Divers Sources et Rfrences Pétitions Liste de Diffusion Nous contacter Documents Liens Back home page FAQ Home Page Association FABULA Forums
Chapitres ¬
Sexe & Christianisme I
Sexe & Christianisme II
Magie & Satanisme I
Magie & Satanisme II
Dieu, le Mal et la Morale
Les Saints du Christianisme
Missionnaires
Église & Nazisme
Exploits Oecuméniques
• Film Rouge de l'Hindouisme
• Gourous et Réalités
• Beauté du Coran
• Femmes et Islam
• Révélations & Contradictions
• Embryons
• Coran, Message de Paix ?
• Mutilations et Circoncisions

Le besoin d'appartenance, si bien comblé par l'Islam, devrait libérer l'individu pour se réaliser, or il n'en est rien. Fierté culturelle islamique nourrie par des mythes trop fragiles pour résister à l'objectivité et à la comparaison : la science et la beauté du Coran, la sainteté du prophète. Critiquer ceux-ci sera pris pour une attaque personnelle de son identité. Aucun musulman n'avouera en public qu'il a déjà lu un livre plus beau et mieux écrit que le Coran ; il est bien plus facile d'avouer n'avoir pas encore lu le Coran, ou n'avoir jamais rien lu d'autre.
Raf

La libre critique des religions est un droit fondamental à ne pas confondre avec racisme et xénophobie. Nous condamnons toute incitation à la guerre des cultures, des ethnies, des religions ; et invitons toutes les populations à l'entente civique, pacifique, laïque...

Le décret de Beauté et Perfection du Coran
Poèmes païens, mécréants, et coraniques

«Le Qur'an est la plus grande merveille parmi les merveilles du monde... Ce livre dépasse tout dans le monde selon la décision unanime des hommes instruits du point de vue de la langue, des idéaux, de la rhétorique, de la philosophie et de la solidité des lois et des règlements pour former les destins de l'humanité» Hadith - Mishkat III, pg.664

Vous l'avez lu vous aussi, la beauté et perfection du Coran sont un décret de savants de l'Islam d'il y a plusieurs siècles : ni subjectif ni objectif, il s'agit d'une décision ! Mais par vos propres yeux et par vos propres oreilles, si vous lisez ce qui suit à haute voix, vous constaterez rapidement encore autre chose : Le Coran face à des poèmes et des proses païennes, en considérant des paramètres littéraires, ne tient pas la route...
Les révélations "intactes" d'Allah, comparées par la forme à des textes de simples mortels n'ayant jamais prétendu être inspirés par dieu, ne soutiennent pas la comparaison : le Coran est un livre lourd, répétitif, insistant et ennuyeux.
Un livre incohérent de litanies désorganisées, déstructurées. Un vilain recueil de mauvais poèmes en demi-prose, d'invectives et de menaces, de malédictions et de propos haineux.
Les quelques envolées lyriques que l'on y trouve, rarement, de-ci de-là, seront irrémédiablement affaissées par la puérile maladresse verbale du verset suivant.
Les quelques inspirations poétiques qu'il contient, très rares, seront décimées par l'absurde, le vulgaire, l'anodin ou la violence des lignes suivantes.
Que dire du souffle épique ? Rien, il n'y en a point : Le Coran s'essouffle à chaque exortation, à chaque métaphore...
Serait-ce donc la mauvaise traduction ? Non plus. Car même dans la langue originelle, l'arabe, ce livre est laid, insipide, sans beauté, sans valeur... Un livre à la limite de l'illisible.

Démonstration :

C'est le Livre au sujet duquel il n'y a aucun doute, c'est un guide pour les pieux qui croient à l'invisible et accomplissent la Salat et dépensent dans l'obéissance à Allah, de ce que Nous leur avons attribué.

Ceux qui croient à ce qui t'a été révélé et à ce qui a été révélé avant toi et qui croient fermement à la vie future, ceux-là sont sur le bon chemin de leur Seigneur, et ce sont eux qui réussissent dans cette vie et dans la vie future.

Certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les avertisses ou non : ils ne croiront jamais. Allah a scellé leurs coeurs et leurs oreilles; et un voile épais leur couvre la vue; et pour eux il y aura un grand châtiment.

Parmi les gens, il y a ceux qui disent : "Nous croyons en Allah et au Jour dernier ! " tandis qu'en fait, ils n'y croient pas. Ils cherchent à tromper Allah et les croyants; mais ils ne trompent qu'eux-mêmes, et ils ne s'en rendent pas compte.
Il y a dans leurs coeurs une maladie de doute et d'hypocrisie, et Allah laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti.

Et quand on leur dit : "Ne semez pas la corruption sur la terre", ils disent : "Au contraire nous ne sommes que des réformateurs ! "
Certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s'en rendent pas compte.

Lorsque je parlerai la langue des anges, si je n'ai pas l'Amour, je ne suis qu'airain qui résonne.
Lorsque j'aurai le don de prophétie, la science de tous les mystères, et toute la connaissance…
Lorsque j'aurai même toute la foi, jusqu'à déplacer les montagnes… Si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien.

L'Amour est patient ; il est plein de bonté ; il pardonne tout ; il espère tout.
L'amour ne périt jamais.
Car les langues se tairont, les prophéties s'accompliront, et la connaissance disparaîtra.
Ainsi donc demeurent la foi, l'espérance et l'Amour.
Mais le plus grand de ces trois, c'est l'Amour.

Chaque homme est un infini de tendresse, même si lui-même l'ignore, qui aime pleurer de n'avoir vu le soleil afin de savoir qu'il lui reste des larmes.
P
ourtant, l'homme exerce une oppression sur la femme. Une véritable tyrannie qu'elle accepte uniquement parce qu'elle est plus bonne, plus raisonnable, plus généreuse que lui.
Des qualités qui eussent dû lui valoir la suprématie mais qui l'ont, au contraire, asservie et mise à sa merci.
Car l'homme est cent fois plus déraisonnable, plus cruel et plus enclin à opprimer autrui.

Mais celui qui ne médit jamais des femmes ne les aime pas vraiment. Pour les aimer et les comprendre, il faut avoir souffert par leur faute.
Alors, et alors seulement, il pourra trouver le bonheur sur les lèvres de l'aimée.

 

Extrait du Coran, Sourate 2
Divines révélations à Mahomet
- Dieu, absolu et insurpassable -

Conversation de Giacomo Casanova
(traduit de l'italien, avec une citation du Nouveau Testament)
- Athée et Libertin -

 

 

Le poème ci-dessous, en rouge, est traduit du perse... S'il est possible de faire de bonnes traductions du persan, serait-il impossible d'en faire de l'arabe ?
A droite, pour les non arabophones, une explication phonétique de la "méthode poétique" du coran, avec la S
ourate 114 (An-Nas)

On vient sentir ta bouche
Que tu n'aies dit je t'aime
On vient sentir ton coeur
Quelle étrange époque vivons-nous, ma toute gracieuse

Quant à l'amour,
On lui donne le fouet
Le long des remparts sentinelles
L'amour, on l'enfouit au fond d'une arrière-cour
En cette impasse torve, torturée par le froid
Brille l'amour
Par la grâce nourricière des chants et des poèmes
Ne te risque pas à penser, ma toute gracieuse
Quelle étrange époque vivons-nous

Celui qui, nuitamment, martèle à notre porte
Est venu en meurtrier de la lampe
La lumière, on l'enfouit au fond d'une arrière-cour
Et voici que viennent les bouchers
Veillant à tout passage
Ils apportent la planche et les hachoirs en sang
Quelle étrange époque vivons-nous, ma toute gracieuse

Et ils équarrissent le sourire sur les lèvres
Et les chants sur la bouche
La joie, on l'enfouit au fond d'une arrière-cour
Les canaris sont couchés sur la braise,
brûlante de jasmin et de lys
Quelle étrange époque vivons-nous, ma toute gracieuse

Iblis* est triomphant,
Ivre, attablé au banquet de nos deuils
Dieu, on l'enfouit au fond d'une arrière-cour.

(* Satan, dans la tradition orientale)

 

 

 

114.1

Phonétique: Qul aAAoothu birabbi alnnasi
Traduction: Dis : Je cherche protection auprs du Seigneur des hommes.

 

114.1
114.2

Phonétique: Maliki alnnasi
Traduction: Le Souverain des hommes,

 

114.2
114.3

Phonétique: Ilahi alnnasi
Traduction: Dieu des hommes,

 

114.3
114.4

Phonétique: Min sharri alwaswasi alkhannasi
Traduction: contre le mal du mauvais conseiller, furtif,

 

114.4
114.5

Phonétique: Allathee yuwaswisu fee sudoori alnnasi
Traduction: qui souffle le mal dans les poitrines des hommes,

 

114.5
114.6

Phonétique: Mina aljinnati waalnnasi
Traduction: qu'il (le conseiller) soit un djinn, ou un tre humain.

 

114.6

Observons, en gras, la consternante pauvreté des rimes du Coran, toutes formées sur le même son "nas" et le même mot "Hommes, gens".
C'est ce même procédé infantile qui est utilisé dans tout le Coran...

Qoul a roudou bi rabbi-n-nas
Maliki-n-nas
Ilahi-n-nas
Min charri-l-waswâsi-l-khannâs
Alladî youwaswisou fî soudoûrî-n-nas
Minal jinati wa-n-nâs.

 

En cette impasse (Traduit du perse)
de Ahmad Shamlou
- Laïque et Iranien -
Sourate 114 An nas
Divines révélations à Mahomet
- Prophète d'opérette, poète de pacotille - mais aussi Gynécologue et buveur d'eau de Zam-Zam -

 

 

Et pourquoi pas en musique ? L'artiste ci-dessous chante comme un dieu... Et Dieu, pourquoi ne chante-t-il jamais ?

"All In Love Is Fair"

All is fair in love
Love's a crazy game
Two people vow to stay
In love as one they say
But all is changed with time
The future no one can see
The road you leave behind
Ahead lies mystery
But all is fair in love
I had to go away
A writer takes his pen
To write the words again
That all in love is fair

All of fate's a chance
It's either good or bad
I tossed my coin to say
In love with me you'd stay
But all in war is so cold
You either win or lose
When all is put away
The loosing side I'll play
But all is fair in love
I should never have left your side
A writer takes his pen
To write the words again
That all in love is fair

A writer takes his pen
To write the words again
That all in love is fair...

 

 

ON CHERCHE ...
All In Love Is Fair (Tout Est Juste En Amour)
musique, paroles et arrangements, de Stevie Wonder
- Américain et non-voyant -
Extrait du Coran, Sourate
Divines révélations à Mahomet
- Spécialiste en tout, extraordinaire amant -

> back <

 

Le poème ci-dessous à droite, en rouge, est aussi une traduction du perse : serait-il impossible de rendre le Coran beau en français ? Ben voyons...

ON CHERCHE ...

En te cherchant au seuil de la montagne je pleure
Au seuil de la mer et de l'herbe.

En te cherchant au passage des vents je pleure
Au carrefour des saisons,
Dans le châssis cassé d'une fenêtre qui prend
Le ciel enduit de nuages
Dans un vieux cadre.

En attendant ton image
Ce cahier vide
Jusqu'à quand
Jusqu'à quand
Se laissera-t'il tourner les pages?

Accueillir le flux du vent et de l'amour
Dont la soeur est la mort
Et l'éternité
Son mystère
Qu'elle t'a soufflé

Tu devins alors le corps d'un trésor
Essentiel et désirable
Comme un trésor
Par qui la possession de la terre et des pays
Est devenue ce que le coeur accueille.

Ton nom est un moment d'aurore qui sur le front du ciel passe
- Que ton nom soit béni! -

Et nous encore
Nous revoyons
La nuit et le jour
et l'encore.

 

Extrait du Coran, Sourate
Divines révélations à Mahomet
- Sexologue, diététicien et prophète -

Élégie. (Traduit du perse)
de Ahmad Shamlou
- Laïque et iranien -

> back <

 

Non! Je ne veux pas le voir !

Dis à la lune qu'elle vienne,
car je ne veux pas voir le sang
D'Ignacio sur le sable.

Non ! Je ne veux pas le voir !

La lune grande ouverte.
Cheval de nuages calmes,
et l'arène grise du songe
avec des saules aux barrières.

Non ! Je ne veux pas le voir !

Mon souvenir se consume.
Prévenez les jasmins
à la blancheur menue !

Non! Je ne veux pas le voir !

La vache de l'ancien monde
passait sa triste langue
sur un mufle plein des sangs
répandus dans l'arène,

et les taureaux de Guisando,
moitié mort et moitié pierre,
mugirent comme deux siècles
las de fouler le sol.

Non.
Non ! Je ne veux pas le voir !

Par les gradins monte Ignacio
toute sa mort sur les épaules.
Il cherchait l'aube,
et ce n'était pas l'aube.
Il cherche la meilleure posture,
et le songe l'égare.
Il cherchait son corps splendide,
et trouva son sang répandu.

Ne me demandez pas de regarder !
Je ne veux pas voir le flot
qui perd peu à peu sa force,
ce flot de sang qui illumine
les gradins et se déverse
sur le velours et le cuir
de la foule assoiffée.
Qui donc crie de me montrer ?
Ne me demandez pas de le voir !

Il ne ferma pas les yeux
quand il vit les cornes toutes proches,
mais les mères terribles
levèrent la tête.

Et à travers les troupeaux,
s'éleva un air de voix secrètes,
cris lancés aux taureaux célestes
par des gardiens de brume pâle.

Il n'y eut de prince à Séville
qu'on puisse lui comparer,
ni d'épée comme son épée,
ni de coeur aussi entier.

Comme un fleuve de lions
sa force merveilleuse,
et comme un torse de marbre
sa prudence mesurée.

Un souffle de Rome andalouse
nimbait d'or son visage,
où son rire était un nard
d'esprit et d'intelligence.

Quel grand torero dans l'arène !
Quel grand montagnard dans la montagne !
Si doux avec les épis !
Si dur avec les éperons !
Si tendre avec la rosée !
Éblouissant à la féria!
Si terrible avec les dernières
banderilles des ténèbres !

Mais voilà qu'il dort sans fin.
Et la mousse et l'herbe
ouvrent de leurs doigts sûrs
la fleur de son crâne.

Et son sang s'écoule en chantant,
chantant à travers prairie et marais,
glissant sur des cornes glacées,
son âme chancelant dans la brume,
trébuchant sur mille sabots,
comme une longue, obscure et triste langue,
pour former une mare d'agonie
auprès du Guadalquivir des étoiles.

Oh ! Mur blanc d'Espagne !
Oh ! Noir taureau de douleur !
Oh ! Sang dur d'Ignacio !
Oh ! Rossignol de ses veines !

Non.
Non ! Je ne veux pas le voir !
Il n'est pas de calice qui le contienne,
ni d'hirondelles qui le boivent,
ni givre de lumière qui le glace,
ni chant, ni déluge de lis,
il n'est de cristal qui le couvre d'argent.
Non !
Non ! Je ne veux pas le voir !!

 

Par la nuit quand elle enveloppe tout !
Par le jour quand il éclaire !
Et par ce qu'Il a créé, mâle et femelle !
Vos efforts sont divergents.

Celui qui donne et craint (Allah)
et déclare véridique la plus belle récompense
Nous lui faciliterons la voie au plus grand bonheur.

Et quand à celui qui est avare, se dispense
et traite de mensonge la plus belle récompense,
Nous lui faciliterons la voie à la plus grande difficulté,
et à rien ne lui serviront ses richesses quand il sera jeté au Feu.

C'est à Nous, certes, de guider;
à Nous appartient, certes, la vie dernière et la vie présente.

Je vous ai donc avertis d'un Feu qui flambe
où ne brûlera que le damné,
qui dément et tourne le dos;

alors qu'en sera écarté le pieux,
qui donne ses biens pour se purifier
et auprès de qui personne ne profite d'un bienfait intéressé,
mais seulement pour la recherche de La Face de son seigneur le Très-Haut.

Et certes, il sera bientôt satisfait !


Par le Jour Montant !
Et par la nuit quand elle couvre tout !
Ton Seigneur ne t'a ni abandonné, ni détesté.

La vie dernière t'est, certes, meilleure que la vie présente.
Ton Seigneur t'accordera certes [Ses faveurs], et alors tu seras satisfait.

Ne t'a-t-Il pas trouvé orphelin ? Alors Il t'a accueilli !
Ne t'a-t-Il pas trouvé égaré ? Alors Il t'a guidé.
Ne t'a-t-Il pas trouvé pauvre ? Alors Il t'a enrichi.

Quant à l'orphelin, donc, ne le maltraite pas.
Quant au demandeur, ne le repousse pas.
Et quant au bienfait de ton Seigneur, proclame-le.


N'avons-Nous pas ouvert pour toi ta poitrine ?

Et ne t'avons-Nous pas déchargé du fardeau
qui accablait ton dos ?
Et exalté pour toi ta renommée ?

A côté de la difficulté est, certes, une facilité !
A côté de la difficulté, est certes, une facilité !

Quand tu te libères, donc, lève-toi,
et à ton Seigneur aspire.


Par le figuier et l'olivier!
Et par le Mont Sinin!
Et par cette Cité sûre!

Nous avons certes créé l'homme dans la forme la plus parfaite.
Ensuite, Nous l'avons ramené au niveau le plus bas,

sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres : ceux-là auront une récompense jamais interrompue.

Après cela, qu'est-ce qui te fait traiter la rétribution de mensonge ?

Allah n'est-Il pas le plus sage des Juges ?


Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé,
qui a créé l'homme d'une adhérence.
Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble,

qui a enseigné par la plume,
a enseigné à l'homme ce qu'il ne savait pas.

Prenez-garde ! Vraiment l'homme devient rebelle,
dès qu'il estime qu'il peut se suffire à lui-même (à cause de sa richesse).

Mais, c'est vers ton Seigneur qu'est le retour.

As-tu vu celui qui interdit
à un serviteur d'Allah (Muhammad) de célébrer la Salat ?

Vois-tu s'il est sur la bonne voie,
ou s'il ordonne la piété ?
Vois-tu s'il dément et tourne le dos ?
Ne sait-il pas que vraiment Allah voit ?

Mais non ! S'il ne cesse pas, Nous le saisirons certes, par le toupet,
le toupet d'un menteur, d'un pécheur.

Qu'il appelle donc son assemblée.
Nous appelerons les gardiens (de l'Enfer).

Non ! Ne lui obéis pas; mais prosterne-toi et rapproche-toi.

 

Le Sang Répandu (traduit de l'espagnol)
de Federico García Lorca
- Athée et Homosexuel -
Extrait du Coran, Sourate 92 à 96
Divines révélations à Mahomet
- Infiniment bon, supérieur à tout... -

> back <

 

Le poème à droite, en vert, est lui aussi une traduction du perse...

ON CHERCHE ...

Pourquoi m’arrêterais-je, pourquoi?
Les oiseaux sont partis en quête d’une direction bleue
L’horizon est vertical
L’horizon est vertical, le mouvement une fontaine
Et dans les limites de la vision
Les planètes tournoient lumineuses
Dans les hauteurs la terre accède à la répétition
Et des puits d’air
Se transforment en tunnels de liaison.
Le jour est une étendue,
Qui ne peut être contenue
Dans l’imagination du vers qui ronge un journal

Pourquoi m’arrêterais-je?
Le mystère traverse les vaisseaux de la vie
L’atmosphère matricielle de la lune,
Sa qualité, tuera les cellules pourries
Et dans l’espace alchimique après le lever du soleil
Seule la voix
Sera absorbée par les particules du temps

Pourquoi m’arrêterais-je?
Que peut être le marécage, sinon le lieu de pondaison des insectes de pourriture
Les pensées de la morgue sont écrites par les cadavres gonflés
L’homme faux dans la noirceur
A dissimulé sa virilité défaillante
Et les cafards...ah
Quand les cafards parlent!

Pourquoi m’arrêterais-je?
Tout le labeur des lettres de plomb est inutile,
Tout le labeur des lettres de plomb,
Ne sauvera pas une pensée mesquine
Je suis de la lignée des arbres
Respirer l’air stagnant m’ennuie
Un oiseau mort m’a conseillé de garder en mémoire le vol
La finalité de toutes les forces est de s’unir, de s’unir,
À l’origine du soleil
Et de se déverser dans l’esprit de la lumière
Il est naturel que les moulins à vent pourrissent
Pourquoi m’arrêterais-je?
Je tiens l’épi vert du blé sous mon sein
La voix, la voix, seulement la voix
La voix du désir de l’eau de couler
La voix de l’écoulement de la lumière sur la féminité de la terre
La voix de la formation d’un embryon de sens
Et l’expression de la mémoire commune de l’amour
La voix, la voix, la voix, il n’y a que la voix qui reste
Au pays des lilliputiens,
Les repères de la mesure d’un voyage ne quittent pas l’orbite du zéro

Pourquoi m’arrêterais-je?
J’obéis aux quatre éléments
Rédiger les lois de mon coeur,
N’est pas l’affaire du gouvernement des aveugles local
Qu'ai-je à faire avec le long hurlement de sauvagerie?
De l’organe sexuel animal
Qu'ai-je à faire avec le frémissement des vers dans le vide de la viande?
C’est la lignée du sang des fleurs qui m’a engagée à vivre
La race du sang des fleurs savez-vous?

 

Extrait du Coran, Sourate
Divines révélations à Mahomet
- Spécialiste en révélations opportunistes -

Il n’y a que la voix qui reste (traduit du perse)
de Foroukh Farrokhzâd
- Poètesse iranienne -

> back <

Notons la richesse et diversité de vocabulaire du coran (en rouge)

Sourate 35 Verset 13
Il fait que la nuit pénètre le jour et que le jour pénètre la nuit.
Et Il a soumis le soleil à la lune.
Chacun d'eux s'achemine vers un terme fixé.
Tel est Allah, votre Seigneur : à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'
un noyau de datte.

Sourate 4 Verset 49
N'as-tu pas vu ceux-là qui se déclarent purs ? Mais c'est Allah qui purifie qui Il veut ; et ils ne seront point lésés, ne fût-ce d'
un brin de noyau de datte

Sourate 4 Verset 53
Possèdent-ils une partie du pouvoir ?
Ils ne donneraient donc rien aux gens, ne fût-ce le creux d'
un noyau de datte

Sourate 4 Verset 77
N'as-tu pas vu ceux auxquels on avait dit : "Abstenez-vous de combattre, accomplissez la Salat et acquittez la Zakat ! " Puis lorsque le combat leur fut prescrit, voilà qu'une partie d'entre eux se mit à craindre les gens comme on craint Allah, ou même d'une crainte plus forte encore, et à dire : "ô notre Seigneur ! Pourquoi nous as-Tu prescrit le combat ? Pourquoi n'as-Tu pas reporté cela à un peu plus tard ? " Dis : "La jouissance d'ici-bas est éphémère, mais la vie future est meilleure pour quiconque est pieux. Et on ne vous lésera pas ne fût-ce d'
un brin de noyau de datte.

Sourate 4 Verset 124
Et quiconque, homme ou femme, fait de bonnes oeuvres, tout en étant croyant... les voilà ceux qui entreront au Paradis; et on ne leur fera aucune injustice, ne fût-ce d'
un creux de noyau de datte .

Sourate 6 Verset 99
Et c'est Lui qui, du ciel, a fait descendre l'eau.
Puis par elle, Nous fîmes germer toute plante, de quoi Nous fîmes sortir une verdure, d'où Nous produisîmes des grains, superposés les uns sur les autres ; et du palmier, de sa spathe,
des régimes de dattes qui se tendent.
Et aussi les jardins de raisins, l'olive et la grenade, semblables ou différents les uns des autres.
Regardez leurs fruits au moment de leur production et de leur mûrissement. Voilà bien là des signes pour ceux qui ont la foi.

Sourate 19 Verset 25
Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi
des dattes fraîches et mûres.

Sourate 35 Verset 13
Il fait que la nuit pénètre le jour et que le jour pénètre la nuit. Et Il a soumis le soleil à la lune.
Chacun d'eux s'achemine vers un terme fixé.
Tel est Allah, votre Seigneur : à Lui appartient la royauté, tandis que ceux que vous invoquez, en dehors de Lui, ne sont même pas maîtres de la pellicule d'
un noyau de datte.

 

Oh ! combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,
Dans ce morne horizon se sont évanouis !
Combien ont disparu, dure et triste fortune !
Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,
Sous l'aveugle océan à jamais enfouis !

Combien de patrons morts avec leurs équipages !
L'ouragan de leur vie a pris toutes les pages,
Et d'un souffle il a tout dispersé sur les flots !
Nul ne saura leur fin dans l'abîme plongée.
Chaque vague en passant d'un butin s'est chargée ;
L'une a saisi l'esquif, l'autre les matelots !

Nul ne sait votre sort, pauvres têtes perdues !
Vous roulez à travers les sombres étendues,
Heurtant de vos fronts morts des écueils inconnus.
Oh ! que de vieux parents, qui n'avaient plus qu'un rêve,
Sont morts en attendant tous les jours sur la grève
Ceux qui ne sont pas revenus !

On s'entretient de vous parfois dans les veillées.
Maint joyeux cercle, assis sur des ancres rouillées ,
Mêle encor quelque temps vos noms d'ombre couverts
Aux rires, aux refrains, aux récits d'aventures,
Aux baisers qu'on dérobe à vos belle futures,
Tandis que vous dormez dans les goémons verts !

On demande : - Où sont-ils ? sont-ils rois dans quelque île ?
Nous ont-ils délaissés pour un bord plus fertile ? -
Puis votre souvenir même est enseveli.
Le corps se perd dans l'eau, le nom dans la mémoire.
Le temps, qui suit toute ombre en verse une plus noire,
Sur le sombre océan jette le sombre oubli.

Bientôt des yeux de tous votre ombre est disparue
L'un n'a-t-il pas sa barque et l'autre sa charrue ?
Seules durant ces nuits où l'orage est vainqueur,
Vos veuves aux fronts blancs, lasses de vous attendre,
Parlent encor de vous en remuant la cendre
De leur foyer et de leur cœur !

Et quand la tombe enfin a fermé leur paupière,
Rien ne sait plus vos noms pas même une humble pierre
Dans l'étroit cimetière où l'écho nous répond,
Pas même un saule vert qui s'effeuille à l'automne,
Pas même la chanson naïve et monotone
Que chante un mendiant à l'angle d'un vieux pont !

Où sont-ils, les marins sombrés dans les nuits noires ?
O flots, que vous savez de lugubres histoires !
Flots profonds, redoutés des mères à genoux !
Vous vous les racontez en montant les marées,
Et c'est ce qui fait ces voix désespérées
Que vous avez le soir quand vous venez vers nous !

 

Extraits du Coran, Sourates des dattes
Révélations à Mahomet
- Prophète, amateur de Dattes -
OCEANO NOX
de Victor Hugo
- Poète et Mari infidèle -

> back <

 

Et cette échelle vient de plus loin que la terre.
Sache qu'elle commence aux mondes du mystère,
Aux mondes des terreurs et des perditions;
Et qu'elle vient, parmi les pâles visions,
Du précipice où sont les larves et les crimes,
Où la création, effrayant les abîmes,
Se prolonge dans l'ombre en spectre indéfini.
Car, au-dessous du globe où vit l'homme banni,
Hommes, plus bas que vous, dans le nadir livide,
Dans cette plénitude horrible qu'on croit vide,
Le mal, qui par la chair, hélas! vous asservit,
Dégorge une vapeur monstrueuse qui vit!
Là, sombre et s'engloutit, dans des flots de désastres,
L'hydre Univers tordant son corps écaillé d'astres;
Là, tout flotte et s'en va dans un naufrage obscur;
Dans ce gouffre sans bord, sans soupirail, sans mur,
De tout ce qui vécut pleut sans cesse la cendre;
Et l'on voit tout au fond, quand l'oeil ose y descendre,
Au delà de la vie, et du souffle et du bruit,
Un affreux soleil noir d'où rayonne la nuit!

 

ON CHERCHE ...
Extrait des Contemplations
de Victor Hugo
- Humaniste et Père absent -
Extrait du Coran, Sourate ...
Révélations à Mahomet
- Homme saint et Guerrier -

> back <

 

ON CHERCHE TOUJOURS ....

C'est la Mort qui console, hélas! et qui fait vivre;
C'est le but de la vie, et c'est le seul espoir
Qui, comme un élixir, nous monte et nous enivre,
Et nous donne le coeur de marcher jusqu'au soir;

A travers la tempête, et la neige, et le givre,
C'est la clarté vibrante à notre horizon noir;
C'est l'auberge fameuse inscrite sur le livre,
Où l'on pourra manger, et dormir, et s'asseoir;

C'est un Ange qui tient dans ses doigts magnétiques
Le sommeil et le don des rêves extatiques,
Et qui refait le lit des gens pauvres et nus;

C'est la gloire des Dieux, c'est le grenier mystique,
C'est la bourse du pauvre et sa patrie antique,
C'est le portique ouvert sur les Cieux inconnus!

C'est la Mort qui console, hélas! et qui fait vivre;
C'est le but de la vie, et c'est le seul espoir
Qui, comme un élixir, nous monte et nous enivre,
Et nous donne le coeur de marcher jusqu'au soir;

A travers la tempête, et la neige, et le givre,
C'est la clarté vibrante à notre horizon noir;
C'est l'auberge fameuse inscrite sur le livre,
Où l'on pourra manger, et dormir, et s'asseoir;

C'est un Ange qui tient dans ses doigts magnétiques
Le sommeil et le don des rêves extatiques,
Et qui refait le lit des gens pauvres et nus;

C'est la gloire des Dieux, c'est le grenier mystique,
C'est la bourse du pauvre et sa patrie antique,
C'est le portique ouvert sur les Cieux inconnus!

 

Extrait du Coran, Sourate ...
Révélations à Mahomet
- Chef d'État Illettré -
La Mort des pauvres
de Charles Baudelaire
- Aventurier Syphilitique -

> back <

 

Lorsque, par un décret des puissances suprêmes,
Le Poète apparaît en ce monde ennuyé,
Sa mère épouvantée et pleine de blasphèmes
Crispe ses poings vers Dieu, qui la prend en pitié:

- "Ah! que n'ai-je mis bas tout un nœud de vipères,
Plutôt que de nourrir cette dérision!
Maudite soit la nuit aux plaisirs éphémères
Où mon ventre a conçu mon expiation!

Puisque tu m'as choisie entre toutes les femmes
Pour être le dégoût de mon triste mari,
Et que je ne puis rejeter dans les flammes,
Comme un billet d'amour, ce monstre rabougri,

Je ferai rejaillir ta haine qui m'accable
Sur l'instrument maudit de tes méchancetés,
Et je tordrai si bien cet arbre misérable,
Qu'il ne pourra pousser ses boutons empestés!"

Elle ravale ainsi l'écume de sa haine,
Et, ne comprenant pas les desseins éternels,
Elle-même prépare au fond de la Géhenne
Les bûchers consacrés aux crimes maternels.

Pourtant, sous la tutelle invisible d'un Ange,
L'Enfant déshérité s'enivre de soleil,
Et dans tout ce qu'il boit et dans tout ce qu'il mange
Retrouve l'ambroisie et le nectar vermeil.

Il joue avec le vent, cause avec le nuage,
Et s'enivre en chantant du chemin de la croix;
Et l'Esprit qui le suit dans son pèlerinage
Pleure de le voir gai comme un oiseau des bois.

Tous ceux qu'il veut aimer l'observent avec crainte,
Ou bien, s'enhardissant de sa tranquillité,
Cherchent à qui saura lui tirer une plainte,
Et font sur lui l'essai de leur férocité.

Dans le pain et le vin destinés à sa bouche
Ils mêlent de la cendre avec d'impurs crachats;
Avec hypocrisie ils jettent ce qu'il touche,
Et s'accusent d'avoir mis leurs pieds dans ses pas.

Sa femme va criant sur les places publiques:
"Puisqu'il me trouve assez belle pour m'adorer,
Je ferai le métier des idoles antiques,
Et comme elles je veux me faire redorer;

Et je me soûlerai de nard, d'encens, de myrrhe,
De génuflexions, de viandes et de vins,
Pour savoir si je puis dans un coeur qui m'admire
Usurper en riant les hommages divins!

Et, quand je m'ennuierai de ces farces impies,
Je poserai sur lui ma frêle et forte main;
Et mes ongles, pareils aux ongles des harpies,
Sauront jusqu'à son coeur se frayer un chemin.

Comme un tout jeune oiseau qui tremble et qui palpite,
J'arracherai ce coeur tout rouge de son sein,
Et, pour rassasier ma bête favorite,
Je le lui jetterai par terre avec dédain!"

 

Tels sont les ordres d'Allah. Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, Il le fera entrer dans les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Et voilà la grande réussite.

Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant.

Celles de vos femmes qui forniquent, faites témoigner à leur encontre quatre d'entre vous. S'ils témoignent, alors confinez ces femmes dans vos maisons jusqu'à ce que la mort les rappelle ou qu'Allah décrète un autre ordre à leur égard.

Les deux d'entre vous qui l'ont commise [la fornication], sévissez contre eux. S'ils se repentent ensuite et se réforment, alors laissez-les en paix. Allah demeure Accueillant au repentir et Miséricordieux.

Allah accueille seulement le repentir de ceux qui font le mal par ignorance et qui aussitôt se repentent. Voilà ceux de qui Allah accueille le repentir. Et Allah est Omniscient et Sage.

Mais l'absolution n'est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et qui s'écrie : "Certes, je me repens maintenant" - non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c'est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux.

ô les croyants ! Il ne vous est pas licite d'hériter des femmes contre leur gré. Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu'elles ne viennent à commettre un péché prouvé. Et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l'aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose où Allah a déposé un grand bien.

Si vous voulez substituer une épouse à une autre, et que vous ayez donné à l'une un quintar , n'en reprenez rien. Quoi ! Le reprendriez-vous par injustice et péché manifeste ?

Comment oseriez-vous le reprendre, après que l'union la plus intime vous ait associés l'un à l'autre et qu'elles aient obtenu de vous un engagement solennel ?

Et n'épousez pas les femmes que vos pères ont épousées, exception faite pour le passé. C'est une turpitude, une abomination, et quelle mauvaise conduite !

Vous sont interdites vos mères, filles, soeurs, tantes paternelles et tantes maternelles, filles d'un frère et filles d'une soeur, mères qui vous ont allaités, soeurs de lait, mères de vos femmes, belles-filles sous votre tutelle et issues des femmes avec qui vous avez consommé le mariage; si le mariage n'a pas été consommé, ceci n'est pas un péché de votre part; les femmes de vos fils nés de vos reins; de même que deux soeurs réunies - exception faite pour le passé. Car vraiment Allah est Pardonneur et Miséricordieux,

Et parmi les femmes, les dames (qui ont un mari), sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété. Prescription d'Allah sur vous ! A part cela, il vous est permis de les rechercher, en vous servant de vos bien et en concluant mariage, non en débauchés. Puis, de même que vous jouissez d'elles, donnez-leur leur mahr, comme une chose due. Il n'y a aucun péché contre vous à ce que vous concluez un accord quelconque entre vous après la fixation du mahr. Car Allah est, certes, Omniscient et Sage.

 

Extrait des Fleurs du Mal
de Charles Baudelaire
- Dandy, tendances suicidaires -
Extrait du Coran, Sourate 4 Les femmes
Révélations à Mahomet
- Pardonneur, amateur d'esclaves et de petites filles -

> back <

On ne peut que le constater : Le Coran n'est ni beau ni parfait, ni au-dessus de quoi que ce soit. Le Coran c'est même bête et méchant... Seul un décret affirme et confirme le mythe de sa beauté... Et tous les croyants de répéter cette absurdité de l'Hadith déjà cité
(Hadith - Mishkat III - p.664)

« Le Qur'an est la plus grande merveille parmi les merveilles du monde... Ce livre dépasse tout dans le monde selon la décision unanime des hommes instruits du point de vue de la langue, des idéaux, de la rhétorique, de la philosophie et de la solidité des lois et des règlements pour former le destin de l'humanité » (pouet-pouet)

 

Rafael T. & Meriem M.

> back <

 

Association FABULA
Association FABULA
contact
Informations:

www.rationalisme.org