout ce qui précède, soit le plus récent ancêtre commun à toute l'humanité se situant vers - 300 (oui, 300 avant J-C !! vous avez bien lu). Et encore plus fort : à - 3000 ans, tout le monde est notre ancêtre... :arf2: Tout le monde ayant laissé une descendance s'entend.
(A relativiser, car ce sont bien entendu des projections théoriques (tout comme les 3 précédentes)).

Modelling the recent common ancestry of all living humans
Douglas L. T. Rohde, Steve Olson & Joseph T. Chang


(NATURE, VOL 431, 30 SEPTEMBER 2004 )

http://www.procrastin.fr/blog/images/ge ... commun.pdf

L'article est en anglais mais les chiffres et calculs matheux sont en chiffres indo-arabes et maths universelles. Les graphiques sont en langage graphique universel... arf.

Un petit résumé des "bouleversantes" révélations (pas tant que cela) de l'article. Bouleversantes peut-être, et contre-intuitives, mais mathématiquement justifiées - que je copie-colle ci-dessous :

<< ### Votre arbre.
L’existence d’un ancêtre commun est assez intuitive. Vous avez 2 parents, 4 grands- parents, 8 arrières-grands-parents, etc. C’est une croissance exponentielle. Remontons de 500 ans en arrière, disons l’époque de François 1er (1494-1547). Avec un temps de génération moyen de 20 ans, il y a 25 générations entre nous et François 1er. Vous avez donc 2^25 ancêtres contemporains de François 1er, soit plus de 33 millions de personnes ! Mais alors nous avons un problème. A cette époque en France, il n’y a que 15 millions d’habitants. Pire ! Si on remonte encore un peu plus dans le temps, vous devriez avoir plus d’ancêtres que d’humains sur terre ! Vous voyez ou je veux en venir. Votre arbre généalogique n’est pas un arbre bien ramifié (avec des branches distinctes) mais plutôt un maillage avec beaucoup de recoupements. Vraiment beaucoup !

### Calcul simpliste.
Poursuivons le raisonnement mais à l’échelle d’une population. Imaginons que cette population a une taille constante de n individus et que les mariages s’y font au hasard. Quelques calculs de combinatoire et probabilités, nous permettent de dire qu’au bout de log2(n) générations tous les individus de la population descendent d’un seul et même individu. Et ce nombre est extrêmement petit. Si c'est une population de 1000 individus, il suffit de log2(1000) soit 10 générations. Pour la population actuelle de la terre il suffit de log2(6x10^9)=33 générations, soit 660 ans ! Donc si quelqu’un vous annonce fièrement qu’il descend de Saint-Louis (1226–1270), vous pouvez lui répondre tout aussi fièrement « vous en êtes sur ? alors moi aussi ! ».

Tout de même, ce chiffre est un peu bas, non ? Tout ce raisonnement repose sur l'hypothèse que les mariages se font aléatoirement au sein de la population. C'est quand même peu réaliste. Les gens voyageaient peu et il y avait peu de chance qu’une paysanne du duché de Savoie aille épouser un marchand mongol.

### Modèle réaliste.
C’est exactement cette critique qui a poussé un chercheur du MIT, Douglas Rohde, et ses collègues à explorer l’effet d’inertie de migration ou d’isolement géographique. Ils ont publié un modèle mathématique de généalogie humaine explorant différents scenarii de mouvements de population entre régions du globe. Et leurs résultats sont surprenants !

(1) Pour trouver notre ancêtre commun à tous il suffit de remonter à –300 ans avant JC. C’est vraiment très récent ! Un contemporain d’Aristote, peut-être africain ou mongol, est notre aïeul à tous que nous soyons blanc ou noirs, blonds ou bruns. Sale coup pour les racistes. Ou les nationalistes. S’ils sont vraiment nos ancêtres, les Gaulois sont aussi les ancêtres des indiens d’amériques.

(2) Si on se place à l’époque de cet ancêtre commun. Il y a deux types de gens sur terre. D’une part, une infime minorité de gens qui ont eu une descendance encore vivante aujourd’hui et alors ils sont les ancêtres de tous les hommes actuels. D’autre part, ceux qui n’ont eu aucune descendance encore vivante aujourd'hui ; ce sont les plus nombreux ! Ce n'est pas possible d'être l’ancêtre de seulement une partie de l'humanité. C’est tout ou rien !

(3) Si on remonte plus loin dans le temps, au-delà de la date d’apparition de l’ancêtre commun le plus récent, il y a de plus en plus de personnes qui sont nos ancêtres communs. Jusqu’à un certain point où tout le monde est notre ancêtre. Et ce point se situe approximativement à –3000 ans avant JC. L’époque des premières pyramides. Si vous pouviez voyager dans le temps, peu importe où vous vous rendriez sur le globe, le premier humain que vous croiseriez serait un de vos ancêtres directs. >>


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juin 2008, 22:10 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
seulement 300 ans cà me trou le cul.
par contre jusqu' à -3000 ans pour que ce soit tous nos ancètres, j' aurais cru vachement plus proche de nous, genre -1000. j'imagine que cà doit être parce que les contacts sont infinitésimales au delà d' une certaine date ?


c' est très bien à part 2 chtites approximations:

Citation:
Vous avez donc 2^25 ancêtres contemporains de François 1er, soit plus de 33 millions de personnes ! Mais alors nous avons un problème. A cette époque en France, il n’y a que 15 millions d’habitants.


je vois pas ce que la référence "france" vient faire là. en 4 générations j' ai déjà des belges et italiens, si on remonte aussi loin, la totalité des francais d' aujourd'hui on des ancètres d'autres pays et continents.
l' auteur s' imagine qu' on devrait pas pouvoir dépasser 15 millions sous prétexte que la france comptabilisait 15 millions, faudra lui dire que pour notre patrimoine génétique ya pas de frontières, united colour of sperm :beer:
ce serait plus pertinent de dire "à l'époque de Saladin on aurait des milliards d'ancètres sur la planète". là on voit de suite que le calcul est simpliste.

Citation:
les Gaulois sont aussi les ancêtres des indiens d’amériques.


là il aurait dû dire les indiens d’amériques sont aussi les ancêtres des Gaulois. à moins que des petits enfants d' amérindiens aient repassé le détroit de boering dans l'autre sens (moïse est venu leur ouvrir la mer).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juin 2008, 23:25 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7113
Tu objectes en fait un exemple qui est donné pour montrer les limites (par l'absurde) de la croissance exponentielle d'ancêtres. Déjà car très vite la consanguinité entrera en compte et le calcul ne se fera plus en doublant à chaque génération.
Je crois qu'il faut surtout prendre ce modèle mathématique probabiliste avec beaucoup de circonspection, et intégrer qu'il considère que chaque croisement entre ta filiation A et la filiation B au moment t du passé, fera de chaque ancêtre de B plus ancien que t un de tes ancêtres, auquel s'ajoutent tous les croisements des successeurs de la lignée A avant "t" et B avant "t". C'est une réflexion généalogique ou des branchettes rejoignent d'autres dans tous les sens. Un foutoir que le modèle qu'ils ont mis au point permet de débroussailler en probas. Bien entendu, si au pif tu penses plutôt à - 1000 qu'à - 3000, aucun souci pour ce qui me concerne. Leurs calculs donneraient sans doute des résultats quelque peu différents selon les données considérées pour affiner - mais on s'y retrouvera sans doute (au pif aussi) entre - 6000 et - 1000 pour le plus récent commun ancêtre.

:chaise: ... Et surtout lire l'article en anglais (si tu ne l'as pas encore fait), plutôt que l'introduction en français en bleu ci-dessus. Mais l'article original dont le lien est ci-dessus semble semble avoir disparu du web, hélàs. Il y était hier pourtant, no comprendo. On en retrouve l'intro sur Pubmed et autres référenceurs.

Diadok a écrit:
là il aurait dû dire les indiens d’amériques sont aussi les ancêtres des Gaulois. à moins que des petits enfants d' amérindiens aient repassé le détroit de boering dans l'autre sens (moïse est venu leur ouvrir la mer).
Euh, excuse-moi mais c'est strictement pareil en fait. Il me semble que tu raisonnes ici, je suppose, en pensant aux ancêtres avant que les asiats n'arrivent aux amériques. Alors que les auteurs et tout comme ce raisonnement ci-dessus exposé, proposent que les ancêtres amérindiens ou gaulois (en - 300 environ) sont dûs à tous les croisements "horizontaux" interlignées ultérieurs à - 300. Ca semble étonnant, mais c'est ainsi que certains canadiens originaires de Pologne, ou Polonais de Varsovie n'ayant jamais quitté la Pologne, ont aussi des ancêtres amérindiens.... Faut gamberger quelques minutes de plus.

Image
A = Diadok, polonais de Varsovie
B = John Geronimo, amérindien de New-York

- en vert, l'ensemble de tes ancêtres
- en rouge, l'ensemble des ancêtres de John
en bleu, l'ensemble de vos ancêtres respectifs... donnés par le croisement de deux de vos ancêtres il y a 20 mois, 30 ans, 60, ou 200 ans, peu importe, c'est schématique.

(Le passé est en haut du schéma et le présent tout en bas, bien entendu.)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Juin 2008, 00:33 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
oui mais j' avais pigé :mrgreen: sauf que l'exemple censé montrer les limites par l'absurde ne les montraient pas justement: on peut lui rétorquer: "ah oui mais nan pourquoi la france ? on a 33 millions d' ancètres dans le monde sous francois 1er, pour 500 millions d'humains à l'époque, ce qui est parfaitement possible".
c' est pour cà qu'il faut démontrer l'absurde en prenant un exemple qui va plus loin dans le temps: plusieurs milliards d'ancètres sous charlemagne (pour 200 millions d'humains à l'époque), là on voit bien qu' il y a une faille dans le raisonnement.

ya 3 ans sur un forum, des historiens parlaient de cette histoire "d'ancètres exponantiels oui mais les croisements etc..." et depuis je me demande combien j' ai d' ancètres à l'époque (par exemple) de César: mon pifomètre me suggèrait qu'ils doivent être foutrement nombreux (plusieurs millions d'après le piforadar).
j'avais plus de grands-papys chez Jules ou le Vercingétorix ? et combien chez les nubiens ? :fr:

l' autre constatation c' était qu'on a tous charlemagne comme ancètre, mais qu'en gros il représente pour chacun de nous 0,000000000000000000000000000000000000001% (pifomètre) de notre patrimoine génétique de son époque. faut compter aussi Jo le clodo, cunégonde la servante, etc (qui ont eu certes moins de bambins que charles le lapin).

mais bon les gars là, qui arrivent/cherchent à déterminer l'ancètre commun, j'aimerais bien avoir 1 de ces 4 une vulgate détaillée en francais de leur système de calcul, le jour où ils auront un truc béton.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Juin 2008, 00:36 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7113
Ah OK.
En fait, les exemples donnés en bleu, en français, le sont par une tierce personne qui dans sa page linke vers l'article en anglais http://www.procrastin.fr/blog/index.php ... -pere-luke

En effet, d'autres exemples auraient pu peut-être rendre plus compréhensible la réflexion. C'est seulement à partir de cette page que l'on peut accéder à l'article - le webmaster a dû mettre un verrrou depuis l'extérieur.

Tu as les détails des calculs dans l'article. Ils n'arrivent pas à déterminer l'ancêtre commun, mais une date approximative où il devrait se trouver... selon les paramètres qu'ils ont donné à manger à leur machine. Enfin c'est pour vous tout cela, moi je ne suis pas sûr d'avoir des ancêtres et Charlemagne non plus, paraît que je suis né dans un chou. Je veux bien avoir un ancêtre commun avec toi, mais pas Charlemagne et pas après - 300. :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Juin 2008, 00:48 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
je peux pas editer :oops:

quand les celtes deviennent gaulois (arrivent en armorique) cà fait bien longtemps (plusieurs milliers d'années) que les derniers asiatiques ont passé le détroit de boering et que celui ci s'est refermé.
donc des gaulois peuvent pas être ancètres d' amérindiens de "avant christophe colomb". c' est comme cà que j' avais pigé... fatigué :hey:
par contre d' amérindiens d'aujourd'hui si, évidemment gné... dodo.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Juin 2008, 00:49 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7113
Merdum. Normalement vous devriez tous pouvoir éditer durant 600 minutes.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Juin 2008, 00:54 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
j' ai faux le post d'avant: bah ouais les vikings, avant colomb: Erik engrosse Pocahontas et hop, Ours-qui-fouette a Cétautomatix comme ancètre (son arrière petite fille fut enlevée par un raid saxon et vendue à Ragnar par ce fumier de Svein).
ppfffffff :dingue2:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Juin 2008, 01:04 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7113
Citation:
l' autre constatation c' était qu'on a tous charlemagne comme ancètre, mais qu'en gros il représente pour chacun de nous 0,000000000000000000000000000000000000001% (pifomètre) de notre patrimoine génétique de son époque. faut compter aussi Jo le clodo, cunégonde la servante, etc (qui ont eu certes moins de bambins que charles le lapin).

Arrrf, oui je comprends ce que tu veux dire.
Mais bon, restons précis : Charlemagne partage (= représente ?) sans aucun doute plus de 99,9 % de patrimoine génétique avec toi... même s'il ne fut peut-être pas de tes ancêtres. :mrgreen:
JE NE TE CAUSE PLUS, ZISPECE DE CHARLEMAGNE !

Aucun souci, j'espère que vous pouvez éditer dorénavant. Je ne capte pas bien les hiérarchies des réglages du forum. C'est un foutoir.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Juin 2008, 10:28 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
oui cà fait moins de 10 heure et là je peux éditer (mais je le ferais pas trop tard je boude).

Citation:
Mais bon, restons précis : Charlemagne partage (= représente ?) sans aucun doute plus de 99,9 % de patrimoine génétique avec toi... même s'il ne fut peut-être pas de tes ancêtres


certes. mais jo le clodo cà me va aussi.
cà me fait bien marrer ces aristos descendants de st louis, qui élaguent tous les clodos et autres pouilleux malséants, de leurs arbres généalogiques :lol:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Aoû 2008, 17:41 
Dressé
Dressé
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Sep 2006, 11:30
Messages: 250
Localisation: Miaou City
j'ai une collègue qui m'as traduit le texte :D

Citation:
Modeliser l’ascendance commune récente de tous les humains vivants

Si l’on définit l’ancêtre commun de tous les hommes vivants comme l’individu étant l’ancêtre généalogique de tous les gens vivant aujourd’hui, l’ancêtre commun le plus récent (MRCA) pour une population s’appariant au hasard (random mating) aurait vécu dans un passé très récent. Toutefois, le modèle random mating ignore des aspects essentiels des sous-structures de la population, tels que la tendance des individus à choisir des partenaires du même groupe social, et l’isolation relative des groupes séparés géographiquement. Nous montrons ici que les modèles incorporant des sous-structures importantes produisent aussi des ancêtres communs récents. L’un de ces modèles, conçu pour être simple et donner un aperçu de la théorie, produit des résultats mathématiques explicites par une analyse probabiliste. Un second modèle, plus élaboré, conçu pour mettre en évidence la dynamique historique des populations de façon plus réaliste, est analysé informatiquement par des simulations Monte Carlo . Ces analyses suggèrent que les généalogies de tous les humains vivants se superposent très nettement dans un passé récent. En particulier, le MRCA de tous les hommes actuels vivait il y a tout juste quelques milliers d’années. Qui plus est, parmi les individus ayant vécu quelques milliers d’années avant le MRCA, chacun des hommes vivant aujourd’hui a exactement le même set d’ancêtres généalogiques.
Les recherches sur les ancêtres communs de tous les hommes vivants se sont beaucoup concentrées sur des lignées exclusivement paternelles ou maternelles, comme c’est le cas pour l’ADN mitochondrial ou le chromosome Y. Mais selon l’acception courante du terme « ancêtre », l’ascendance inclut à la fois les lignées paternelles et maternelles, et les ancêtres d’un individu incluent ses parents, tous ses grands-parents, etc.
Pour une population de taille n, dans laquelle on suppose un appariemment au hasard (donc en ignorant les sous-structures qui composent la population), l’analyse probabiliste a montré que le nombre de générations nous séparant du MRCA a une distribution étroitement concentrée autour de log n. De façon contrastée, le temps moyen nous séparant du MRCA en remontant une filiation exclusivement patrilinéaire ou matrilinéaire est d’approximativement n générations, et la distribution n’est pas étroitement concentrée. A titre d’exemple, dans une population panmixique d’un million de personnes, le MRCA généalogique aurait vécu il y a une vingtaine de générations, c’est à dire aux alentours de l’an 1400 (en comptant des générations de 30 ans). Un MRCA en ne remontant que les lignées maternelles aurait vécu environ 50.000 fois plus tôt, soit de l’ordre d’un million de générations.
Au fur et à mesure que l’on remonte les ancêtres généalogiques au-delà du MRCA, une part grandissante des générations antérieures se révèlent être des ancêtres de la population acutelle. En remontant plus loin dans le temps, il y a un seuil au-delà duquel (on note ce seuil Un générations) chaque individu est soit l’ancêtre de tous les humains vivant aujourd’hui, soit l’ancêtre d’aucun humain vivant. En conséquence, parmi l’ensemble des hommes vivant il y a au moins Un générations, chaque humain actuel a exactement le même ensemble d’ancêtres. On appelle ce point du temps le point des ancêtres identiques (AI). Comme pour le MRCA, le point AI est plutôt récent dans les populations s’appariant au hasard.
Le principal problème qui se pose pour appliquer ces résultats aux populations humaines vient du fait que, dans la réalité, l’appariemment n’est pas aléatoire. Les modes d’appariemment sont structurés par la géographie, la proximité, la culture, la langue, la classe sociale. Néanmoins, même au sein des populations présentant une structure interne importante, le temps nous séparant du MRCA peut être remarquablement court.
[zappage de blabla rempli de maths]
Les estimations suggèrent qu’en échageant une paire de migrants par génération entre des populations panmixiques de taille réaliste, le MRCA apparaît aux alentours de 300 av JC, et tous les individus modernes ont des ancêtres identiques aux alentours de 3000 av JC. De telles estimations sont extrêmement provisoires, et le modème comporte des sources évidentes d’erreur étant donné qu’il est plus fondé sur des considérations d’ordre théorique et de maniabilité que sur des données réalistes. Il met avant tout en évidence le fait que des subidivisions considérables de la population sont compatibles avec des ancêtres communs très récent.
La dynamique des sous-populations humaine est beaucoup plus complexe que celle utilisée dans le modèle simplifié. Bien que cette complexité rende l’analyse théorique difficile, on peut simuler l’histoire démographique des populations humaines avec un modèle informatique incluant des modèles plus complexes de sous-structures de populations.

Ce modèle est foncé sur une projection simplifiée des zones terrestres actuellement habitées, et comporte trois niveaux de sous-structure : continent, pays et villes. La figure 2 illustre la géographie du modèle, ainsi que les trajets migratoires utilisés avant 1500, les pays étant représentés par des carrés et le nombre de villes par pays différant d’un continent à l’autre. Les villes et les pays représentent à la fois les aires géographiques locales et les groupes sociaux et ethniques au sein desquels la majorité des gens trouvent des partenaires.
Ce modèle utilise un système de migration simplifié dans lequel chaque personne a une opportunité unique de migrer depuis sa ville de naissance. Les probabilités de quitter une ville ou un pays sont fixées à différents niveaux, reflétant différents modèles migratoires. Les migrants se déplaçant entre les villes peuvent aller dans n’importe quelle autre ville du pays. Un migrant quittant son pays pour un autre pays sur le même continent choisit sa destination en fonction d’une probabilité qui décroît à l’inverse du carré de la distance.
Chaque continent a un certain nombre de pays « port » à partir desquels les migrants peuvent atteindre un autre continent. Une part importante et fixe (par exemple 95% dans l’une des simulations) des migrants passant par un port est originaire du pays où le port est situé, le restant provenant des autres pays du continent, en proportion inverse de la distance. Sur la figure 2, le nombre figurant à côté des ports est le taux de migration, en nombre de personnes par génération, et la date entre parenthèse correspond à l’ouverture du port (si celle ci est plus récente que 20.000 av JC, date de départ de la simulation). Après 1500, d’autres grands ports ne figurant pas sur l’illustration sont ouverts, afin de simuler la colonisation des Amériques, ou de l’Australie. Juste avant l’ouverture de ces ports, la population native des Amériques est nettement réduite pour simuler les effets des maladies introduites par les Européens.
Dans ce modèle, les générations se chevauchent et l’on simule expréssément pour chaque individu la durée de vie et les moments auxquels se produisent la mise en ménage et la reproduction. Le taux de natalité de chaque continent ou île est ajusté individuellement pour que les populations correspondent aux estimations historiques, et les taux de croissance sont plus importants dans les zones sous-peuplées. La taille des populations est intégralement prise en compte jusqu’à ce que la population mondiale atteigne les 50 millions en 1000 av JC. Par la suite, les taux de natalité sont réduits pour atteindre un total mondial de 55 millions, de telle manière que les zones les moins peuplées soient moins affectées. Cette limite est une nécessité informatique, mais les simulations montrent que l’augmentation de la population n’a que peu d’effet, particulièrement si elle intervient après la mort du MRCA.
En comptant 5% d’individus quittant leur ville natale, 0.05% quittant leur pays d’origine, et 95% des utilisateurs d’un port originaires du pays où se trouve le port, la simulation aboutit à un MRCA aux alentours de 1415 av JC en moyenne, et des ancêtres identiques aux alentours de 5353 av JC. Il est intéressant de noter que le MRCA est presque toujours trouvé en Asie orientale. C’est dû à la proximité de cette région à la fois de l’Eurasie, des îles du Pacifique et des Amériques, ce qui permet à ses descendants d’atteindre les principales régions du monde en un temps assez court.
On peut objecter que cette simulation est de loin trop « conservatrice » , étant donné entre autres la prédiction selon laquelle, même dans une Eurasie densément peuplée, seuls 55.3 individus par génération quittent le pays en 1500. Si l’on passe le taux de migration entre les villes à 20%, que l’on réduit à 80% les utilisateurs « locaux » des ports, et que les taux de migration entre les pays et les continents sont augmentés respectivement d’un facteur 5 et d’un facteur 10, la date moyenne du MRCA est 55 av JC, et 2158 av JC pour les ancêtres identiques.
Le modèle peut également être utilisé pour calculer le pourcentage d’ancêtres que les individus actuels reçoivent de chaque partie du monde. Par exemple, un Norvégien actuel doit en général la majorité de son ascendance à des habitants d’Europe du Nord à l’époque des ancêtres identiques, et une petite partie aux habitants du reste du monde. De plus, l’ADN étant hérité des ancêtres par grands segments, un individu n’aura peu ou pas d’héritage génétique provenant de la grande majorité des ancêtres vivant au point AI.
Plusieurs facteurs pourraient faire dévier le véritable MRCA ou le point AI des prédictions du modèle. Si un groupe humain était totalement isolé, il n’y aurait aucun mélange entre ce groupe et d’autres, et le MRCA devrait avoir vécu avant le début de l’isolation. Un autre MRCA plus récent ne pourrait apparaître que lorsque les groupes sont à nouveau en contact les uns avec les autres. Dans le cas de la Tasmanie, qui pourrait avoir été totalement isolée du continent Australien entre l’inondation du détroit de Bass il y a 9000 à 12000 ans, et la colonisation européenne de l’île débutant en 1803, le point AI doit se situer avant le début de l’isolation. Toutefois, la date du MRCA n’en serait pas affectée, étant donné qu’il ne reste à l’heure actuelle aucun natif de Tasmanie qui ne compte pas d’européen ou d’australien dans son ascendance.
On ne connaît aucun grand groupe ayant maintenu une isolation totale pendant de longues périodes. Les populations de part et d’autre du détroit de Béring ont échangé des partenaires tout au long des périodes connues par les archives archéologiques. Des isolats religieux, tels que les Samaritains, ont occasionnellement absorbé des migrants extérieurs au groupe. Même les populations isolées sur les îles du Pacifique ont connu des apports ponctuels d’individus extérieurs. Même si les taux de migration entre certaines populations adjacentes sont très bas, la date du MRCA ne change pas énormément. Par exemple, en prenant un taux de migration de part et d’autre du détroit de Béring d’un individu toutes les dix générations (au lieu des 10 par génération retenus pour le modèle le plus conservateur), le point IA passe de 3415 av JC à 3668 av JC.
Inversement, d’autres facteurs pourraient réduire le temps nous séparant du MRCA par rapport aux prédictions du modèle. De tels facteurs incluent par exemple l’existence de routes de migration intercontinentales plus diversifiées, les mouvements à grande échelle et les mélanges de population documentés dans les archives historiques, des différences individuelles marquées de fertilité, et l’accroissement de population des deux derniers millénaires, ce qui donnerait plus de migrants.
Les taux de migration actuels des populations sont très mal connus, et ont sans aucun doute considérablement varié selon les époques et les endroits. Les études portant sur les groupes de chasseurs-cueilleurs et les communautés pratiquant l’agriculture de subsistance ont donné des chiffres variant entre 1% et 30% de partenaires choisis à l’extérieur du groupe. La tendance de la plupart des gruopes humains à se marier au sein des groupes alentour, au moins dans une certaine mesure, crée des réseaux d’ancêtres dans des régions particulières.
Etant donné les incertitudes concernant les taux de migration et les modèles migratoires réels, la date du MRCA ne peut être déterminée avec précision. Néanmoins, nos résultats suggèrent que l’ancêtre commun le plus récent de la population mondiale actuelle vivait dans un passé relativement récent, peut-être dans les derniers millénaires. Et quelques milliers d’années plus tôt, bien que nous ayons reçu du matériel génétique dans des proportions très différentes des individus ayant vécu à l’époque, les ancêtres de tous les humains vivant à l’heure acutelle sont les mêmes.
D’autres travaux seront nécessaires pour déterminer les effets de cette ascendance commune sur les modèles de variation génétique dans les populations structurées. Mais dans la mesure où cette ascendance est considérée en termes généalogiques plutôt que génétiques, nos découvertes aboutissent à une idée remarquable : quels que soient notre langue ou notre couleur de peau, nous partageons des ancêtres qui ont planté du riz sur les bords du Yangtsé, qui ont domestiqué les premiers chevaux dans les plaines d’Ukraine (insérer ici le jingle des Bisounours).

1 Là j’ai pas la moindre foutue idée de quoi ça cause …
2 Pas trouvé mieux comme traduction …



vala pour les anglonazes comme moi cékool :oops:

_________________
"Dis pourquoi le jour, la nuit ? Pourquoi l'eau, le feu, la terre ? Et pourquoi le vent, la pluie ? Pourquoi tous ces grands mystères ? (Rahan... ta vie est un cri!!)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2009, 15:42 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7113
Native Americans Descended From A Single Ancestral Group, DNA Study Confirms

Gene Study Supports Single Main Migration Across Bering Strait

2 etudes indépendantes qui réfutent les chiffres proposés par la simulation informatique proposée en haut de page. Réfutation car cette première simulation en haut de page, considérait l'existence des flux génétiques sur toute la terre entre toutes les populations, après - 300.
Ce qui, déjà, mettait la puce à l'oreille.

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Mai 2009, 15:47 
Neo
Neo
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juin 2007, 16:30
Messages: 1297
C'est peut être HS mais puisqu'on parle de l'origine récente de populations humaines et des ascendances communes des différentes populations humaines, voici une nouvelle étude confirmant encore si besoin est l'origine africaine commune et récente de l'ensemble de l'Humanité!

Sciences Et Avenir


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Mai 2009, 17:09 
Photosynthétique
Photosynthétique

Inscription: 01 Mar 2005, 18:57
Messages: 140
Localisation: Montréal
Du coup les thèses racistes ne tiennent plus, jamais le gènome aurait eu le temps de diverger autant en 2300 ans. :beer:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Mai 2009, 15:50 
Défioliant
Défioliant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2005, 00:24
Messages: 7113
Mmmhhh. c à dire que le plus récent commun ancêtre du premier travail proposé en haut de page est une virtualité donnée par les paramètres considérés. Il n'est pas le plus récent ancêtre commun physique de l'espèce humaine.
A mon humble avis, il vaut mieux entrer ces résultats de MRCA en - 300 voire - 3000, dans le tiroir des anecdotes de programmation informatique potentiellement utilitaires. Ces résultats sont justes car l'ordi n'était pas en panne, mais justes surtout relativement aux paramétrages du programme et de l'ordi. :wink:

Faut prendre ce genre d'approches avec une circonspection extrême. D'ailleurs cette étude a eu bien peu d'échos, et peu s'y réfèrent. Normal.

(on en a parlé plus longuement sur Top-C : http://forums.topchretien.com/viewtopic ... m#p1000318 où je reprends une partie de ce topic, puis par la suite est un peu plus approfondie et justifiée la vacuité scientifique de cette approche)

_________________
"Je veux qu'on me prenne pour un con car j'en suis un, qu'on me parle simplement pour que je capte bien car je suis idiot: si on me regarde et qu'on me parle sans égards, c'est déjà me considérer à peu près normal et pas uniquement comme un handicapé physique ou un déficient mental."


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com